Google+

Index dynamique

mardi 28 octobre 2014

La ferme - Tom Rob Smith

TITRE : La ferme
AUTEUR : Tom Rob SMITH
Edition : Belfond
Pub. 2 octobre 2014
331 pages









❢ Né en 1979 à Londres, Tom Rob Smith est spécialisé dans le policier. Son premier roman Enfant 44 est publié en 2008, axé policier historique. C'est le premier tome d'une trilogie. Ce premier livre a été adapté au cinéma en 2014.

Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Daniel, presque trentenaire, vit à Londres avec son compagnon. Un soir, alors qu'il rentre du supermarché, Daniel reçoit un appel alarmé de son père. Sa mère a pêté un plomb et il a dû la faire interner. Alors qu'il s'imaginait que ses parents coulaient une retraite paisible dans une ferme dans le fin fond de la Suède, cette nouvelle le frappe comme un coup de poing. Mais alors qu'il s'apprête à embarquer pour la Suède, il reçoit un appel affolé de sa mère. Elle a quitté l'hôpital psychiatrique pour venir le rejoindre. Elle lui affirme que son père lui a raconté des mensonges à son propos. Elle tient à lui relater la vérité.

Et mon avis, avec ou sans miel?

❢ Chouette découverte d'auteur. La ferme est un thriller psychologique qui nous enfonce dans les méandres de la folie. Dès les premières pages, Tom Rob Smith nous plonge dans l'intrigue de son histoire. Pas de "blabla" introductif. Au bout de la seconde page, Daniel a déjà reçu l'appel de son père. On entre très vite dans le vif du sujet. L'auteur donne le ton : le rythme sera relativement bien soutenu.

❢ Cette entrée rapide en matière n'empêche pas les présentations avec notre "héros", Daniel. Enfant unique, il a toujours été très proche de ses parents, mais les évènements présents vont lui faire prendre conscience que leur éloignement géographique a également creusé un éloignement "affectif". Il se rend compte des cachoteries et des mensonges qu'il leur fait et envisage dès lors que ses parents ont les leurs. Je me suis pas mal attachée à Daniel, me disant qu'il se trouvait dans une situation fort délicate. Les autres personnages sont également bien campés et participent bien au placement du cadre de l'intrigue. Evidemment, nous ne les connaissons qu'à travers le seul point de vue de la mère, Tilde, mais qui nous dit qu'ils sont plus tempérés.

❢ Le thème central du roman est donc la folie, et la manière dont Tom Rob Smith nous la présente est assez oppressante et angoissante : ce jeune homme est pris en étau entre ses deux parents, l'un décrétant que l'autre est en pleine crise de folie; l'autre criant à la conspiration de la part de l'un. Evidemment, on pourrait se dire que le coup de la conspiration est tout téléphoné et que la mère, Tilde, est en plein délire paranoïaque. Mais en fait non. On se retrouve au côté de Daniel, tentant de défaire les noeuds de cette intrigue, au fur et à mesure que l'histoire lui est relatée, avec preuves à l'appui, tout en ne prenant pas parti pour l'un des deux parents.

❢ Le récit est écrit en "je", à travers la voix de Daniel. Une grosse partie de l'histoire relate les faits racontées par Tilde, mais sont également écrit en "je". On suit dès lors la voix de Tilde à travers celle de Daniel- tu me suis toujours? En gros, tout le récit est en je, et on assiste au récit de la mère comme si on était au côté du personnage principal. Et ce récit va assez vite. Tilde n'a pas le temps. Elle doit faire la lumière sur toute cette histoire et s'attirer le soutien de son fils, en qui elle a confiance, pour éviter de se faire rattraper par son mari.

❢ Comme je le disais, le rythme est vraiment intense. Ca va vite et on a à peine le temps de reprendre son souffle. J'ai assez bien ressenti le besoin de devoir relater au plus vite cette histoire. Ce qui fait que j'ai plutôt bien dévoré ce livre. Le ton et le style de l'auteur invite à adopter un rythme de lecture assez soutenu, et ce pendant des heures d'affilée, et sans pour autant fatiguer les lecteur. En ça, on peut dire que La ferme est un sacré page-turner. L'envie de connaître l'issue de ce quiproquo a été vraiment importante en ce qui me concerne.
Néanmoins, j'ai ressenti une baisse de "rythme" lors de la dernière partie du roman, au moment où on entre en quelque sorte dans la résolution de l'intrigue- oui, non, peut-être.... Certains passages de cette partie m'ont semblé un peu facilement bouclés. Ce qui explique mon 3,5 rocks, plutôt qu'un 4 rocks.


❢ En bref, j'ai passé un très bon moment de lecture. La ferme est un thriller psychologique plutôt haletant et rythmé qui plonge le lecteur dans une spirale infernale. Tout au long du récit, j'ai oscillé entre qui croire et qui ne pas croire. Impossible de se faire une réelle idée dès le début. A la fin de l'histoire, l'auteur laisse une note expliquant que ce roman est basé sur un fait réel, qui plus est, qu'il a vécu lui même. Cet élément est touchant. On prend conscience que l'auteur s'est quelque peu mis à nu face à son lecteur. Ca apporte évidemment un angle supplémentaire au récit. Ca fait réfléchir.
J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une opération Masse-Critique de Babélio, en partenariat avec les éditions Belfond. Je les en remercie pour la découverte. Ce livre m'a donné envie de découvrir un peu plus ce jeune auteur britannique- oui il est jeune, il est né la même année que moi!


❢ Finalement, je valide ce titre pour le challenge Halloween. On est quand même dans un thriller, un cadre qui donne des frissons, la peur, etc.

2 commentaires:

  1. Je le note. Et si à l'occasion il me tombe entre les mains d'ici un mois, je le lirai pour mon challenge polar-fantasy...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un chouette polar, et ça se lit rapidement. Bon pas le truc qui reste à jamais still forever, mais un bon moment de lecture quand même.

      Supprimer