Google+

Index des auteurs

vendredi 31 août 2012

Journal de bord 2012 #6

Pour 3 livres lus...

possibilité d'en acheter 1
Voilà un peu plus de 15 jours que mon "grand défi de l'année 2012-2013" a commencé.
Pour rappel, il s'agit pour moi de lire 3 livres de ma PAL pour pouvoir en acheter 1.
Ce défi s'inscrit en quelque sorte dans le challenge Kill/PAL, sauf que là, on se met vraiment de barrière afin de mettre tout en oeuvre pour la faire diminuer cette PAL - pas que je ne l'aime pas, mais là, il y a carrément de l'abus.

Et donc, depuis 2 semaines (près de 3 semaines), je carbure à la lecture. Évidemment, je suis en vacances, donc j'en profite bien pour avancer, lire et arrêter de zoner sur internet (ou presque).
Beaucoup de bloggeuses profitent de l'été pour "faire une pause", moi c'est plutôt l'inverse. Bon, je ne dis pas qu'il faut lire 36 livres/semaine pour être au top... mais pour la "rentrée", je vais limiter le vautrage-télé au profit du vautrage-lecture.

Bon venons-en à l'essentiel, à savoir un bilan après 18 jours de défi!
Je ne suis pas mécontente de moi : 14 livres lus et seulement 1 acheté!
A plusieurs reprises j'ai été tentée par des achats... mais je reprends le dessus en me disant que ça serait dommage de refaire grimper quasi aussi vite ma PAL.

Je n'ai pas encore fait toutes les chroniques (pour ça aussi j'ai eu la flemme), mais bon ça va suivre!

Générique!

1- Le passage, Justin Cronin
2- L'étrange histoire de Benjamin Button, Francis Scott Fitzgerald
3- Nana, tome 17, Ai Yazawa

1- Walking dead tome 10, Kirkman & Adlard

4- Eco Tome 1, Bianco & Almanza
5- Nana tome 18, Ai Yazawa
6- Marilyn Manson, mémoires de l'enfer, Marilyn Manson & Neil Strauss

2- ***

7- Les locataires tome 1, Christopher
8- Les péchés mignons tome 1, Arthur De Pins
9- Nana tome 19, Ai Yazawa

3- ***

10- Lou tome 1, Julien Neel
11- 4 filles et 1 Jeans, le troisième été, Ann Brashares
12- Rosmary's Baby, Ira Levin

4- ***

13- Lou tome 2, Julien Neel
14- Nana tome 20, Ai Yazawa

Bon, ça ne tombe pas dans l'oeil d'un aveugle je me lâche question BD. En effet, ça se lit assez vite, et me permet de cumuler une petite réserve "d'achat potentiel".
Donc sont en bleus les "achats", et en mauve les "lus". J'ai donc la possibilité d'acheter 3 bouquins (et bientôt 4!). Ce qui est un chiffre non négligeable. Surtout quand je rentre dans mes comptes d'apothicaire par rapport aux livres que je vais acheter pour continuer des séries, et que donc ils vont directement re-partir en catégorie "Lu"....
mais je m'embrouille....

Bref, je suis assez contente de ce que j'ai lu pour le moment... et je file me plonger dans la prochaine lecture (qui va clôturer le prochain trio).

L'étrange histoire de Benjamin Button

Folio, 103 pages, 11 septembre 2008
Nouvelle écrite par Francis Scott Fitzgerald et publiées en 1921. Celle-ci a été reprise par David Fincher pour réaliser son film éponyme en 2008.

Quelques mots à propos de l'histoire...
Un jour Benjamin Button voit le jour. Sa particularité, il naît vieux. Par contre, de jour en jour, il va rajeunir. Don ou malédiction, ça ne sera pas facile pour lui tous les jours.

Mon avis...
J'avais acheté ce bouquin au moment de la sortie du film de Fincher. Parce qu'évidemment, je suis toujours désireuse de lire les "originaux" avant de voir les adaptations. Ce qui fait que bien souvent, je me retrouve avec une tonne de films pas vus...
Finalement, j'ai quand même vu le film avant de lire la nouvelle de Fitzgerald, et ça n'a gêné en rien ma lecture. Ce que je crains habituellement, c'est que mon imaginaire ne soit biaisé par celui du réalisateur et que je ne puisse me faire me propre vision d'un livre.
Ici, la nouvelle est assez brève -un soixantaine de pages- et donc, brasse largement l'histoire de Benjamin Button. Fincher a évidemment bien enrobé toute l'histoire pour faire naître son film (que j'avais vraiment apprécié au passage).

L'écriture de Fitzgerald est agréable à lire (du moins sur une courte longueur). C'est assez fluide. Néanmoins je suis tentée de me faire la main sur un texte plus long.
Mode "je me coupe" ON
A l'époque de jadis, naguère, il était une fois, j'avais dû lire pour le cours de français "Gatsby le magnifique" (je devais avoir 13-14 ans). Et mon souvenir me laisse entendre que je n'avais pas terminé le bouquin (ou alors je n'en ai pas le souvenir!). Je pense que je n'avais pas trop accroché au récit. Bon maintenant, à cette âge là, lire une histoire se déroulant en 1920... mwais bof, c'était pas trop ça...
Mode "je me coupe" OFF
Et donc, le texte se laisse lire très facilement. Pas de longueurs inutiles, pas de textes enfiévrés. Fitzgerald va à l'essentiel de son histoire.
Son intrigue est assez surprenante et m'a laissé beaucoup de questions en tête.
Par exemple : "oui, mais, comment elle a fait la mère pour accoucher d'un vieillard d'un moins 160 cm..."
Questions assez bien illustrées dans le film de Fincher finalement.

Bref, un nouvelle bien vite digérée, qui laisse un bon goût et l'envie d'en découvrir d'autres de l'auteur.
Ma note : 3,5 étoiles

mardi 21 août 2012

Le poison de la vengeance - Robin Hobb

4ème tome de la série de l'Assassin Royal, Le poison de la vengeance est à nouveau un terrible épisode dans les aventures de Fitz Chevalerie!
Comment se fait-ce que je suis restée si longtemps à côté de cette série de fantasy! Enfin, désormais je savoure chaque page que Robin Hobb a écrit.

J'ai lu, juin 2002, 350 pages
Faire un résumé est toujours assez délicat, dans le sens où il s'agit d'une suite...
D'un autre côté, s'il on ne l'a pas encore lu, il vaut toujours mieux éviter de lire les résumés. Ou alors, tout comme moi, vous êtes un débiloïde-masochiste qui passe son temps à lire des articles sur wikipédia et qui s'auto-spoile en lisant toujours trop bas...
Mais waiiis, à croire que je le fais exprès.
Bon dans le cas de la série de l'Assassin Royal, j'y vais juste pour voir quand il faut intercaler Les aventuriers de la mer. Et ouf, pour une fois, j'ai réussi à ne pas me spoiler.
En gros, ça m'est déjà arrivé avec Harry Potter, par rapport à la mort de Sirius (on peut le dire maintenant non?!). On savait que le tome 5 serait frappé par une mort terrible. Baam me voilà sur un site qui en parle, avant la sortie du livre, et baaam gros spoile qui me saute en pleine face.
Idem il y a quelques jours où je glane des infos sur wikipedia sur la série Nana. Je me demandais si le dernier tome était finalement sorti ou pas... et me voilà en train de lire le résumé du dit dernier tome qui annonce aussi une mort terrible!
Argh!! A croire que je le fais exprès.

Enfin, petite parenthèse qui n'avait rien à voir avec ma lecture du Poison de la vengeance.
Si vous avez peur du spoile, passez donc votre chemin vers quelques lignes plus bas.

Ceci est un petit résumé qui pourrait contenir des informations à caractère spoilifique qui pourraient foutre en l'air votre lecture... ou pas (parce que je vais essayer que non évidemment).

Au début de ce nouveau tome, on retrouve Fitz Chevalerie dans un état un peu miteux.
Pour rappel, à la fin du 3, Fitz avait subit des actes d'une violence assez insoutenable, qui vont le hanter durant la suite de l'aventure. Alors qu'il est sur le point d'être exécuté, Burrich s'était arrangé pour lui transmettre un poison pour lui offrir une autre porte de sortie... via la mort.
En fait, durant plusieurs jours, l'esprit de Fitz a été véhiculé dans le corps de son ami Oeil de nuit. C'est donc grâce au vif que ce dernier peut encore voir la lumière du jour.

Bon évidemment, on pourrait croire que parler de Fitz et dire qu'il n'est pas mort pourrait être du spoile... mais bon étant donné que c'est lui qui nous raconte son histoire et qu'on sait depuis le début qu'il est assez âgé... bon on se doute qu'il ne meure pas de sitôt.

Quand nous retrouvons Fitz, il est donc assez proche de l'état animal. Burrich et Umbre travaille à lui faire retrouver totalement son âme humaine.
Au bout de quelques temps des évènements font que nos personnages sont amenés à se séparer. Fitz, bien décidé à éliminer Royal qui a pris possession du Royaume et déménagé pour les terres intérieurs, se met en route. Un trajet qui sera évidemment parsemé de nombreuses rencontres, tantôt bonnes, tantôt moins bonnes.
Pour la suite, je vous laisse découvrir par vous même.

Ceci est enfin mon avis sur un quatrième tome qui m'a tenu en haleine de bout en bout!

Au bout de 4 tomes, je suis toujours aussi conquise par cette série. L'écriture de Robin Hobb est toujours aussi agréable à lire. Entre dialogue et description, le style d'écriture reste assez fluide. Elle ne perd pas son lecteur dans des phrases sans fin, mais dépeint très bien le décor de son histoire.
L'histoire est toujours contée à travers les paroles de Fitz. Ce qui permet de découvrir les tenants et aboutissants en même temps que lui.

Les personnages sont traités avec minutie et on apprend à les découvrir petit à petit. Même ceux rencontrés depuis le début conservent une part d'ombre qui nous est dévoilée au fur et à mesure du récit.
J'apprécie beaucoup les personnages qui jalonnent le récit. Qu'ils soient bons ou mauvais, ou pas totalement gris (en fait, ils ne sont jamais tout blanc ou tout noir, et c'est tant mieux), ceux-ci sont attachants et passionnants.

Du point de vue de l'intrigue, c'est toujours aussi haletant et palpitant. On avance au même rythme que le narrateur et le suspense est constamment bien tenu. Hobb raconte son récit en passant de moments plus "calmes" à des phases d'action super rythmée. Néanmoins, malgré le calme apparent d'une situation, on sent notre héros bouillir intérieurement. Il est psychologiquement tiraillé entre les différentes solutions qui s'offrent à lui. Un peu têtu, il avance avec passion vers ses objectifs. Il est encore jeune et une aide extérieure lui apporte la raison qui le tempère. Mais régulièrement, il apprend de ses expériences, peut-être souvent impulsives.
Fitz prend des coups physiques et moraux tout au long de son voyage initiatique.

Une très bonne lecture!
Il me tarde évidemment de continuer ma plongée dans le Royaume des 6 Duchés et dans les aventures de Fitz!

Rendez-vous au tome 5!

Ma note : 4,5 étoiles


samedi 18 août 2012

Walking dead tomes 7 & 8 - Kirkman & Adlard

Je continue à petits pas la lecture de la série Walking Dead de Kirkman et Adlard, en compagnie de Miss Acro. Même si j'étais un peu à la ramasse dans les jours de lecture, j'ai découvert ces deux tomes avec grand plaisir!


Delcourt, janvier 2009, 135 pages
Tome 7 : Dans l'oeil du cyclone.
La vie continue son cours tranquille au sein de la prison, peut-être un peu trop d'ailleurs. On est dans une ambiance carrément "IN LOVE".
Certains personnages sentent qu'ils baissent leur garde et que ça devient dangereux.
Les relations évoluent et certains situations se complexifient.
De nombreux rebondissements interviennent tout au long de ce tome, tous aussi surprenants les uns que les autres. De vrais rebondissements qui relancent bien l'histoire et qui conduisent à un point d'orgue pour le moins haletant!
Suite au prochain épisode.




Delcourt, mai 2009, 141 pages
Tome 8 : Une vie de souffrance.
En plein dans la continuation du tome 7, Une vie de souffrance avance à un rythme assez effréné!
Des rebondissements et des scènes chocs, le tome 8 annonce un retournement du récit. Déconstruction totale, destruction totale. Autant les âmes que les murs ont souffert dans cet épisode.
Au vu de l'action intense qui parcourt tout le récit, on peut se douter que le prochain sera un peu plus calme.






Mon avis
A nouveau, une lecture assez plaisante. L'alternance entre les moments de réflexion et de calme, et ceux où tout pète dans tous les sens est assez bien dosée.
On ne se repose pas sur nos lauriers. Un peu à la manière de personnage, je me suis laissée transporter dans le calme, et même si je me doutais que la tempête était prévisible, j'ai été impressionnée par le développement que Kirkman décide de donner à son récit.
Même si on se doute, Kirkman continue à surprendre!
Le développement des personnages et de leur psychologie est toujours intéressante. De même, on n'est pas au pays des Bisounours et il n'hésite pas à sacrifier des héros pour avancer dans son histoire.
Kirkman choque et accroche l'attention du lecteur, pour le plaisir de se faire froid dans le dos.

C'est évidemment avec un grand plaisir que je vais continuer mon immersion dans cette série!
Et qui sait si tout ça n'est pas une vision futuriste de l'humanité...

Ma note : 4 étoiles.

Les tome 7 & 8 vus par Acro.



vendredi 17 août 2012

Journal de bord 2012 #5

Deuxième note en 3 jours... je vais finir par devenir assidue!
Il faut croire que les vacances ça a du bon (quoique ce n'est pas non plus une obligation d'écrire tous les jours, on est là pour le plaisir aussi).

J'avais déjà envie de faire un état d'avancement du défi lancé il y a 5 jours. Parce que oui, j'ai déjà avancé!
Étant donné que le livre en cours pouvait être comptabilisé et qu'il ne me restait qu'une dizaine de page, je débute sur les chapeaux de roues!

Autre astuce non négligeable dans cette affaire, est d'avoir monté quelques mangas dans les toilettes. J'adore lire, mais quand je me retire un moment, je suis assez fan de SUDOKU. Or, quand on a pour ambition de faire diminuer sa Pile à lire, c'est quand même plus intéressant de se plonger dans la cuvette un manga. J'ai donc fait acte et j'ai emmené deux tomes de la série Nana (il m'en restait 6 à lire, mais je n'ai pas encore installé de bibliothèque là-bas. A méditer!).



En ce vendredi 17 août, j'en suis donc déjà à 3 livres lus!
(Hiii je vais donc pouvoir acheter le tome 10 de Walking Dead, et continuer ma lecture commune par 2! Fête!!!).

Récap' :
1- Le passage de Justin Cronin (dont il me restait une dizaine de pages)
2- L'étrange histoire de Benjamin Button de F.S. Fitzgerald (une nouvelle de 60 pages, lues d'un trait dans mon bain)
3- Nana, tome 17 de Aï Yazawa (à l'endroit où on se retire pour être tranquille)

D'autre part, je suis plongée dans la biographie de Marilyn Manson, "Mémoire de l'enfer", et j'avance plutôt bien... une centaine de pages lues hier, et il doit m'en rester la même chose.

Je ne suis pas pour faire passer le nombre avant la qualité, mais je me rends compte qu'il faut que j'avance quand même un peu dans tous les livres qui s'entassent.
J'avais établi une liste virtuelle des livres dont je pourrais me "séparer", il faudrait peut-être que je la concrétise réellement en les sortant de la bibliothèque... dur!

En attendant, bonne lecture!

mercredi 15 août 2012

Journal de bord 2012 #4

Mon plaisir (comme une partie des amateurs de lectures) est de descendre en librairie pour me promener dans les rayonnage de bouquins. Le problème, c'est que cette passion s'accompagne inévitablement d'achat compulsif et donc d'accumulation massive de livres non lus...
En effet, depuis une dizaine d'année, où j'ai commencé à vraiment acheter beaucoup de livres (baaah commencer à bosser, ça aide aussi), ma Pile à Lire à littéralement explosé.
Si je me réfère au nombre affiché dans ma biblio virtuelle, j'ai encore 570 et quelques bouquins en attente... hum Shame on me.
C'est un peu pour ça que je me suis lancée dans le challenge Kill/PAL, avec l'espoir de me motiver à lire ce qui est dans ma Pile avant d'acheter des nouvelles choses.

C'était une belle initiative, mais il convient aussi de la concrétiser. J'ai donc pris le taureau par les cornes et j'ai établi une liste prioritaire en janvier 2012. Celle-ci comptait 171 livres.
C'est bien beau évidemment de se fixer des objectifs, mais il est toujours difficile de les atteindre. En gros, des nouvelles acquisitions ont vite pris le pas sur les livres en attente.
Photo trouvée là-bas
D'un côté, ça évite à certains bouquins de prendre la poussière aussi longtemps que les autres.
Néanmoins, ça n'aide pas. Et quand je vois mes derniers achats, je me dis que je n'arriverai jamais à faire diminuer cette PAL.

C'est en discutant de cette compulsion d'achat et du stock accumulé avec mon ami et néanmoins collègue, qu'il en est venu à me lancer une nouveau défi : "Le grand concours de l'année 2012-2013".
(Nous sommes experts pour inventer des GRANDS CONCOURS DE L'ANNEE, le dernier c'était que je devais arriver au boulot au moins 52 fois avant 8h40, et lui devait rester 88 fois après 16h20. Nous avons rempli notre mission... et j'avoue que depuis j'ai repris mon habitude d'arriver aux alentours de 9h... je ne suis pas du matin, pour celui qui n'aurait pas compris).
Bref, quels sont les tenants et aboutissants de ce nouveau défi?
Très simples et vont contribuer à avancer dans le Challenge Kill/PAL, à savoir que je ne peux acheter qu'UN nouveau livre qu'à partir du moment où j'en ai lu TROIS de ma pile.
Au départ, il m'avait suggéré "1 achat pour 2 lus", mais j'ai préféré monter la barre d'un cran.

Le défi prendra fin le 13 août 2013, mais je pense qu'il sera intéressant de le renouveler.
Après un calcul savant, mon ami et néanmoins collègue a calculé qu'à ce rythme, j'arriverai au bout de la pile au bout de 8 ans (tout en continuant à acheter 1 bouquin sur 3 lus, donc).
L'espoir fait vivre.

Dans la foulée, je me suis penchée à nouveau sur ma PILE à LIRE totale, et il est évident que de nombreux livres resteront non-lus à tout jamais... Acheté sur un coup de tête, certains ne m'attirent plus des masses aujourd'hui. Ce qui est sympa avec ce défi, c'est que si je revends des livres NON LUS, ceux-ci peuvent être comptabilisés pour les achats futurs...
Reste plus qu'à arriver à se défaire de ces livres... et ce ne sera pas une mince affaire.
Tout ça pour une histoire de compulsion.

samedi 11 août 2012

Prenez soin du chien - J.M. ERRE

Reçu pour mon avant-dernier anniversaire (il y a 1 an et demi), je me demande pourquoi j'ai laissé ce bouquin de côté si longtemps. Une sorte de roman-polar, un condensé d'humour (noir), une bonne dose de plaisir de lecture. Et comme je suis un peu feignasse... cette chronique traine dans mon clavier depuis le mois de mai...

Points, 278 pages, juin 2007
Pitch :
Rue de la Doulce-Belette, Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons, et Eugène Ruche, peintre sur coquilles d'œuf, habitent en vis-à-vis. Chacun suspecte l'autre de l'épier. La méfiance règne, d'autant plus que le voisinage n'est pas spécialement sain d'esprit. Sans compter les commérages de Mme Ladoux, la gardienne... Quand un cadavre est découvert, c'est une véritable psychose qui s'installe. Seraient-ils allés trop loin? 

Ce récit est écrit sous la forme de journaux ou de lettres. Un style que j'apprécie plutôt et qui m'a permise d'entrer rapidement dans le roman.
On découvre tout d'abord le personnage de Max Corneloup, en quelque sorte le point central du roman, mais pour aussi vite faire la connaissance des autres habitants des deux immeubles (par le propre voix donc).
Un peu à la manière d'une spirale.
Toute l'intrigue démarre sur la guéguerre psychologique que se jouent les deux voisins de façade, chacun étant persuadé que l'autre le nargue.
C'est assez drôle du fait de l'omniscience du lecteur.
L'intrigue est vraiment bien ficelée. Même si on a vue globale de ce qui se passe des deux côtés de la rue, le comportement des personnages n'en reste pas moins imprévisible.
Terminé il y a quelques mois, je souris toujours au souvenir de nombreux passages assez burlesques.
Attention, l'auteur ne se contente pas de faire rire son lecteur, il le tient vraiment en haleine et le comique résulte de tous les éléments qu'il met en place avec minutie.
On n'est pas dans la grosse blague de potache!

J'ai vraiment apprécié le style de J.M. Erre. UN style assez léger et agréable à lire, "fluide", au sein d'une intrigue bien ficelée.
Bref, un bon moment de lecture qui donne envie de continuer à découvrir l'auteur!

Ma note : 4 étoiles


L'avis de Carole.