Google+

Index des auteurs

mardi 14 février 2012

Journal de bord 2012 #2

Comme un témoignage de mon hyper régularité, ceci n'est que mon deuxième post' "journal de bord de l'année. Enfin bon, vaut mieux que parler pour ne rien dire.
D'ailleurs, je n'ai pas trop de choses à raconter... mis à part que me voilà déjà prise en défaut de bonne résolution!
Début janvier, je m'étais promise de lire au moins une BD par semaine (genre le dimanche). Je me dois de déjà constater que j'ai pris un peu de retard.
La "première" semaine, je me suis plongée dans l'adaptation d'Alice aux pays des merveilles de Colette et Chauvel, avec beaucoup de plaisir.
Puis, bin un peu le désert... gloups, je devrais en être à... quoi... 4-5 BD de lues?
Enfin, ce n'est pas totalement le désert, j'ai quand même lu le second tome de Walking Dead. Le troisième, que je me suis engagée à lire en lecture commune avec Acro dimanche dernier n'est pas loin de moi.
Ce n'est pas comme si c'était une obligation, mais se lancer dans ce genre de lectures communes permet quand même de prendre le temps de s'installer et faire diminuer sa PAL.
Prochain objectif... lire le tome 4 pour ce dimanche.
On n'a pas prévu d'écrire un billet par tome. Le graphisme restant le même d'un volume à l'autre, à part faire un résumé de l'intrigue (et donc de spoiler tout) et de donner son avis sur l'évolution... je ne sais pas ce que je pourrais en dire.
Donc, on a opté pour une chronique par 2 tomes, voire plus.

A côté de ça, j'ai commencé le livre de Mikal Gilmore, "Un long silence", reçu dans le cadre de l'opération Masse-critique de Babélio. J'avais postulé pour ce livre, tout simplement parce qu'il a été écrit par le frère de l'anti-héros de Norman Mailer dans son "Chant du bourreau". Un livre que j'ai vraiment apprécié.
Dans ce livre, Mikal retrace sa vie, ses origines, mais aussi celles de Gary Gilmore.
Je suis en cours de ma lecture. Ca se lit assez vite, le style est agréable. Il nous plonge en quelques sortes dans une grande saga familiale. La suite... au prochain numéro.

En guise de conclusion pour #2 du journal de bord... Mes lectures ses portent bien. Pas de panne en vue, une super découverte Fantasy avec l'Apprenti Assassin de Robin Hobb... une série que je vais évidemment m'empresser de continuer!
Un billet consacré à ce premier tome est en cours de réflexion ;-)

Et joyeux deuxième mois de l'année!
Bises,
Valériane
Moi et mon milkshake Fraise de chez Ed's - London 2012

lundi 13 février 2012

Succubus Blues - Richelle Mead

Impossible de faire un tour sur les blogs littéraires sans tomber sur des chroniques de Bit-Lit (j'utilise ce terme dans un sens général, ne limitant pas seulement aux livres de vampires, mais bien aux romans mettant en scène des créatures en tout genre). (Autre terme plus approprié est bienvenu).
J'avais déjà tenté l'expérience en commençant la série "True Blood", que j'apprécie jusqu'à présent (2 tomes lus); et avec les aventures d'Anita Blake (mais je n'en ai lu qu'un).
En même temps, ça restait dans le "Vampire".

Donc, en tant que grande curieuse, j'ai voulu un peu découvrir ce genre. J'ai donc sondé quelques bloggeuses pour savoir quelle série valait vraiment la peine!
C'est ainsi que plusieurs m'ont invitée à choisir "Succubus", une série écrite par Richelle Mead.
 Succubus blues, le premier tome de la série, nous plonge dans la vie de Georgina Kincaid, succube de son état.
Milady, juin 2011, 510 pages
Petit résumé :
Succube (n. m.) : Démon qui prend l’apparence d’une femme pour avoir des relations sexuelles avec un mortel.
Georgina vit à Seattle où elle exerce le métier de libraire (aah ça j'aime bien!). Mais elle est aussi succube. Ce qui se traduit par la vie éternelle (et la jeunesse dans son cas), le choix de son apparence et un pouvoir d'attraction sexuelle énorme sur les hommes. Un simple effleurement et les voilà à ses pieds. Le problème est qu'il lui est impossible de trouver un heureux élu, sans mettre son âme en péril. De fait, elle se nourrit de l'énergie dégagée par les hommes durant un acte sexuel, qu'ils réalisent après avoir vendu leur âme au diable.
Sa rencontre avec son écrivain favori, Seth Mortensen, va la tirailler d'autant plus.
Mais au moment où ses dilemmes de coeur refont surface, elle doit également se méfier d'une autre menace : celle d'un individu bien décider à éliminer les Immortels.
Parce qu'évidemment Georgina n'est pas seule à avoir quelques pouvoirs. Toute la société est entourée d'anges, de démons et autres créatures.
Top départ... c'est parti

Mon avis :
J'ai bel et bien succombé aux charmes de Georgina Kindcaid. 
J'avais sans doute un peu peur, avant d'ouvrir ce bouquin, de tomber dans une histoire sans fond, avec très peu de forme, bourrée de clichés et autres scènes de cul.
Puis finalement, j'ai tourné la première page en me détachant de tous les apriori que je pouvais avoir quand on pense à la grosse machinerie de "bit-lit" mise en route depuis plusieurs mois, voire années déjà.
Grand bien m'en a pris. J'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir l'univers décrit par Richelle Mead.
Dès la première page, on fait donc la connaissance de notre héroïne et d'un de ses acolytes. Effectivement, ça démarre sur les chapeaux de roue, étant donné que la demoiselle s'en va ôter l'âme d'un pauvre humain geek et no-life, grâce à ses fesses.
On se rend bien vite compte que Georgina n'est pas totalement enchantée des tâches qui incombent à son statut de succube. Mais aussi que les personnages ont beaucoup d'humour.
Mead plante, petit à petit, son décor, qui va se développer au fil du récit.
Le ton est assez léger. L'auteur utilise un langage de tous les jours, ni trop familier, ni trop emprunté.
Je me suis retrouvée à observer les discussions entre les protagonistes comme si je faisais partie de celles-ci. 
L'écriture est donc agréable à lire et n'est pas au niveau des pâquerettes.
Elle distille également au compte gouttes les personnalités des personnages. On apprend à la connaître "en temps réel", en même temps que Georgina.
De même, au niveau de l'historique de ceux-ci. Tous les secrets ne nous sont pas servis de but en blanc. On découvre au fur et à mesure le passé de Georgina par exemple. Ce qui est un excellent page turner. 
L'intrigue de ce premier tome est plutôt bien menée. Les éléments se tiennent et le suspense dure jusqu'au bout.
Alors, évidemment qu'il y a bien deux ou trois scènes de cul! Mais celles-ci restent quand même dans la retenue. Enfin, oui, c'est un peu cru, mais on a connût pire.
L'auteur ne s'est pas amusée à en placer toutes les 12 pages, pour le plaisir de faire frémir ses lectrices/eurs (et ça, ça m'aurait sans doute souler grave).
Je pense qu'elle s'est limitée au minimum syndical et ne s'est pas trop étendue dans ses descriptions.
Cette réflexion est évidemment faite par rapport à ce que j'aurais déjà pu lire dans d'autres titres (True blood ou Anita Blake) ou à d'échos divers par rapport à d'autres romans.

Au final, j'ai apprécié cette lecture.
Sans être un grand roman, il a joué parfaitement son rôle de relaxant et d'évasion.
Pas de prise de tête, pas de situation complexe. Juste une bonne intrigue qui se tient d'un bout à l'autre du roman, et qui se lit vite. Une lecture girly.
J'ai d'ailleurs ajouté le tome 2 sur ma wishlist...
J'espère que la suite sera du même niveau (et pourquoi pas mieux encore!)

Ma note : 3,5 étoiles

 Richelle Mead est une auteur américaine (Michigan), née en 1976. Elle vit à Seattle.
Elle est également à l'origine des séries Vampire academy et du Cygne noir.
Le sixième tome de la série Georgina Kincaid doit paraître en juin 2012 en VF.