Google+

Index des auteurs

vendredi 6 octobre 2017

Défi ValériAcr0 #5.8 - La sélection d'octobre 2017

Cinquième round pour ce défi mensuel en compagnie d'Acr0. Surprises et dégommage de Pile A Lire (aka PAL) au programme : chaque mois, nous pêchons dans la PAL de "l'autre" pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique. C'est sport! Très sport! A tel point qu'on s'est ménagé quelques jokers pour pallier aux manquements (lecture tardive, chronique en retard, ton chien qui mange ton livre, ou une séance d'aqua-poney...) -notre système de gages/jokers étant en cours de restructuration, des informations complémentaires vous seront transmises dans le courant des semaines à venir- En gros, on va diminuer le nombre de joker et se balancer du gentil gage à la face. Ça sera plus amusant. Reste à établir cette liste de gages.


...When September ends...


❢ Côté lecture, septembre m'a fait suer corps et âmes. Ce douc mois accompagnait la fin de mes vacances et la reprise du boulot. Une charge stresstuelle totalement inutile, mais qui m'a filé un coup de mou en matière de lecture. Ma copine m'avait choisi une lecture raccord-thème Halloween, feuilles mortes et Morts qui marchent : L'éducation de Stony Mayhall, de Daryl Gregory. Le roman est vraiment sympa. Clairement une histoire de zombies, mais avec un angle totalement différent. A découvrir. Par contre, je suis toujours dans ma lecture -BAM! BAM! Je viens de griller deux joker d'un coup pour non respect des délais- ça me plait vraiment, mais je suis hypra lente pour le moment.
Donc mon avis viendra plus tard. De mon côté, j'avais aussi préparé son incursion dans le challenge Halloween, avec la lecture du tome 7 de l'Epouvanteur de Joseph Delaney. Une série qu'elle suit toujours avec plaisir, si je me repère au nombre d'étoiles qu'elle lui attribue. Sa chronique est par ici!


October debuts...


❢ En guise d'ouverture de notre sélection, et pour fêter dignement ce premier mois d'automne, je lui avais posté l'indémodable Francisss Cabrel avec son Octobre -Euh pas ma came du tout, je suis en plein dans l'ironie, les fan de Cabrel vont me détester mais c'est pas grave, et c'était via un super montage video made by Pupuce... je te laisse deviner j'ai pas envie de polluer cet article. Tenons compte des feuilles qui tombent et de cette ambiance un peu feutrée de ce début d''automne et en vue de se préparer à une saison hivernale au coin du feu -même si on n'a pas de coin du feu mais juste des radiateurs- j'ai décidé de l'envoyer au fond du trou du lapin pour un voyage onirique et illustré d'une main particulière...


Alice au pays des merveilles, 

Lewis Carroll, illustré par Benjamin Lacombe




❢ Alors heureuse, est-elle?

Héhé, bien joué ! Me voilà moi aussi plongée au cœur d'Halloween ;) ... et dans un livre illustré ! Bon choix 🌰🎃
De son côté, elle a aussi jeté son dévolu sur un livre de ma -monstrueuse- Pile A Lire. Je suis assez gâtée je pense. C'est un beau mois qui s'annonce... Je suis sûre que tu brûles de savoir ce qu'elle m'a choisi... enfourche ton balais et vole jusqu'à chez elle!





mardi 12 septembre 2017

Double Dexter - Jeff Lindsay

TITRE : Double Dexter (Dexter #6)
AUTEUR : Jeff Lindsay
Points - 2013
432 pages










Un résumé ou mon couteau?


❢ D'habitude, Dexter fait les choses bien. Mais l'impensable se produit : alors qu'il règle son compte à un tueur d'enfants, un témoin le surprend. Dexter n'en dort plus : il s'est fait doubler par plus fort que lui ! Son rival le menace, l'imite, prétend l'égaler... et va jusqu'à lui faire endosser des meurtres qu'il n'a pas commis ! Exclu de la police, Dexter ne peut compter que sur lui-même.


Et mon avis, je vous le tranche?


❢ Je continue notre petit bonhomme de chemin avec la série Dexter de Jeff Lindsay. Je dis "notre" parce que je la lis en compagnie de mon binôme Acr0 -on fait plein plein plein de trucs de livres ensemble, c'est gai!. Une Lecture Commune, c'est sympa. On découpe le livre en parties, on lit une partie à la fois -l'une attend la plus lente- on discute, on échange, on casse du sucre -enfin surtout moi pour le coup. Parce que là je dis NON!
NON Jeff! Déjà lors du tome précédent, j'avais déjà mis un holà. Je ne m'étais pas spécialement ennuyée, mais ce n'était pas non plus fiesta carnaval. Mais alors pour ce sixième volume... c'est dans la sueur et le sang que je l'ai lu et terminé.

❢ Allons bon, c'est vrai qu'on pourrait se demander pourquoi je m'inflige tant de souffrance. De un, parce que j'aime bien ces échanges avec mon copilote. De deux, parce que je suis -j'étais- quand même curieuse de voir comme la saga était traitée sur papier par rapport à la série télé. Bref, des manies dont je pourrais me passer vous aller me dire.

❢ Pour en venir à ce tome numéro 6, on retrouve notre sérial killer préféré (hum) aux prises avec deux problèmes. D'une part, il s'est fait repéré par un témoin. D'autre part, sa vie de famille est vacillante, Rita ne préparant plus le repas... WHAT! Okay, le gars veut s'intégrer, mais c'est quand même fort fort macho toussa. La gonzesse à la cuisine, et si elle ne le fait plus, c'est la fin du monde. Surtout que Dexter est assez bien dirigé par son estomac et qu'on dirait qu'il ne sait rien faire de lui-même.
Passons. Déjà que j'avais du mal avec Rita, dans cet opus, je suis vernie. Elle me soule vraiment en fait. Le personnage est vraiment agaçant, ne sachant pas exprimer un sentiment envers son mari, ne sachant pas s'exprimer tout court -lui faire dire une phrase entière est un véritable chemin de croix. Du côté de Débra, qui était un personnage également irritant à mes yeux, pas de souci. Elle est quasi inexistante. Elle mène son enquête policière -enquête qui est vite mise de côté pour se centrer sur les états-d'âme du héros- et n'intervient pas des masses.

❢ Côté intrigue, c'est là que le bât blesse. J'ai vraiment trouvé que les ficelles étaient à peine mêlées. Au début de la série, il me semblait que les deux intrigues -policière ET vie de Dexter- était quelque peu "fouillées". Là, tout est étalé sous nos yeux et on ne se pose même plus de question. Le déroulement est complètement téléphoné et la résolution du problème abracadabresque. De plus, Lindsay nous mène en bateau et tire des lignes et des phrases, sensées faire avancer le schmilblick, mais qui n'apportent vraiment rien à l'histoire. En gros, il fait comme moi en ce moment, il passe par 4 chemins et blablate en tous sens -quoique perso, depuis le début j'ai crié au scandale.


❢ En bref, alors que cette série était un gentil divertissement qui piquait ma curiosité au niveau de la comparaison livre/télé, je me suis surprise à m'ennuyer ferme pendant de longs passages. Sans scrupule, je me suis prise au jeu de la lecture en diagonale, ça va plus vite pour faire défiler les pages. Encore heureux qu'il me restait ces moments d'échanges avec Acr0, où je pouvais déverser toute ma déception et mon énervement face à cette perte de temps -j'aime pas trop dire ça, parce que l'auteur a quand même pris le temps d'écrire, mais bon. Tout est écrit comme si l'auteur n'avait pas forcément la moindre idée d'un canevas un tant soit peu travaillé et tordu. On dirait qu'il a écrit son intrigue comme je vous parle, au fur et à mesure de l'écriture. Un peu comme s'il était au bout de son imagination. Il reste un tome, et j'avoue que je ne suis franchement pas sûre de me plonger dedans...sauf peut-être pour terminer le jeu dans lequel je me suis lancée -Acr0 me souffle à l'oreille qu'un tome 8 serait sorti en VO... j'espère bien que non.

Par contre, si tu veux un avis sans doute un peu moins cassant que le mien, je t'invite à aller faire un tour du côté de chez ma copine -quoique... elle peut-être aussi fort piquante quand elle veut.


Les vieilles chroniques :





jeudi 7 septembre 2017

Coeurs artificiels - Laura Lam

Titre : Coeurs artificiels
Auteur : Laura Lam
Le Livre de Poche - 14/06/2017
504p.





Vous prendrez bien un résumé avec votre thé?


❢ Dans un futur plus ou moins proche ou lointain. Taema et Tila, 16 ans, sont soeurs siamoises. Elles vivent dans une secte refusant la technologie. Elles sont néanmoins contraintes de fuir le "foyer". Leur coeur défaillant ne peut leur permettre de continuer à vivre et elles doivent subir une intervention chirurgicale et être séparées. 10 ans plus tard, on les retrouve à San Francisco, chacune avec un nouveau coeur artificiel. Toujours aussi proches, elles ont quand même pris des chemins un peu différents. L'une travaille dans une entreprise scientifique, l'autre est serveuse. Le point de départ est donné le jour où Tila débarque chez Taema couverte de sang. La technologie aidant, Tila est très vite interceptée par la police et mise en prison. Taema va tout faire pour sauver sa soeur.


Et mon avis, je vous le trempe?


❢ Laura Lam nous entraine dans un univers futuriste, de Science-Fiction, où deux sociétés s'opposent: l'une qui a continué à évoluer technologiquement parlant, l'autre prônant le retour à tout ce qui existait avant 1960. Entre Inception, Le cinquième élément, et La Plage d'Alex Garland, Laura Lam propose une aventure plutôt haletante au premier abord, mais qui me laisse un peu mi-figue, mi-raisin.

❢ Tout d'abord, j'ai été plutôt emballée par l'idée de l'intrigue. La manière dont les choses se mettent en place, la découverte de la secte et du nouveau monde. J'ai aussi beaucoup accroché à la structure du récit. D'un chapitre à l'autre, l'auteur nous fait passer de la voix d'une soeur à celle de l'autre. Ainsi, on découvre progressivement les deux univers. D'une part avec l'enquête "actuelle", d'autre part avec le récit à propos du passé. Les éléments s'emboitent petit à petit à donne à lire un intrigue intéressante.

❢ Maintenant, j'ai quelque réserve au niveau du rythme du récit. J'ai trouvé certains passages "du moment présent" tirant un peu en longueur et conférant une certaine inégalité au récit. Alors que les parties de Tila -la jumelle enfermée- sont plutôt bien rythmées, et où on écoute une jeune femme dynamique et déterminée, j'ai trouvé que les parties de Taema -la jumelle libre- étaient quelque fois répétitives, notamment par rapport aux états d'esprit de cette héroïne. J'ai beaucoup moins accroché à son caractère et à sa personnalité. Petit bémol également au niveau de la compréhension et cohérence de certains éléments de l'intrigue. J'avais quelque fois l'impression qu'on faisait compliqué alors que pouvait faire simple, sans que cela soit forcément justifié -l'histoire et le fonctionnement des différentes drogues exutoires sont un peu "ardus" à comprendre, cela aurait pu être expliqué au départ plus clairement.

❢ En bref, au delà des petits bémols, j'ai quand même passé un bon moment de lecture. J'ai vraiment bien aimé me plonger dans cet univers futuriste et suivre le rapport de force entretenu entre les deux types de civilisation. Je pense que l'intrigue aurait pu aller plus loin dans le développement de cette partie du récit. Il y avait matière à raconter. Le style de l'auteur était agréable à lire -même si j'avais plus de mal avec l'une des deux voix- et je pense que ce livre peut vraiment convenir à un public jeune - je me suis posé la question à plusieurs reprises sur la tranche d'âge du public cible. Une plutôt bonne dynamique de lecture, un suspense soutenu... Une bonne lecture divertissement. Note : l'article wikipédia (en) laisse à penser qu'il s'agit ici d'une série et qu'un autre tome est sorti en juin 2017 en VO. A creuser!




mardi 5 septembre 2017

Le dernier été - Ann Brashares

Titre : Le dernier été (4 filles et 1 jeans #4)
Auteur : Ann BRASHARES
Gallimard Jeunesse - Juin 2007
403 pages







Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?


❢ On retrouve les 4 copines, et leur jeans magique, juste après leur première année d'université. Pour une fois, les vacances devraient leur permettre de se retrouver après cette année de séparation -avant c'était plutôt l'inverse. Sauf qu'elles ont aussi des projets chacune de leur côté : Carmen envisage un stage de théâtre, Tibby est sensée prendre part à un cours de scénario, Bridget part en Turquie faire des fouilles archéo et Léna suit un atelier de dessin. L'été sera évidemment fait de rencontres, d'amours et de grands questionnements. Une période un peut transitoire entre la fin de l'adolescence et le début de la pré-adultitude. Néanmoins, leur amitié restera intacte.


Et mon avis, je vous le trempe?


❢ Donc! C'est dans le cadre de notre challenge mensuel que ce livre a été sorti de ma Pile par mon binôme. Un livre que j'avais acquis en 2012, d'occas, ma ferveur pour la littérature d'ado perdant déjà pas mal d'altitude. Néanmoins, j'avais quand même envie de savoir comment allait se terminer les aventures des 4 gonzesses. Entre-temps, càd en mai 2017, est sorti un 5ème tome, réunissant les amies une dizaine d'années après celui-ci. Bon de mon côté, j'en ai fini avec la série avec le tome 4. Je ne ressens pas le besoin d'aller plus loin. C'était sympa. Tournons la page maintenant.

❢ Héhé, j'ai l'air un peu rude comme ça, mais c'est aussi parce que je ne suis plus vraiment la cible principale de cette série -découverte bien au delà de mon adolescence aussi ceci-dit.  Et j'avoue aussi que j'ai vraiment de plus en plus de mal avec certains comportements neu-neu que je peux ressentir parfois dans certains livres ado. Alors attention, je ne mets pas tout dans le même sac hein! Il y en a qui sont forts en émotion et qui me touchent. Il y a des choses que j'aime beaucoup, que cela soit sur le plan aventure ou humour. Comme je peux aussi attraper des boutons avec un.e héro.ine.s adultes qui dégouline de miel.

❢ Donc de mon point de vue, je trouve que la série des 4 filles et un jeans est vraiment une chouette saga. A travers le parcours des 4 filles, l'auteur va s'intéresser à divers problèmes, questionnements, et autres, que chaque personne peut rencontrer. Elle amène les sujets de manière intéressante, sans tomber dans le pathos pour des évènements plutôt tristes par exemple, et en gardant toujours une pointe d'espoir et d'humour. Malgré certains moments graves, l'auteur garde une certaine légèreté. Personnellement, je trouve que ça conserve une plus grande crédibilité et m'a plus touché que si elle était tombée dans le mélo.

❢ Au delà des différents sujets soulevés, le fil rouge reste toujours l'amitié et la manière de conserver des liens tissés depuis de nombreuses années, alors que l'éloignement porte une ombre sur le tableau. Car c'est aussi une série basée sur les relations humaines, les interactions, les différends, les armistices. On peut dire que Brasharès sait attirer l'attention de son lecteur et l'impliquer dans son récit. Chacun va un peu retrouver de soi-même et pourquoi pas trouver des pistes d'action.


❢ En bref, je trouve que cette série est une bonne découverte et qu'elle ravira les jeunes ado -12/14 ans on va dire, quoique bon, je ne suis pas experte en ado AHAH. Sur un ton léger, et souvent humoristique, Ann Brashares va aborder des thème parfois lourds qui touchent, ou peuvent toucher, n'importe quel adolescent. A sa manière, elle propose une série un peu doudou et réconfortante pour une période de la vie un peu ingrate. Je pense qu'il est très facile de s'identifier à au moins l'une de ces jeunes, car elle a également bien travaillé la psychologie de ses personnages. Le style d'écriture n'est pas trop enfantin, et peut également plaire aux adultes qui veulent accompagner leurs enfants, ou se faire tout simplement plaisir.

Une lecture estampillée :



lundi 4 septembre 2017

Défi ValériAcr0 #5.7 - La sélection de septembre 2017

❢ Cinquième round pour ce défi mensuel en compagnie d'Acr0. Surprises et dégommage de Pile A Lire (aka PAL) au programme : chaque mois, nous pêchons dans la PAL de "l'autre" pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique. C'est sport! Très sport! A tel point qu'on s'est ménagé quelques jokers pour pallier aux manquements (lecture tardive, chronique en retard, ton chien qui mange ton livre, ou une séance d'aqua-poney...) -notre système de gages/jokers étant en cours de restructuration, des informations complémentaires vous seront transmises dans le courant des semaines à venir- En gros, on va diminuer le nombre de joker et se balancer du gentil gage à la face. Ça sera plus amusant. Reste à établir cette liste de gages.


What's up August?!


❢ Pour la deuxième sélection estivale, ma copinaute a misé sur le "raccord-titre" en sortant le dernier tome -enfin à l'époque et pour moi ça sera le dernier- de la série des 4 filles et un jeans, "Le dernier été", d'Ann Brasharès. J'ai bien vite dévoré ce livre, oui je tarde à écrire, mais je suis flemmarde là. Ca m'a plu, un peu neu-neu, mais finalement pas trop. Je peux mettre un check pour cette série.
De mon côté, j'ai gratté le fin fond de sa minuscule Pile à Lire -oui! minuscule, elle vient d'oser m'avouer qu'elle en était à... 30 livres... no way, c'est pas une pile ça, c'est un seuil!!- et je lui a choisi un titre qui avait pas mal moisi là-bas depuis avant 2013, si je ne me trompe. Une faute de frappe dans sa liste, et pensant lui filer un livre d'une quatre-centaine de page, je l'envoie direct dans une brique de près de mille pages. Mais bon, elle est tenace et malgré les vents et marées, elle n'en a fait qu'une bouchée! C'était du Zelazny & Sheckley, Le concours du millénaire. Mais tu sais toussa, parce que tu nous suis assidûment!
Sa chronique - ma chronique.


And what, before September ends?


❢ Entre l'excitation de la rentrée -mais pas pour moi, je suis encore un peu en vacances- les nouvelles chaussures et les bonnes résolutions, et avant de se plonger dans une longue hibernation, on va en passer par les feuilles mortes, le jaunâtre, l'ocre et le marron... et cette période que mon double chérit tant, à savoir Halloween. Du coup, dans ma grande mansuétude, j'ai décidé de lui choisir quelque chose qui la préparerait au voyage. 

L'Epouvanteur, Tome 7 : Le cauchemar de l'Epouvanteur,
Joseph Delaney



Sa réaction à chaud :

Je te réponds sous 34°C mais pas les pieds dans l'eau. L'automne n'arrivera qu'en fin de mois, mais je serai déjà plongée dans Halloween avec cette série-là ;)


❢ En attendant, tu peux prolonger l'effet de surprise en te rendant directement chez Acr0 pour savoir ce que je vais lire pour elle en septembre.... Suis le chemin de bogues et de châtaignes.


samedi 12 août 2017

Idaho - Andria Williams

Titre : Idaho
Auteur : Andria WILLIAMS
Le Livre de Poche - 31/05/2017
576 pages









Un petit résumé avec votre thé?


❢ En 1959, Paul, militaire, est muté à Idaho Falls pour travailler à la centrale nucléaire. Il emmène avec lui sa femme, Natalie, et leurs deux filles. Ils s'installent dans une base militaire au milieu de nulle part, et prennent ainsi part à la petite communauté, et tout ce qui va avec. Nat n'a pas vraiment facile de nouer des relations avec les autres femmes, et commence rapidement à s'ennuyer. Ayant grandi au grand air, elle ressent un besoin d'évasion et de cheveux aux vent. Un mode de vie que ne plait pas trop à Paul, plutôt taiseux, peu démonstratif et assez à cheval sur les conventions.

Et mon avis, je vous le trempe?


❢ Je me suis laissée appâtée par ce livre grâce à son 4ème de couverture. Comparant à La fenêtre panoramique de Yates -dont j'ai vu le film, mais pas encore lu le livre- évoquant la situation et les états d'âme d'une femme des années 50, ça me donnait vraiment envie. Je n'en avais pas parlé sur le blog, mais j'avais dévoré l'année dernière La vallée des poupées de Jacqueline Susann. J'avais trouvé ce livre terrible, et je pensais retrouver un peu de cet "univers" avec Idaho- d'après ce que me vendait le résumé. Sauf qu'en fait pas vraiment.

❢ Bon parti comme ça, tu sens que je suis un peu mitigée... Autant j'ai apprécié la plume d'Andria Williams, autant j'ai été un peu déçue par rapport au récit. Alors de fait, on est bien dans un livre traitant de l'ennui de la femme au foyer dans les années 50, dans le cadre particulier d'une communauté "militaire". Personnellement, par rapport à l'avant-goût, je m'attendais à ce que 'histoire se focalise plus sur la vie de l'héroïne. L'histoire est en fait plus globale et j'aurais préféré que l'auteur s'attarde plus sur les personnages féminins que sur leurs maris. Et je pense qu'il y a quand même un bon potentiel.

❢ S'inscrivant dans un décor historique réel, l'auteur nous plonge dans le quotidien atypique d'un couple, avec ses difficultés et leurs interactions avec le monde qui les entoure. Pour chaque chapitre, l'auteur a pris le parti de passer d'une voix à l'autre, nous donnant ainsi une vue plus ou moins omnisciente sur l'intrigue et la psychologie des personnages. Je trouve que cette construction est intéressante parce que ça nous permet de découvrir l'histoire selon différent point de vue -ou du moins son évolution.

❢ En bref, même si je n'ai pas été complètement emballée par cette lecture, parce qu'il ne répondait pas à mes attentes, je trouve qu'Andria Williams propose néanmoins un roman plutôt agréable à lire. L'intrigue, basée sur un fait historique, est bien ficelée. L'alternance des points de vue des personnages dans la construction du récit apporte une bonne dynamique. On a envie de savoir et ça fait tourner les pages. Je trouve que l'auteur développe plutôt bien la personnalité et la psychologie de ses personnages. J'aurais aimé qu'elle s'attarde plus sur ses personnages féminins, qu'elle aille plus loin. Ici, nous sommes plutôt dans l'interaction avec les "maris". Maintenant, c'est clairement une lecture agréable quand on a envie d'une histoire qui nous transporte dans un autre temps, avec d'autres moeurs. Un récit qui fera plaisir à celles -et ceux- qui ont envie de se détendre sur la plage, ou par une après-midi pluvieuse, sans se prendre la tête.




dimanche 6 août 2017

Défi ValériAcr0 #5.6 : La sélection d'août 2017

Cinquième round pour ce défi mensuel en compagnie d'Acr0. Surprises et dégommage de Pile A Lire (aka PAL) au programme : chaque mois, nous pêchons dans la PAL de "l'autre" pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique. C'est sport! Très sport! A tel point qu'on s'est ménagé quelques jokers pour pallier aux manquements (lecture tardive, chronique en retard, ton chien qui mange ton livre, ou une séance d'aqua-poney...) -notre système de gages/jokers étant en cours de restructuration, des informations complémentaires vous seront transmises dans le courant des semaines à venir- En gros, on va diminuer le nombre de joker et se balancer du gentil gage à la face. Ça sera plus amusant. Reste à établir cette liste de gages.


Let's talk about July


❢ Les premières semaines de l'été sont toujours fort inspirantes. On s'imagine déjà en train de bouquiner dans les parcs, au bord d'une piscine, dans un transat, et j'en passe! Se laissant guider par son titre évocateur, ma copilote avait puisé dans ma Pile A Lire La Belle vie, de Matthew Stokoe. Choix qui nous a fait rire, parce qu'elle ne pouvait pas s'imaginer que le livre comportait un macaron "Brutal - Politiquement incorrect - Violent". Ce qui contraste un peu avec l'idée qu'elle pouvait s'en faire à première vue -qui plus est, quand je l'ai acheté il était sous blister. De mon côté, je me laissais inspirer par Les prodigieuses créatures de Tracy Chevalier. Un livre qu'elle a très vite dévoré, même si elle n'était pas sûre de l'apprécier à la base.
Sa chronique - Ma chronique


What's about in August?


❢ Je geins, ma parole, je geins! Sa PAL fond comme neige au soleil -c'est vrai qu'avec les belles températures que nous avons avions ces dernières semaines, ça ne peut que fondre. Potesse avance comme une furie dans ses lectures et sa pile est toute maigre - 62 livres au compteur, si je ne me trompe. Bon, en soi il faut dire que c'est plutôt bien pour elle, mais ça réduit le suspense de mon côté. Rhalala, Noel sera bientôt là, avec sa cargaison de livres-cadeaux! 
Donc, je me suis arrêtée sur un livre dont le résumé proclamait haut et fort "humour dévastateur" et fond de féérie. Ce qui ne pouvait que la ravir.

ZELAZNY Roger & Robert Sheckley  

Le concours du millénaire





Sa réaction à chaud 


Chponk. Le bruit de la fille qui tombe sur le côté. Ou le bruit du livre déposé sur la table. Ah, tu prends soin de moi à coup de 989 pages !
Allez, une grosse brique pour août, c'est parti ! Au moins, l'avantage de découvrir une sélection aujourd'hui, c'est de pouvoir orienter correctement mes choix de lecture : ainsi à la fin du pavé que je suis en train de lire, je ne vais pas me lancer illico dans un autre pavé que je visais. On va plutôt viser une petite lecture entre les deux, histoire de faire le tampons jusqu'au 1er août ;)

A ma décharge, elle avait fait une faute de frappe qui indiquait que le livre faisait un six-centaine de pages... Mais voilà, elle a de quoi passer son mois!

❢ De son côté, Acr0 a aussi choisi un bouquin dans ma Pile à Lire -qui ne s'arrange pas elle, en fait, enfin un peu quand même, mais bon peux mieux faire!- Je sais que tu es curiosité et joueur et que tu veux savoir ce qu'elle m'a choisi... alors sur les papillons... clique ici!



mercredi 2 août 2017

La belle vie - Matthew Stokoe

Titre : La belle vie (Highlife)
Auteur : MATTHEW STOKOE
Folio Policier - Décembre 2013
513 pages










Ne passons pas par 4 chemins...


❢ Je ne sais plus qui avait motivé l'achat de ce livre, mais je me souviens d'en avoir lu/entendu une chronique et le vouloir absolument. Vendu sous blister, avec le macarons "Violent - Politiquement incorrect - Brutal" me donnait évidemment une petite idée... en fait une vague idée. Mais une fois qu'on a mis les pieds dedans, c'est autre chose. Alors je t’interpelle, toi Ô passant qui passe ici, avec ton petit cœur et ton âme sensible.... Fuyez pauvre fou! Parce que franchement, si t'es pas accroché à ton slibard, tu vas vite en tomber.

En gros...


❢ C'est l'histoire d'un type, Jack, installé depuis un peu plus d'un an à Los Angeles qui rêve de richesse et de célébrité. Incollable sur les stars et leur petit monde, il envie leur vie et n'aspire qu'à les rejoindre au panthéon des intouchables. Vendeur de donuts, il a suivi des cours de téléprésentation et est fébrile à l'idée de percer et se faire un max de blés. Il vit avec Karen, prostituée et camée de son état. Tout débute avec la disparition de celle-ci. Après avoir vendu un de ses reins, offert une voiture à son cher et tendre, Karen a mis les bouts. A la dérive, Jack tente de résoudre ce mystère -tout en ne perdant pas de vue son objectif premier évidemment- et sa route sera parsemée de rencontres assez particulières... Jusqu'où sera-t-il capable d'aller pour réaliser son rêve... only sky is the limit...

❢ Avec La Belle vie, Matthew Stokoe nous fait une critique plutôt trash du rêve hollywoodien et de la société qui gravite autour. Perso, je pense que le fond polar n'est qu'un prétexte au récit, néanmoins, ça permet de donner de l'intérêt à l'histoire. On ne se roule pas uniquement dans une abominable fange. On ne suit pas uniquement une descente dans les cercles de l'enfer. Et c'est ce qui m'a quand même plu par rapport à d'autres livres du même style; le fait d'avoir quand même une carotte au bout du bâton. Ce roman de Stokoe n'est pas sans me rappeler American Psycho de Brett Easton Ellis, sauf que je me suis beaucoup moins ennuyée en le lisant - je me souviens avoir peiné sa mère pour finir American Psycho. Tout est dans tout, sans l'intrigue "policière", ça aurait certainement été un chemin de croix.

❢ Côté plume, le style est franchement agréable à lire, ce qui n'est pas le cas de toutes les scènes à salement  proprement parler. Stokoe n'hésite pas et y va à fond dans le mode crade, sale, dégueu... Je ne dirais pas gore, parce que finalement c'est assez peu sanglant. Par contre c'est bien collant de sécrétions de natures diverses et variées. D'où l'avertissement pour les âmes sensibles : c'est clairement brutal et violent. Quand tu lis ce livre, tu prends conscience du terme "politiquement incorrect". Bizarrement, quand t'as le coeur bien accroché j'entends, ça se dévore. Le style est assez fluide, ses descriptions -au delà de tout ce qu'on peut en penser- ne sont pas lourdes. C'est assez "visuel". Le ton est léger et sombre à la fois. De plus, le personnage principal n'est pas désagréable à suivre. C'est juste un type "monsieur-tout-le-monde" qui rêve de la belle vie. Les autres protagonistes cadraient bien également dans l'ensemble.


❢  Bref, pour moi, ce livre est un bonne réussite au niveau de l'intrigue, du développement des personnages, du style et du ton de l'auteur. Pour ce qui est du contenu, l'auteur nous donne à voir des perversités immondes et dégueulasses. Il faut être bien accroché pour tenir jusqu'au bout je pense, de par ce côté très visuel qu'il adopte dans ses descriptions. Un livre dérangeant qui fait une critique acide et cynique de la société et de la quête de la richesse et de la célébrité. Un passage me reste en tête, c'est un moment où un ami de Jack lui dit que ces gens sont tellement riches qu'ils sont au-delà de tout quand il s'agit de la quête du plaisir. Prêts à tout pour se satisfaire, ils ne comptent pas (money) pour assouvir leurs fantasmes les plus profonds. J'ai également lu que certains reprochaient à Stokoe d'arriver sur le "tard" avec un roman du genre... arrivant bien plus tard qu'Ellis avec American ou que Palanhiuk avec Fight Club. Franchement, ça ne m'a pas froissé.

Acr0 me l'avait choisi dans le cadre de notre défi pour son titre, La Belle vie, en lien avec l'été, toussa toussa... elle n'avait pas vu que sur l'édition papier, un macaron garnissait la couverture.