Google+

Index dynamique

dimanche 4 août 2013

The boys - Intégrale tome 1 - Garth ENNIS & Darick ROBERTSON

Ça va faire très mal! est le premier intégral de la série de comic The boys créée par Garth Ennis, scénariste britannique (né en 1970), et Darick Robertson, dessinateur américain. La série compte actuellement 18 tomes en VF (et 20 en VO). Cette intégrale reprend les 3 premiers tomes VF.
Découverte chez Acr0, reçue à Noël, voici une nouvelle série qui m'a vraiment emballée.
3 intégrale VF existent déjà en librairie. La seconde m'attend déjà dans ma PAL.



Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?


Panini Comics, 14 mars 2012, 320p.

Et si les supers-héros avaient été créés par une entreprise d'armement grâce à un sérum qui procure des supers pouvoirs afin de protéger le monde. Et si en fait, ces supers-héros étaient un peu des connards qui se croyaient tout permis, mais restaient quand même sous la protection du chef d'état?

Alors, il faudrait quelqu'un pour les calmer un peu. Billy Butcher, britannique, est un type violent et amoral. Mais il a décidé de mettre tout en oeuvre pour venger sa femme, morte violée par un des ces supers-héros.
Engagé par la CIA, il a formé autour de lui un petit groupe pour faire la chasse aux supers-slips.

Hughie, écossais dont la copine vient d'être gentiment pulvérisée par un des "Sept", est recruté par Butcher pour intégrer l'équipe. C'est ainsi qu'il découvre l'envers d'une réalité pas très glorieuse.




Et mon avis pour tremper dedans?

Non mais quelle claque! Cette série est un petit bijou d'humour noir et de cynisme, agrémentée d'une
bonne dose de violence et de cruditude. Petit coup d'oeil sur le scénario. A l'heure où les supers-héros inondent les écrans avec leurs côtés sombres, mais avec cette volonté de sauver le monde des méchants-vilains, The Boys s'inscrit en totale contradiction avec cette imagerie. En fait, The boys nous donne la vraie réalité du monde des supers-héros! On nous fait avaler des couleuvres en nous présentant ces personnages exceptionnels comme des bienfaiteurs. Ce qu'on ne sait pas c'est qu'ils sont surtout égoïstes, égocentriques et mis à part la célébrité et l'argent, peu de choses les touchent.

Dès le départ, on entre dans le vif du sujet et on est confronté à un règlement de comptes de Supers qui tourne mal. De suite, l'Autorité s'en mêle pour s'assurer du silence de la victime. Chaque épisode met en scène une nouvelle intrigue et permet de voir évoluer les différents personnages, d'en apprendre un peu plus sur eux et le monde de The boys.


Les personnages sont vraiment bien réalisés. D'une part, on les découvre petit à petit sur le plan
psychologique. D'autre part, les particularités physiques collent vraiment bien aux physiques.
Chacun a sa personnalité, sa particularité, ses défauts et ses qualités.
Le ton du récit est assez cru et violent. Loin du salon de thé anglais, les héros évoluent dans la rue et doivent faire face à des actes violents envers des innocents. Ils s'expriment dans un langage "courant" et qui n'est pas très châtié. Évidemment, c'est en accord total avec le scénario et la cadre du récit. Prudes s'abstenir. L'humour et le cynisme imprègnent l'histoire. Les auteurs nous offrent également pas mal de scènes cocasses. Et comme c'est une BD, en plus des mots, on a droit aux images. Âmes sensibles s'abstenir.

Côté illustration, c'est assez jubilatoire. Les dessins sont très réalistes, avec des planches qui dévorent littéralement toute la page. Beaucoup "d'à-plats" de couleurs, ici peu d'espaces blancs (euh voire pas du tout). J'ai vraiment bien apprécié les traits des dessins. Les personnages et les décors sont à la fois "durs", mais la couleur "adouci" en quelque sorte le trait.
Je dis "durs" dans le sens où c'est très réaliste : décors ou humains,  les traits sont précis et reflètent bien les détails physiques. Cette technique rend extrêmement bien toutes les expressions corporelles et participe à la définition psychologique des personnages.
En majorité, les images sont sombres et reflètent bien l'ambiance générale de l'histoire.

En bref... J'ai adoré démarrer cette série, et il me tarde de la continuer. C'est drôle, noir, ironique, décalé, brute, cru, violent. Ça saigne et ça va faire mal! J'en connais plusieurs à qui ça pourrait plaire.

Et ça a été lu dans le cadre du défi ValériAcr0 de juillet 2013.


5 commentaires:

  1. Je suis contente que tu aies aimé :) Je ne connais que peu les comics, du coup je n'avais encore jamais lu de série où les super-héros déjantent un max (j'adore leur surnom de super-slips). J'aime bien la bande des P'tits Gars, tu verras, on en apprend vraiment sur eux... mais un peu au compte-goutte au fil des tomes, mais pas trop de frustration de ce côté-là. Concernant le P'tit Hughie, t'as pas fini de te dire "il n'a pas de chance, le pauvre".
    Oui, c'est noir de chez noir, gore et cru. Mais j'aime cette vision de super-héros et tout ce qui les entoure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment kiffé!
      Merci pour la découverte en tout cas!
      Bon, le hic, c'est que quand j'aurais fini les 2 prochains intégraux (qui couvrent jusqu'au tome 10 à eux deux), vais être face à un dilemme.... attendre le prochain intégral... ou les prendre en isolé... argh!

      Supprimer
  2. Je note. Après le tome 2 de "Kick Ass", j'aurai peut-être envie d'une nouvelle série qui décape! ;)

    RépondreSupprimer
  3. merci beaucoup de tes encouragements :)
    ce challenge du week end à 1000 aura d'autres sessions je pense vu son succès, il suffira de te tenir au courant sur le blog de Lili :D
    C'est sûr que le choix de la date, c'est compliqué et ne peux pas convenir à tout le monde. Moi même j'ai peur que mon programme change ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir :-)
      Oui, j'ai lu qu'il se faisait tous les trois mois?
      Bon évidemment, c'est jamais facile de caser un WE uniquement de lecture (le read-a-thon, c'est hard aussi...mais jamais fait non plus :-)); oui et contenter tout le monde...
      Non ça pourrait le faire, mais par contre, plutôt sur ton concept à 500.
      Ah je viens d'avoir une idée lumineuse!
      Faut prendre des mangas... généralement ils font pas loin de 200 pages et ça se lit assez rapidement (enfin plus vite qu'un bouquin)!

      Supprimer