Google+

Index dynamique

mercredi 28 mai 2014

Blood song #1 - Anthony Ryan


TITRE : Blood song #1, La Voix du sang
AUTEUR : Anthony RYAN
Editions : Bragelonne
18 juin 2014
576 pages


Aujourd'hui, résumé d'éditeur gratuit pour accompagner votre thé.


❢ Vaelin n’a que dix ans quand son père, le Seigneur de Guerre du roi, l’abandonne au pied de la grille d’entrée du Sixième Ordre. Cette commanderie éduque les frères qui sont de toutes les batailles. Vaelin y découvrira la vie austère, solitaire et dangereuse d’un combattant de la Foi, qui n’a désormais plus d’autre famille que l’Ordre. S’il voue une haine farouche à son père, cet homme qui l’a dépossédé de son droit de naissance, et chérit le souvenir de sa mère, Vaelin apprendra au gré de son noviciat que les apparences peuvent s’avérer trompeuses. De révélations en révélations, une seule vérité se fait jour : Vaelin Al Sorna est promis à un grand destin. Un destin qui risque fort de bouleverser le Royaume et, par-delà, le monde.


Mon avis pour tremper dedans, je vous le mets en prime?


❢ Quand on m'a proposé de découvrir le premier tome de cette série, j'ai été très enthousiaste. Un peu effrayée par rapport au nombre de pages* que comptait le livre au début, j'ai été quelque peu rassurée par les commentaires relatifs au récit -même si, soyons d'accord, ça reste de la publicité et de l'appât. 
Le résumé est alléchant et n'est pas mensonger. Après quelques pages introductives, liées au présent du héros, on est tout de suite plongé aux origines du récit, à savoir lors de l'abandon du jeune Vaelin devant les grilles du Sixième Ordre.
A ce stade, le fonctionnement de cet univers est assez compréhensible, malgré le vocabulaire particulier concernant l'appellation des mois par exemple. Je suis donc entrée dans l'histoire avec une assez bonne facilité.

❢ Blood song plonge le lecteur à travers un roman initiatique qui met en scène un groupe de jeunes garçons qui vont se rencontrer, apprendre à se connaître et créer des liens entre eux. Sur ce point de vue, j'ai vraiment au l'impression de retrouver l'ambiance de Harry Potter. Le jeune Vaelin intègre un Ordre. Son entrée est bien marquée par la solitude et l'abandon, mais très vite on sent que l'Ordre devient le pilier de sa vie, son unique famille. L'apprentissage est long, rude et parsemé d'épreuves mettant sa vie en péril.
Au fur et à mesure que le récit avance, il va tenter également de reconstituer le puzzle de sa vie, de comprendre ses origines, lui qui n'a très peu connu ses parents.

❢ Sur le plan de la construction, le roman est découpé en 5 parties, représentant chacune une période précise de la vie de Vaelin. Ces parties sont découpées en chapitres (10 pour quasi chaque partie) et sont centrés sur une "aventure" particulière liée à cette période. La structure est claire, néanmoins j'ai trouvé le schéma un peu répétitif à un moment donné. Les aventures se succèdent les unes après les autres, et Vaelin s'en sort à chaque fois. En effet, le fait de savoir qu'au début il est "vivant", les petites intrigues qui parsèment tout le récit perdent un peu de leur mystère quant à leur issue. Du coup, j'ai moins tremblé durant les grands moments épiques. Autre petit bémol à ce niveau, c'est que j'ai trouvé que l'auteur prenait bien son temps pour décrire, dans chaque chapitre, le cadre, les interactions entre les personnages, etc.-point plutôt positif en quelque sorte. Par contre, la résolution de l'aventure était vite bouclée. Concrètement, j'ai trouvé à plusieurs reprises que Vaelin s'en sortait assez facilement et rapidement.

❢ Au niveau de l'écriture, comme je viens de le dire, l'auteur se montre très minutieux dans ses descriptions, qu'il s'agisse des décors, des personnages ou des actions. J'ai trouvé sa manière d'écrire plutôt intéressante, dans le sens où je me suis sentie vraiment immergée dans le monde que Ryan avait créé de toute pièce.
Néanmoins-désolé, il y a un petit mais- au fur et à mesure de ma lecture, j'ai commencé à trouver que le récit devenait fort fort long. J'ai l'impression que le fait de tout décrire ralentit vraiment beaucoup l'action, et personnellement j'ai dû faire face à des attaques de décrochage.
Attention, je ne veux pas dire par là que l'histoire tire en longueur. Les événements s'enchaînent et on progresse assez bien dans la vie de Vaelin, mais l'auteur met du temps à entrer dans le vif du sujet. En un mot, sale coup pour le rythme.

❢ Du point de vue de l'intrigue et des personnages, je trouve que l'auteur propose un univers plutôt intéressant également. En ce qui me concerne, j'ai eu envie de le découvrir. On sent bien que les personnages sont tiraillés entre "le bien et le mal"-en gros tout n'est ni blanc, ni noir. Certains ont évidemment un penchant plus d'un côté que de l'autre, mais c'est ce qui les rend très humains. Durant ma lecture, le fait que ceux qui n'adhéraient pas à la Foi étaient catégorisés comme hérétique m'a quelque peu gêné parfois. Néanmoins, il faut quand même se dire que c'est là dessus qu'est basé le récit, du coup ça a quand même son importance.
En restant dans mon "idéal" actuel, je trouvais cette séparation fort réductrice; en me plongeant dans cet univers, je le tolérais mieux.


❢ En bref, voici une découverte qui ne m'a pas laissée indifférente. J'avoue qu'à l'heure où j'écris ces lignes, il me reste une petite cinquantaine de pages à lire. L'impression de ralentissement dans le déroulement de l'action m'a quelque peu fait tomber le livre des mains. Je vais quand même le reprendre bien vite, car j'ai vraiment envie de savoir ce qui va se passer. Je ressens un peu le même sentiment que lors de ma lecture du Passage de Justin Cronin : une histoire palpitante, mais assez longue et lente dans son développement.
Anthony Ryan propose un univers dense, fouillé, détaillé et intéressant à découvrir. Plaçant son intrigue dans un schéma "classique" de roman initiatique, qui met en scène un jeune héros que l'on va suivre tout au long de son apprentissage, il a réussi à me convaincre et à adhérer à sa peinture. La brochette de personnages est également agréable à découvrir. Un voile de mystère entoure chacun d'eux, les comportements sont plutôt imprévisibles -même si on sait que le héros passe nombreuses de ses épreuves avec succès vu que c'est un flash-back.
Si je ne me trompe, un second tome existe déjà en anglais. Je pense bien le lire quand il sera traduit. Une belle saga en perspective.
Merci aux éditions Bragelonne et à Babélio pour la découverte.


*Cher visiteur, je n'ai point peur des pavés ou autres cales-portes, néanmoins quand je me lance dans l'inconnu total, biiiin j'ai peur de ne pas être emballée et de mourir étouffée sous la masse de papier.

vendredi 16 mai 2014

Sans nouvelles de Gurb - Eduardo Mendoza

TITRE : Sans nouvelles de Gurb
AUTEUR : Eduardo MENDOZA
Publication : 1991
Edition : Point
2001 - 125 pages








❢ Pour le mois de mai, Acr0 m'avait sélectionné un livre court qui lui avait grandement plu. L'avantage avec le défi ValériAcr0, c'est qu'il me pousse à aller rechercher des titres dans le fin fond de ma Pile à Lire. En même temps, je suis en train de me dire que je suis passée, pendant au moins 10 ans, à côté d'un bouquin plutôt sympa. Court et dynamique, je l'ai dévoré en quelques heures à peine.



Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Deux extra-terrestres débarque à Barcelone, dépêché sur place afin d'étudier les mœurs et coutumes des habitants de cette planète. Prenant une apparence humaine, ils vont tenter de s'intégrer au mieux à la société. Sauf que...ayant pris l'apparence d'une star de la pop-aka Madonna- Gurb disparaît sans laisser de nouvelles.


Et mon avis pour tremper dans le dedans? 

Sans nouvelles de Gurb est un roman rythmé et dynamique. Présentée sous la forme d'un journal de bord (avec les "jours" et les heures), l'histoire nous est rendue à travers la voix d'un des deux extra-terrestres. Les chapitres sont plutôt courts, et les paragraphes-aka le découpage selon les heures- également. Le tout forme un ensemble bien cadencé. Du coup, une fois lancée dans ma lecture, c'était plutôt difficile de m'arrêter. Je l'ai dévoré en deux ou trois "séances" de lecture. L'enchaînement des péripéties contribue également à maintenir une certaine activité cérébrale. Il n'y a pas de temps morts, ce qui facilite l'envie d'aller toujours voir plus loin.

❢ Ainsi, après avoir atterri sur terre, les deux comparses sont amenés à adopter une apparence humaine afin de se fondre dans la population et l'étudier. Gurb adopte celle de Madonna et disparaît dans la nature. Notre narrateur va, quant à lui, nous offrir un florilège d'apparences les plus "farfelues" les unes que les autres. Par farfelues, j'entends plutôt inadaptées aux situations dans lesquelles il se trouve. C'est dans ce genre d'humour que l'on tombe quand on se plonge dans ce roman. Mendoza construit son récit autour d'un "comique absurde", et franchement.... ça marche! Régulièrement, le héros adopte des comportements totalement inadaptés à la vie que nous connaissons (nous); ça paraît stupide, néanmoins en imaginant qu'il ne vient pas de notre planète, ça reste crédible- à noter également que lors de leur arrivée, ils doivent apprendre à marcher et à respirer...

❢ Le style narratif est plutôt simple et léger. On est dans un roman de type "compte-rendu", néanmoins on ne se trouve pas face à un texte froid et sans émotion. On ressent bien la distance que le héros a avec les habitants de la planète Terre, mais on peut également voir les efforts qu'il entreprend pour coller au mieux aux normes sociales et comportementales des humains.




❢ En bref, j'ai passé un agréable moment de lecture à attendre des nouvelles de Gurb. Je vous invite à vous plonger dans le bouquin afin de savoir si Gurb donne de ses nouvelles, ou pas. Le héros offre un florilège de moments comiques et absurdes en raison de sa méconnaissance de notre société. De plus, le rapport "qualité/prix", ou plutôt investissement temps/plaisir de lecture est totalement indiscutable. Attention qu'il faut apprécier le non-sens. Dans le cas contraire, cher lecteur, tu risques peut-être de ne pas y trouver ton plaisir.

❢ Acr0 en parlait dans son rond de sorcière #39.



vendredi 2 mai 2014

Zombillénium - Arthur De Pins


TITRE : Zombillénium #2 : Ressources humaines
AUTEUR : Arthur DE PINS
Editions : Dupuis
26 août 2011
52 pages









TITRE : Zombillénium #3 : Control freaks
AUTEUR : Arthur DE PINS
Editions : Dupuis
7 novembre 2013
48 pages









❢ Série découverte en 2010 avec beaucoup de plaisir, j'ai enchaîné l'année suivante avec le tome 2, et ensuite avec le tome 3, remporté lors d'un concours organisé par Hilde et Lou à l'occasion du challenge Halloween 2013. Freaks control sorti de ma PAL par ma copinette Acr0 pour notre défi d'avril, j'ai repris ma lecture depuis le début afin de ne pas perdre une miette de l'intrigue. Retour sur une lecture qui en envoie plein les mirettes et qui laisse son lecteur avide de découvrir la suite.

Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Zombillenium est un parc d'attraction français un peu particulier. Loin d'être peuplé de merveilleux petits personnages roses, mauves ou verts pistache garnis de paillettes et autres glitter-things, le parc regorge de créatures toutes aussi inquiétantes les unes que les autres. C'est assez bien dire que les employés du parc, à l'instar des employeurs ne sont pas à proprement parler vivants.
Un parc d'attraction effrayant, dont toutes les attractions ont pour objectif de filer une peur bleue aux visiteurs. C'est sûr, on ne pouvait trouver meilleurs travailleurs que des vampires, zombies, momies ou autres démons.
Néanmoins, comme dans toutes bonnes entreprises, des conflits existent entre la direction, toujours en recherche du profit, et les employés pas toujours satisfaits de leurs conditions de travail.
A cela, ajoutez l'arrivée de nouveaux employés, le mystère enveloppant Gretchen, sorcière stagiaire, la prise de contrôle par un nouveau dirigeant peu scrupuleux... Qu'est-ce qui peut bien se cacher derrière tous ces voiles de fumée?

Et mon avis, je vous le trempe dedans?


❢ Comme je l'avais déjà dit lors de ma chronique du premier tome, j'ai vraiment été séduite par les dessins d'Arthur De Pins. A travers des illustrations très "imaginaires", il apporte néanmoins beaucoup de réalisme. Des traits fins qui rendent bien les détails du "réel", mais surtout une certaine rondeur et des couleurs flashies, douces et franches à la fois, qui donnent l'impression de manger des sucreries-sans les maux de ventre ou les caries qui vont avec.
Les contours des illustrations me donnent un sentiment de "halo" qui m'ont plongée non seulement dans une histoire onirique, malgré le fait qu'elle soit ancrée dans le réel; mais également dans un gros coussin confortable.
Bref, pour moi, cette BD est un régal pour les yeux.

❢ Du côté des personnages, Arthur Des Pins leur donnent des expressions physiques bien humaines, "réelles", malgré le fait que les images soient très imaginaires. Il réussit à créer une brochette de protagonistes qui ont chacun leur importance et apportent leur petite pierre à l'édifice. Les figurants sont loin d'être bâclés.

❢ Au niveau de l'intrigue, je trouve qu'elle est assez bien ficelée et entraine son lecteur en plein dans le parc Zombillenium avec une furieuse envie d'en savoir toujours plus. Entre les moments mystérieux et les scènes d'action palpitantes, Arthur Des Pins nous abreuve en moments très drôles et en situations cocasses.



❢  En bref, je suis très fan de cette série tant sur le plan de l'intrigue que sur le plan du graphisme. Les personnages me font rire, les situations aussi. C'est vraiment avec beaucoup de plaisir que j'ai redécouvert les deux premiers tomes avant d'entamer ma lecture du troisième; et je ferai à nouveau de même pour la sortie du tome 4... que j'attends évidemment avec impatience.
L'histoire va de rebondissements en rebondissements et attise vraiment la curiosité du lecteur-aka moi, entre autre. Reste à savoir quand est prévue la sortie du prochain volume.

Egalement fan de la série, Acr0 s'est prise au jeu de la relecture pour m'accompagner dans mon défi du moi. Elle a laissé son avis par là-bas...