Google+

Index des auteurs

mardi 22 décembre 2015

Le Cercle de Farthing - Jo Walton

TITRE : Le Cercle de Farthing. Le subtil changement #1
AUTEUR : Jo WALTON
Denoël (Lunes d'encre) - 5 février 2015
Farthing - 2006
352 p.







Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ 1949, la guerre est terminée. Hitler a envahit l'Europe et arrivé aux rives de la France, la paix de l'honneur a été signée entre Londres et Berlin. Une paix toute relative. Même s'ils ne subissent pas le même traitement que sur le continent, la haine contre les juifs est bien ressentie. Celle contre les homos aussi d'ailleurs. Réuni pour le week-end sur le domaine des Eversley, le Cercle Farthing, celui à l'origine de ce traité de paix, va être tourmenté par un meurtre. Lucy Khan, née Eversley, conviée pour ce week-end se retrouve dans une situation délicate. En ayant épousé un juif, le couple n'est pas vu d'un très bon oeil dans cette tragédie. L'inspecteur Carmichael est dépêché sur place pour dépatouiller ce mystère impliquant des enjeux politiques importants.


Et mon avis, je vous le trempouille?

❢ Des mois que j'entends parler de cette Jo Walton. Tout d'abord avec Morwenna, ensuite avec ce premier tome d'une trilogie dystopique. Des mois que je suis appâtée par des bloggeurs sans pitié. Des mois que ma PAL me supplie de me calmer. Et là, j'avoue, j'ai été faible, j'ai acheté ce livre. J'ai gavé ma PAL, telle une oie avant les fêtes -amis des bêtes, je déteste le foie gras et le gavage, biiick. Et tu sais quoi? J'en ai retiré beaucoup de plaisir -pas pour les oies, je précise. Le cadre de l'histoire est évidemment interpellant. Parce que et si.... Hitler avait en effet conquis l'Europe. Et si... le fascisme était le parti à la tête de tous les pays. Et si... Et si... C'est assez fascinant de se plonger dans une uchronie. C'est une manière de réécrire l'histoire par un autre chemin que celui qu'elle a pris. Comme on dit "Avec des si, on met Paris en bouteille!", mais que celui qui ne s'est jamais pris au jeu du et si dans sa vie me jette la première pierre. Donc, déjà, ce détournement de l'histoire m'a bien séduite.

❢ J'ai vraiment apprécié le rythme que Walton donne à son récit, alternant chaque chapitre entre la voix de Lucy et celle de l'inspecteur Carmichael. Cela permet d'apporter un sentiment de simultanéité entre les évènements, de rapprocher les points de vue différents autour d'une même intrigue. Les personnages ne sont pas omniscients, mais en tant que lecteur, nous avons l'impression d'avoir une vue plus élargie. Cela nous permet également d'avoir deux "héros" à découvrir et de connaître leurs sentiments respectifs autour de la situation particulière qui va le réunir, mais également celle générale sur l'avenir politique du pays.

❢ L'intrigue est pas mal ficelée. Au début, on joue le jeu du whodunit, pour ensuite se rendre compte que l'enjeu est plus large et que l'intrigue s'étend vraiment sur le plan politique et l'avenir. Néanmoins, il faudra attendre la fin du tome pour vraiment dénouer tous les fils et prendre conscience des implications. Du coup, ça donne évidemment envie de tourner les pages à une vitesse folle. Le style de l'auteur invite également à adopter un rythme de lecture plutôt rapide. Les deux voix sont bien distinctes. Chacun des héros a son ton bien particulier, son langage et sa propre personnalité.

❢ Je me suis bien accrochée aux personnages, et il me tardait évidemment de les retrouver et de connaître la suite de cette trilogie- du coup... en vérité, j'ai eu l'opportunité de recevoir le tome 2, une belle justification pour se procurer le tome 1 n'est-ce pas :-). Lucy est une jeune fille de bonne famille, mais pas que. Sous des dehors de jeune femme des années 40 dépendante de son mari, elle a également et surtout un caractère plutôt affirmé qui lui a permis de se placer en opposition avec sa famille, notamment dans le choix de son mari. Elle est assez intelligente, même si parfois elle fait un peu preuve de niaiserie-oui, oui parfois je l'ai trouvée un peu neu-neu. Lucy est un gonzesse qui en a quand même sous le jupon! Quant à Carmichael, on le découvre petit à petit. Lui aussi a ses petits secrets, des choses qu'il n'est pas bon d'être su dans la société actuelle. Il est futé, observateur et très professionnel. Je l'ai apprécié pour ses talents d'enquêteur, mais aussi pour l'humanité qui l'anime.


❢ En bref, Jo Walton offre une écriture efficace. Elle plonge habilement le lecteur dans une réalité parallèle tout en lui laissent imaginer qu'il pourrait d'agir de la vraie Histoire. L'intrigue, bien ficelée, tient le lecteur en haleine jusqu'au bout. Elle est construite sur une double vision : celle d'une jeune femme affirmée et celle d'un inspecteur de police doué et tiraillé. Mettre le nez dans cette série, c'est un peu aussi retrouver l'atmosphère d'un bon vieil Agatha Christie. C'est l'impression qu'elle me donnait par le cadre socio-culturel et les personnalités mises en scène. La psychologie des personnages est pas mal développées, ce qui nous donne une belle photographie. Ce n'est peut-être pas LE roman de l'année, mais ce livre est un réel divertissement historique, crédible et palpitant. En gros, j'en redemande encore!


mardi 15 décembre 2015

Défi ValériAcr0 #3.10 : La sélection de décembre

Le défi ValeriAcr0, c'est un petit challenge qu'on se lance tous les mois avec Acr0. L'idée de base,
c'est que chacune va puiser dans la Pile A Lire de l'autre pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique.


Haïku du mois de décembre
Boule de neige
Jaunie en surface
Coule dans le caniveau



❢ En novembre, ma binômette a été plutôt sympa. Non seulement, elle a sortit un livre entré en 2015, mais en plus un album qui s'est laissé dévoré en peu de temps. Un livre doudou, pas mal blindé d'émotions et de douceur. J'en ai parlé ici. De mon côté, je la renvoyais dans un univers particulier et je l'invitais à se relancer dans une série qui lui tient quand même à coeur. Notons au passage, l'hommage à un auteur nous ayant quitté cette année. Pour savoir ce qu'elle a pensé de ses Petits Dieux, clique ici mon ami!

❢ Dernier mois de l'année, mais pas dernière sélection de notre année de défi. Oui, on est comme ça nous! On est décalée! On est fun et décalée!- tu remarqueras, cher visiteur que je m'applique dans la réhabilitation du vocabulaire des années 90 au risque de perdre la moitié des passants. Lors de ma grande recherche dans sa Pile A Lire -qui fond comme neige au soleil, soit dit en passant- je suis tombée sur un livre qui sortait un peu de son ordinaire SFFF. Loin de moi l'idée de dire qu'elle ne lit que du fantastique &co, mais on peut dire qu'elle en est pas mal friande. Du coup, je me suis sentie inspirée de l'envoyer dans un autre univers. Trêve de blabla....


Cheryl Strayed, Wild




❢ A chaud, elle en a pensé quoi de ce choix?
Ouhouh ! Tu m'aides vraiment pour que je termine de lire tous les livres acquis en 2015, merci :) Je ne pense pas qu'il y ait de la neige ou un titre évocateur de la période hivernale dans ma PAL. Avec la tienne, composée actuellement de 385 livres, il m'arrive parfois de scroller dans l'attente du titre qui fasse "ding". Alors j'imagine qu'avec la mienne, qui parait plus courte que ce qu'elle en a l'air (puisqu'une série est indiquée sur une seule ligne) ; le challenge commence à être difficile pour invoquer une saison.

❢ On peut dire qu'elle est contente. Ou alors elle cache bien son jeu :-). De son côté, elle a aussi fait un tirage dans mon abominable PAL. Bin d'un côté, elle a du choix. Mais parfois, le choix tue le choix. Pour savoir ce qu'elle a pioché, enfourchez votre moto et filez droit vers son bouge!



samedi 5 décembre 2015

Le dernier des cinq trésors - Joris Chamblain & Aurélie Neyret

TITRE : Les carnets de Cerise #3 - Le dernier des cinq trésors
AUTEURS : Joris Chamblain & Aurélie Neyret
Soleil Métamorphose
13 novembre 2014
88 p.






Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?


 Cerise est âgée de onze ans et vit seule avec sa mère. Elle a pris l'habitude de rédiger des carnets, ce qui n'est pas sans lien avec son désir profond de devenir écrivain. Cerise, c'est une fillette curieuse et attentive. Du coup, ça lui arrive régulièrement de tenter de découvrir les secrets des gens qui l'entourent pour les aider à être heureux. Dans ce troisième opus, le jeu de piste débute dans l'atelier de Sandra, une relieuse de livres, quand Cerise et ses deux amies mettent la main sur un coffret caché renfermant un drôle d'indice.


Et mon avis, je vous le trempe?


❢ Tant sur le plan visuel, qu'au niveau du scénario, Les carnets de Cerise sont vraiment des agréables découvertes. Attirée par la couverture et son illustration, j'avais mis la patte sur le premier tome au moment de la sortie du second tome- yep, yep, j'ai du rattrapage à faire en matière de chronique. Tu peux donc constater, cher visiteur, que je suis pas mal conquise par la série.




❢ Au niveau de la forme, le récit passe des carnets manuscrits de Cerise aux planches à cases, le tout formant un ensemble vraiment attractif. Une certaine naïveté s'envole de ces deux pans. Il n'est pas question de niaiserie, mais plutôt d'une simplicité qui rappelle quand on était petit, que l'on courait à perdre haleine, grimpait aux arbres et se roulait dans la neige sans jamais avoir froid. Les illustrations participent également à la mise en place de cette atmosphère. Les contours sont doux. Les couleurs, tantôt chaudes, tantôt froides, sont plutôt pastels.





❢ Côté intrigue, les auteurs vont crescendo sur le plan des sentiments. Cette aventure est pleine d'émotions et peut arracher quelques pincements. C'est beau, mais cela montre aussi que la vie n'est pas toujours facile et qu'elle peut-être cruelle. Tout cela avec un ton "enfantin", mais pas abêtissant. Enfants ou jeunes ados, autant qu'un adulte avec ses yeux d'enfants, on ne peut qu'être touché- pour peu qu'on aime le style évidemment.




❢ En bref, dans un style très poétique, autant sur la forme que sur le fond, Chamblain et Neyret nous offre un troisième des Carnets de Cerise aussi palpitant qu'émotionnant. Le format adopté, entre carnets et cases presque classiques, est vraiment très attractif et donne beaucoup de vie au récit. On se sentira un peu tous Cerise durant notre lecture. Ils ouvrent également le mystère autour de la bulle familiale de notre héroïne et donnent vraiment envie d'en connaître un peu plus. Je ne vais pas balancer le fameux "A mettre sous le sapin", mais je trouve que c'est une belle BD à avoir pour pouvoir la lire et la relire.

L'avis d'Acr0 sur le tome 1.


Et ça c'était le choix de novembre 2015 de ma copinaute Acr0 dans le cadre de notre défi ValeriAcr0.






mardi 1 décembre 2015

Journal de bord #4 : avec un special guest dans le dedans

Ô toi, vénérable visiteur de cet antre. Ô toi, patient lecteur. Ô toi, fidèle suiveur.

❢ Malgré un rythme de publication effréné d'escargot, je secoue mes plumes pour venir jeter ici quelques mots. Parce que le 1er décembre est une date incontournable dans l'histoire de ce blog. Parce que le 1er décembre c'est mon blog-birthday! Mais surtout parce que cette année...

J'ai 10 ans!!!




❢ Bon okay, Alain n'est peut-être pas le type le plus glam et rock'n roll de la planète, mais c'est pas grave. 10 ans déjà que je partage mes lectures ici bas. Le temps passe vite. Tellement vite, que je vois les mois défiler et parfois les chroniques stagner. Néanmoins, c'est avec plaisir et honnêteté que je continue à parler ici des livres qui m'ont plu et moins plu.

❢ En débutant ce blog, je ne savais pas vraiment où je mettais les pieds. J'avais juste en tête de laisser une trace de mes lectures et de mes aventures liées au monde du livre. Mais en entrant dans cette communauté, j'ai également fait la connaissance de plein de lecteurs-partageurs comme moi. Des gens qui avaient aussi envie d'écrire, de faire découvrir, de donner envie, de blablater autour de cette passion. Je ne m'y attendais pas, mais certains sont devenus des potes et d'autres de vrais amis.

❢ Ces 10 années de rencontres et d'échanges me donnent envie de continuer à tenir mon humble espace. Je ne vais pas m'étendre en bilan, en statistiques, en chiffres et en listes. Je vais juste continuer mon petit bonne homme de chemin... En route vers 2025!

PS : qui m'aime me suive... Et on me trouve aussi sur Facebook et Google+.


dimanche 8 novembre 2015

Défi ValériAcr0 #3.9 - La sélection de novembre

 Le défi ValeriAcr0, c'est un petit challenge qu'on se lance tous les mois avec Acr0. L'idée de base, c'est que chacune va puiser dans la Pile A Lire de l'autre pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique.

Haïku du mois de novembre

D'esprit des vents,
Parti, jadis en avant
Demain ne revient pas.



❢ Octobre touche déjà à sa fin. C'est terrible comme ça passe vite. On n'aura rien vu qu'on commencera déjà notre 4ème année de défi. Un défi que l'on relève haut la main depuis déjà quelques temps. Outre le plaisir que j'ai a découvrir les surprises réservées par mon binôme, ce défi permet également de faire sortir des livres de ma PAL que j'aurais peut-être tendance à laisser moisir.
Octobre était placé sous le signe du Challenge Halloween. Feuilles mortes et potiron, fantômes et chats noirs. On s'est donc un peu raccrochée au thème dans nos sélections respectives.
Acr0 m'envoyait découvrir Hubert Haddad; et shame on me, commencé très tard, je pense qu'il n'a pas été lu dans le délai imparti -cet article est en effet rédigé alors que le mois n'est pas fini, ma lecture non plus d'ailleurs, mais la magie de l'internette fait qu'il sera publié plus tard. Peut-être pourrais-je en parler quand même bientôt, sait-on jamais.
Pour ma part, je voulais en foutre plein les mirettes à la donzelle. Donc quand j'ai vu que Les contes macabres de Poe, illustrés pas Lacombe faisait partie de ses trésors, je n'ai fait ni une ni deux!

❢ Donc voici novembre. Un mois que j'aime bien en fait -sans doute parce qu'il débute par un jour férié gniarc gniarc, même deux dans mon boulot. On a fait notre deuil de l'été, et ça fait plaisir quand le soleil chauffe un peu -euh bon sauf quand il est bas et que tu l'as juste dans l'oeil depuis ton bureau et que tu ne peux pas te déplacer, ok. Temps sec, belles couleurs, blablabla, tu vois quoi. Pour fêter ce mi-parcours de l'automne, j'ai décidé de pousser Acr0 à piocher bien profond dans sa PAL, aka un livre acquis avant 2013; et par la même occasion, rendre hommage à un auteur qui nous a quitté cette année -faucheuse qui a décidément trop bossé du côté littéraire cette année.

Terry Pratchett
Les petits dieux



❢ Evidemment, mon choix attendait une réaction de sa part. Elle fût rapide et en plus hyper sympa :
"Happy me ! Depuis le temps que je disais qu'il fallait que je continue les Annales du Disque-Monde, sans m'y mettre réellement. Ce sera chose faite, ma binômette préférée :)"

De son côté, elle a aussi farfouillé dans ma grande malle. Et tu sais ce qu'elle a choisi? Non! Enfourche ta bécane et file voir dans son repère!



jeudi 5 novembre 2015

La véritable histoire du Watergate - John Barnett

TITRE : La véritable histoire du Watergate
AUTEUR : John BARNETT (traduction de Patrick de Friberg)
In Octavo - 12 juin 2015
204p.












Vous prendrez bien un peu de résumé dans votre thé?


❢ Jack Pasolsky n’est pas l’ami d’un agent spécial du FBI pour rien. Ce dernier, Roberto Pancrasse junior, outre son habitude de s’inviter sans prévenir au milieu des instants intimes, travaille sur la seule enquête qu’il fallait refuser : la compromission de la Maison-Blanche dans un complot contre la démocratie. C’est pour cela qu’il va entraîner Pasolsky et sa douce secrétaire et néanmoins fille de John Barnett dans une aventure qui leur coûtera beaucoup, et plus encore que les vingt cinq mille dollars nécessaires à la réalisation d’un film pornographique. Ah, oui, j’allais oublier : Joe, la fille de John Barnett et néanmoins la secrétaire de Pasolsky, possède l’une des plus belles plasties de la galaxie.


Et mon avis, je vous le trempe?


❢ J'ai découvert ce titre dans le cadre d'une opération Masse Critique (Merci Babélio, merci aux éditions In Octavo). Deux tomes de cette série étaient proposés et j'ai vraiment été appâtée par l'aspect "détournement historique au second degré" que les résumés laissaient sous-entendre. La véritable histoire du Watergate est en fait le second volume de cette série -Le premier étant La véritable histoire de l'assassinat d'Elvis Prexsley. Bon, manque de bol, en général, j'aime bien commencer par le commencement. En même temps, ici, hormis quelques références anecdotiques à l'aventure du premier opus, le fait de ne pas l'avoir lu n'entrave en rien la découverte.

❢ Alors attention, nouveau lecteur, mettre les pieds dans un livre de John Barnett (?) signifie entrer dans un petit bordel assez sympathique, mais parfois un peu trop tourneboulé.
1er niveau de bordelitude, qui est l'auteur, le narrateur, le traducteur? Au bout de quelques pages, la confusion s'installe : "je rêve où mon héros est en train de parler de l'auteur du livre, Jonh Barnett, comme s'il le connaissait". BAAM! Grosse mise en abîme! Qui est cet auteur dont la biographie semble quelque peu farfelue? Et pourquoi une telle mention du "traducteur" en couverture?
Je me suis sentie dans un flou artistique par rapport aux différentes identités. Néanmoins, cette part de mystère participe au côté "réel" de ce récit et des personnages. Passons, passons.

❢ Second niveau de bordelitude : l'intrigue. Au départ, tout semble "clair", classique, sans pour autant être inintéressant. Mais ça va rapidement partir en couille. Des rebondissements improbables, ou plutôt des incursions qui tombent du ciel. Bref, je me suis quelque peu égarée. Mon enthousiasme amoindri. Je pense que cet aspect est également lié au style de l'auteur/narrateur -parce que oui, le narrateur prend la "plume" hors des mains de l'auteur à certains moments.

❢ Le style est vraiment très rapide et parfois "fatigant" -dans le sens où il est difficile de reprendre son souffle. J'ai été un peu sceptique dans les premières pages face à cette profusion de mots, de phrases à multiples idées, de virgulisation intempestive ou autre sprint littéraire. L'auteur nous donne clairement l'impression qu'on écoute le récit de la bouche de son héros, et dans un sens c'est sympa; par contre, cela devient parfois brouillon. Personnellement, j'ai réussi à me faire au style, mais j'avoue qu'il pouvait être responsable de décrochage de ma part.



 En bref, John Barnett -ou Patrick de Friberg- propose avec cette série une chouette réinterprétation de l'Histoire. Le lecteur est plongé dans une ambiance de "roman noir", polar et détective borderline. Les personnages qui peuplent le récit sont bien campés. Oui, on est un peu dans la caricature du vieux film avec Bogart, mais c'est plaisant. Le style est dynamique, le ton humoristique et par moment pince-sans-rire. L'intrigue est pas mal ficelée, mais un peu trop brouillonne à mon goût. Le côté un peu bordélique ne m'encourage pas vraiment à continuer. Néanmoins, je n'exclus pas totalement de le retenter avec la suite si l'occasion se présente. Le livre n'est pas très épais et peut se lire assez rapidement en 3/4 heures, si on arrive à tenir le rythme de débit.


mardi 3 novembre 2015

Guide de survie en territoire zombie - Max Brooks

TITRE : Guide de survie en territoire zombie
AUTEUR : Max BROOKS
Calmann-Lévy - février 2009
The zombie survival guide, 2003
318p.








Vous prendrez bien un peu de solanum dans votre thé?


❢ Impossible d'entreprendre la lecture de ce guide seul. Pourquoi?! Tout simplement parce qu'il s'agit d'un guide qui peut te permettre de survivre à une attaque de zombies. Or, seul, pour tout mettre en place et tenir un siège, ce n'est pas évident. C'est même du suicide. Dès lors, il s'agit de créer une équipe. Pas une vulgaire équipe, non LA fine équipe. Celle qui viendra à bout de l'épidémie, pourra sauver ses miches et envisager la reconstruction de l'humanité.

Zombie 1 by pophipi
Du coup, je me suis tournée vers des expertes en zombies, aussi belles que sympathiques -parce que ce n'est pas tout de se défendre, il faut le faire avec clâââsse et dignité; pouvoir sortir de la jungle telle une Lara Croft, garder la forme et le physique dans n'importe quelles conditions. Bref, je m'emballe quelque peu, mais j'imagine votre excitation et votre envie de savoir avec qui j'ai partagé ma lecture.
Tadaaaam : avec Hilde du Livroblog et Acr0 du Livrement.
C'était chouette de traverser cette lecture en leur compagnie, sinon j'avoue bien que je ne serais peut-être pas arrivée au bout.

Et c'est là que je donne mon avis sur le livre!


❢ Le livre est constitué de 6 parties distinctes, qui vont de la définition du zombie à la liste des épidémies recensées. J'ai entamé ma lecture avec entrain et engouement. Mais au bout de la 3ème partie, j'ai commencé à ramer. Autant les deux premières parties m'ont fait sourire, autant j'ai trouvé le reste plutôt répétitif. Choix des armes, lieux de repli, techniques de nettoyage, etc, nombreux éléments nécessaires à notre survie sont étudiés. Max Brooks y pèse les pour et le contre. Au final, il faut avouer que nos chances sont plutôt minimes.

❢ Le ton se veut assez humoristique, mais comme je l'ai dit -oui, oui moi aussi je me répète- au bout d'un moment, je me suis quelque peu lacée. Le texte est, au début, illustré assez régulièrement de schémas ou de dessins, puis plus grand chose à se mettre sous la dent. Bref, on sent que l'auteur meuble un peu pour tirer sur 300 pages. L'avantage, c'est que les parties ne sont pas trop longues, hormis la dernière qui fait une nonantaine de page. Je pensais d'ailleurs y trouver mon compte, mais en fait non, j'avoue l'avoir survolée pour vite refermer ce livre.

Zombie Annie by cainulgen
❢ Au départ, ce guide semble être plein de promesse de joyeux moments autour des zombies. Au final, je n'y ai pas pris mon pied. Et donc, ça faisait du bien de se retrouver en bonne compagnie pour arriver au bout. Le style de l'auteur n'étant pas désagréable, ça ne m'a pas rebuté à découvrir son World War Z. Je pense qu'en substance, mes copéquipières et moi-même sommes sur le même ressenti, c'est ce qui ressort du moins de nos conversations -et là, BAAAM, elles vont encenser ce livre et je vais passer pour une menteuse. On est tombée d'accord pour se replier dans une ferme dans le fin fond des Pyrénées. La route sera longue, enfin plus pour certaines que pour d'autres. Dès lors, je vous invite quand même à rejoindre leurs refuges temporaires respectifs pour savoir ce qu'elles en ont pensé. Pour Acr0, hachez 1; pour Hilde, hachez 2.



mercredi 7 octobre 2015

Walking Dead 21, 22 & 23 - Robert Kirkman & Charlie Adlard

TITRE : Walking dead #21 : Guerre totale
AUTEURS : Robert Kirkman & Charlie Adlard
Delcourt - 15 octobre 2014
144 pages









TITRE : Walking dead #22 : Une autre vie
AUTEURS : Robert Kirkman & Charlie Adlard
Delcourt - 21 janvier 2015
168 pages










TITRE : Walking dead #23 : Murmures
AUTEURS : Robert Kirkman & Charlie Adlard
Delcourt - 16 septembre 2015
168 pages







Vous prendrez bien Brgups argHHH gNiiii avec votre thé?


❢ #21. Après l'attaque de Negan, les pertes sont plutôt lourdes. Il arrive même à en convaincre certains de changer de camp et de rejoindre le sien. Des personnages "maîtres" sont touchés et baissent les bras. Mais la guerre n'est pas terminée.

❢ #22. Une nouvelle vie commence pour les survivants. Des menaces sont écartées. Est-ce qu'on peut vraiment dire que "le calme arrive après la tempête"? En tout cas, un vent d'espoir plane sur le campement. L'heure est à la reconstruction, à la recherche de vivres. Jusqu'à ce qu'une nouvelle rencontre marquent un tournant.

❢ #23. Comme on le pressentait, une nouvelle menace plane parmi les rôdeurs. Qui sont-ils? D'autre part, Carl a bien grandi et commence à s'affirmer et a s'attirer autant d'affection que de haine dans la communauté. Digne héritier de son père?



BrrrrAAiiNnnnnn..... dans le dedans.....


❢ Abandonnée par mes compagnes de route, Acr0 et Hérisson, je continue la découverte de Walking Dead. Les filles ont été anéanties par le zombie de la lassitude. Un bouleversement majeur les ramènerait certainement à la vie. Du coup, je tiens le rôle d'éclaireur. Blague dans le coin, même si je prends toujours plaisir à lire la série, j'avoue que j'ai eu envie de sortir le carton jaune.

❢ Pas de problème en ce qui concerne les tomes #21 et #22. Le premier clôt un ère, tandis que le second en rouvre une nouvelle et se termine dans un cliffhanger palpitant. Dès lors, je trouve que Kirkman met en place pas mal d'éléments intéressants. Je ne vais pas rentrer dans le détail pour ne pas spoiler le visiteur -ahahah wais, surtout aussi parce que ta lecture date de plus d'un an et que t'as plus de braiiiiin!. En effet, ma lecture date un peu, mais le sentiment de satisfaction est toujours bien présent. On peut noter que les femmes de la série prennent de plus en plus d'importance. Elles en avaient déjà pas mal depuis le début, mais là, elle sont bien placées en ce qui concerne la gestion des différentes communautés.



❢ Du point de vue des illustrations, je trouve que Charlie Adlard offre toujours un très beau travail, même si le physique de certains personnages a été modifié par rapport au début -j'avais remarqué  une baisse de qualité notamment dans le tome 18, et il y a aussi le fait qu'Eugène ne ressemble plus à Eugène, bref. Les dessins sont très réalistes et plutôt bien détaillés. Il joue habilement avec les aplats de noirs et les ombrages pour donner vie au récit de Kirkman. La disposition des cases n'est pas "linéaire" -des plus petites, des plus grandes, des strips, etc.- et apporte un certain rythme au récit. J'apprécie également les planches étendues qui s'étendent sur une ou deux pages. Elles amènent à la contemplation, figent un moment précis du récit, marquent un point d'orgue.

❢ Alors pour revenir sur mon carton jaune. Oui carton jaune! Moi, fidèle et assidue!! Personnellement, j'ai trouvé que le tome #23 piétinait un peu. Oui l'intrigue avance. Oui les personnages évoluent. Oui il se passe des choses. Mais c'est lent... J'ai eu un peu l'impression que Kirkman tirait sur sa ficelle parce qu'il ne savait pas encore très bien où tout cela allait le mener.
Alors oui, le développement est intéressant et apporte une nouvelle inconnue au moulin, mais je crois qu'il ne faut pas trop vouloir jouer avec le lecteur au risque de le perdre- petite pensée pour mes copines, abandonnées, décharnées sur le bas-côté.

❢ Tu vas me dire que l'être humain est toujours contradictoire. Quand une série se termine, il chiale, crie au scandale, au vol; quand une série s'éternise, il va taxer l'auteur de pillard, de ne pas se renouveler, de tirer sur la corde du succès. Finalement, où se trouve le juste milieu? Je n'aime pas qu'une série que j'apprécie se termine. Néanmoins, je prends beaucoup de plaisir quand celle-ci aboutit d'une belle façon -que dire des émotions provoquées par le final de la série télé Six Feet Under!! OMG. Tant que l'imagination l'anime, j'imagine qu'il faut continuer, mais il faut aussi être à la hauteur. Ok, je fais mon Jean-Jacques là, et je serais sans doute une des premières à hurler à la lune s'il coupait le robinet... mais bon...




Le mercredi en octobre, c'est BD spécial Halloween