Google+

Index des auteurs

samedi 31 décembre 2011

Joueur_1 - Douglas Coupland


Au Diable Vauvert, septembre 2011, 312p

Étant donné que je ne suis pas méga à jour dans mes chroniques, celui-ci est déjà reparti (et arrivé) chez son nouveau destinataire.

Premier atterrissage de ce livre voyageur, envoyé par Acr0 - merci, merci pour l'envoi!


4ème livre de Douglas Coupland que je lis. C'est toujours avec un grand plaisir que je retrouve sa plume et avec une certaine perplexité face au contenu. J'avais découvert l'auteur canadien avec "Toutes les familles sont psychotiques", titre, qui à ce jour, reste mon préféré.
J'ai ensuite continué avec "Girlfriend dans le coma" et "Eléanore Rigby". C'est avec Girlfriend que j'ai commencée à être perplexe.
Tout comme dans Player_1, Coupland plonge son lecteur dans une scénario "catastropho-apocalyptiquo-fin du mondo". Non pas sur le plan du décor, on n'est pas dans une scène d'horreur, mais plutôt sur la plan psychologique. Un élément déclencheur fait qu'on ne peut que tomber dans l'introspection. Un personnage transcendant apporte également son témoignage sur l'histoire.
Avec une illustration, ça devrait paraître plus clair...
En ce qui concerne Player_1, 4 personnes se retrouvent dans le bar d'un hôtel d'aéroport. Le pur hasard les a réunis  là, à ce moment là. Et ils n'avaient aucune raison de se parler avant le moment X.
Ce moment X, c'est la croissance extrêmement rapide et affolante du prix du baril de pétrole. Ce qui, je ne vous le cache pas, entraîne une catastrophe humaine assez rapide, entre pillage et fusillade. Les 4 individus se voient dès lors collaborer afin d'imaginer pouvoir s'en sortir.
Au niveau de l'histoire, le déroulement est plutôt haletant. On craint pour les 4 protagonistes tout au long, on se demande comment ils vont trouver une issue à cette scène de fin du monde. En même temps, on suit leur parcours personnel qui influence (ou pas) leurs réactions.
Du point de vue du style, Coupland fait parler un nouveau personnage par chapitre. On suit donc son introspection et ses réflexions, petit à petit, au fil de l'intrigue.
Lorsque les 4 personnages sont intervenus, le Player_1 fait entendre sa voix. Une voix extérieure qui regarde la situation et l'analyse, pour final... (je ne le dis pas).
L'écriture de Coupland est vraiment agréable à lire. 
Le petit bémol est que je me suis parfois perdue, comme dans les autres, dans ses extrapolations par rapport au monde et à la condition humaine. Mais malgré le fait que je me suis égarée dans ses propos, qui selon moi tombe dans de la philosophie, ça n'en reste pas moins très agréable à lire.

Un gros point positif pour le fait que Coupland a réussi à me plonger totalement dans son récit. J'ai été tellement prise par son scénario qu'il m'en a filé des angoisses. Au final, qui sait si ça ne pourrait pas arriver tout ça.

Bref, une jolie rencontre qui me fait penser que je continuerai à lire Coupland (j'ai encore Hey Nostradamus dans ma PAL), même s'il me plonge dans un certain brouillard.

Ma note : 2,5 étoiles

dimanche 18 décembre 2011

Le prédicateur - Camilla Läckberg

Actes Noirs, mars 2009, 375 pages
Welcome back in Fjällbacka, Sweden.
C'est avec beaucoup de plaisir que je retrouve la "nouvelle" héroïne suédoise, Erica Falck. Attention spoiler décor : Erica est en couple avec son policier, Patrick Hedström. Adieu notre Bridget Jones du Nord, Erica est enceinte. Dans ce tome, c'est le personnage de Patrick qui mène l'enquête!
C'est l'été dans le petit port et alors que les touristes commencent à débarquer pour les vacances, le corps d'une jeune femme est retrouvé en bas des rochers de la "Brèche du roi".
Démarrage plutôt glauque, surtout que sous ce corps se trouvent des ossements... ceux de deux autres jeunes filles disparues il y a près de 20 ans.
Alors que le prétendu meurtrier de ces femmes est mort et enterré, le mystère reste entier. Y-a-t-il un lien entre ce nouveau cadavre et les précédents? Patrick décide de s'intéresser à la famille du tueur, jusqu'à un nouvel enlèvement qui va brouiller toutes les pistes éventuelles.
Pour le reste... Je vous laisse tourner les pages.

Décidément, ils sont quand même bons ces auteurs de polars suédois! Oui, oui je sais, j'ai une grosse lacune à mon actif, vu que je n'ai pas encore découvert Mankel, mais je vais essayer de réparer ce manque au plus vite! (Je vais penser à me faire une liste à déglinguer pour 2012!).
Tout d'abord, l'intrigue. A nouveau, je trouve que Läckberg sait ménager le suspense et activer la touche "tourner les pages". Sans en faire trop, elle déboule le fil de son histoire, petit à petit, avec ce qu'il faut de revirements et de rebondissements. Les éléments entrent peu à peu en scène et donnent envie de rester accrocher à son bouquin jusqu'à ce que les yeux nous tombent de la tête.
Quoi de mieux par exemple, d'arriver à un passage clé, et là, hop, on change de décor et de personnage. Ah! Ah! Tu voulais savoir ce que le policier vient de découvrir, bin continue à lire!!

Au niveau du style, rien de bien complexe, mais ce n'est pas pour autant du bla-bla inutile. Je trouve que Camilla Läckberg écrit plutôt bien. C'est agréable, fluide, entre dialogues et descriptions ou pensées intérieures. Elle sait également manier l'humour. Comme dans le premier tome, quand on est confronté au personnage d'Erica, le ton est assez léger. Cette gonzesse a l'air vraiment sympa.
Les personnages sont bien dépeints. Certains attachants, d'autres assez détestables, et parfois bien lourds et cons. Certains peuvent paraître caricaturaux (je pense à un des flics en particulier, qui est vraiment un gros boulet), mais ça n'est pas désagréable (ça aide à vraiment le détester ce type!).

L'histoire "familiale" qui entoure l'enquête fait également partie de ces choses qui donnent envie de continuer la série. Bon d'accord, je suis bon public en matière de série. Mais Läckberg sait bien doser les éléments pour qu'on ait envie de suivre son héroïne. Pas de trop pour ne pas effacer l'enquête, mais juste assez pour vouloir lire la suite!
D'ailleurs, je pense que je ne vais pas tarder à m'offrir Le tailleur de pierre, troisième tome de la série!
Est-ce que je m'étends à nouveau sur cette collection... Aaaah qu'elle est belle. Je me répète, mais je trouve que les éditions Actes Noirs savent nourrir leurs lecteurs. Je n'ai pas encore été déçue une seule fois des polars que j'ai lu dans leur édition.
De la qualité de contenu, pour une édition très esthétique!
L'illustration de cette couverture est signée Nicoletta Ceccoli, un genre que j'apprécie beaucoup!

Ma note : 3,5 étoiles

Walking dead tome 1 : Passé décomposé

Delcourt, juin 2007, 142 pages
de Robert Kirkman (Scénariste), Tony Moore (dessinateur), Charlie Adlard (dessinateur).
Première incursion dans cette série de Comic books. Welcome to zombieland, welcome in the end of the world.
Tout va très vite pour se mettre en place. Rick et Shane sont flics. Au début du tome, ils sont confrontés à un forcené. Rick prend un balle. 
On retrouve Rick, couché dans un lit d'hôpital. Il sort de son coma. Combien de temps celui-ci a-t-il duré? On ne le sait pas vraiment. L'endroit est désert. Rick est perdu, déboussolé. Il quitte l'hôpital et tombe sur une vision d'apocalypse. Il n'y a plus personne nulle part. Excepté... des gens bizarres qui font de drôles de gargouillis ("Arrrghhh tssss rrhhhgggg...").
Rick s'enfuit comme il peut et tente de rejoindre sa maison. C'est là qu'il rencontre un homme et son fils, qui manquent de le tuer. Cet homme le met au parfum. Un fléau s'est abattu sur les Etats-Unis. Des morts-vivants ont envahi le pays.
Toute la population a déserté à la ville. Sur conseil du gouvernement, les gens ont été invité à rejoindre Atlanta où ils devaient être en sécurité là-bas. En attendant d'être sauvé par l'armée.
Rick décide alors de rejoindre la grande ville pour y retrouver sa femme et son fils.
Mais tout ne s'est pas vraiment passé comme l'avaient prévu les autorités. Les nons-morts sont partout.
Sauvé in extremis par un jeune homme, il est conduit dans un camp de survivants, une petite dizaine tout au plus. Laissons un peu de suspense pour la suite.
Voilà, vous avez mis les pieds dans un comic dans la pure tradition du survivor.
Le scénario est bien ficelé, entre suspense et horreur, c'est haletant et trépidant. Je suis rentrée assez vite dans cette histoire plus qu'inquiétante.


Au niveau du graphisme, les dessins sont hypers réalistes. La BD est en "noir et blanc". Entre des trains fins, qui rendent au mieux les expressions des personnages, les décors et les visions d'horreur; et des aplats de noirs, qui apportent un côté sombre et flippant.
Une belle dynamique s'échappe de ces dessins : beaucoup de mouvements, mais aussi de la contemplation. Le style apporte beaucoup à la définition de la psychologie des personnages. Certains sont attachants, d'autre un moins moins, tous sont torturés. ON peut même imaginer les "senteurs" des zombies (sont bien cra-cra, ceux là...).

Bref, déjà une belle rencontre. Les tomes 2 et 3 ont déjà rejoints ma PAL.
Une série qui compte déjà 14 tomes en français (le tome 15 est prévu pour février 2012) et qui a débuté en 2007 pour la VF, et en 2005 pour la VO.
Le comic fait également l'objet d'une adaptation en série télé. La seconde saison est en cours actuellement (euh, voire quasi finie). Je n'ai pas encore pris le temps de la regarder, mais ça ne saurait tarder.

Ma note : 4 étoiles

mercredi 7 décembre 2011

Challenge Halloween 2011


 Petite mise à jour de fin d'année et de clôture...
Bon d'accord... tout n'est pas vraiment complet... mais bon... histoire d'archiver les pages...

Organisé par Lou et Hilde, le Challenge Halloween 2011 se déroule du 1er octobre au 2 novembre.
L'idée : parler de livres, films autour de ce thème!
2 formules sont proposées :
  • la formule "One shot", avec un seul billet à publier le 31 octobre;
  • la formule "Poltergeist", dont le nombre de billet est illimité sur la période.
Il est aussi possible de rejoindre le "train fantôme". Aucun arrêt n'est obligatoire, il est au bon plaisir phobique du lecteur!
Les étapes :
  1. le 5 octobre : arrêt dans la Maison Hantée
  2. le 10 octobre : l'effrayant village zombie
  3. le 15 octobre : le cimetière et sa crypte
  4. le 20 octobre : la forêt interdite
  5. le 25 octobre : la tranquillité, la quiétude de l'école, du campus
  6. le 30 octobre : l'infernal parc d'attraction, la fête foraine
Lou et Hilde proposent quelques exemples de titres pour chaque étape. Un groupe Facebook est également créé pour l'occasion!

Allez, je me lance et je vais participer à ce challenge.
    Ca va aussi aider à faire diminuer ma PAL et donc avancer dans le Challenge Kill/PAL!
    Allez hop! Bon frissons!

    EDIT 10/10 :
    LU/VU :


    mardi 6 décembre 2011

    Dracula - Bram Stoker

    Dans le rayon, je vide ma PAL débordante, je voulais profiter du challenge Halloween pour me plonger dans le Dracula de Bram Stoker. Acquis il y a déjà plus de 10 ans (oui, oui, c'est honteux), parce qu'évoqué au cours de Littérature de masse, je me demande bien pourquoi il est resté si longtemps en attente. Effectivement, il avait l'air épais et dense (l'édition Pocket est écrite en assez petit caractère), et c'est peut-être ce qui m'encourageait à chaque fois le repousser.
    Mais là, je n'en puis plus! Au diable les pseudo-vampires (dois-je encore les nommer... cet affreux Edward Cullen! Argh mais qu'est-ce qu'elles lui trouvent!!), je voulais remonter aux origines de la vampirisation. Bon oui, je sais, il y avait Le vampire de John Polidori avant (dont je n'exclus pas la lecture).
    Vlad-Denis L.- L'empaleur*
    Ce cher Abraham "Bram" Stoker, auteur irlandais de son état, décédé à Londres en 1912 à l'âge de 64 ans, a publié son désormais hypra célèbre Dracula en 1897.
    Inspiré d'un personnage du XVème siècle, Vlad l'Empaleur, prince de Valachie (quelque part vers la Transylvanie, la Roumanie, La hongrie, par là-bas, mais à une époque de "fort fort lointain"), Dracula est un damné, un non-mort, voire un type hyper puissant qui fait hypra peur pendant la nuit!
    Être des ténèbres, Dracula se nourrit exclusivement de sang. La nuit, il mord ses victimes pour aspirer la vie qui est en elles, et ainsi prendre des forces.
    Le roman de Bram Stokerest écrit sous la forme d'un roman épistolaire. 
    On fait tout d'abord la connaissance de Jonathan, qui se rend chez le Comte Dracula pour concrétiser la vente d'une maison à Londres. Celui-ci écrit son journal, et parle de sa fiancée, Mina.
    De l'autre côté de la Manche, Mina séjourne avec son amie Lucy. Elle décide de se mettre également à l'écriture, tenir son journal, narrer ses activités.
    A côté de ça, Seward, docteur dans un hopital psychiatrique et prétendant de Lucy, consigne également ses mémoires et rapports médicaux grâce à son  "enregistreur" (désolée, j'ai oublié le nom exact de l'appareil... pas très sérieux ça) ;-)
    Ce petit point de départ va devenir vite la base du roman, quand les protagonistes vont se servir des écrits des uns et des autres afin de venir à bout de leur ennemi commun. (Histoire de dépêtrer un peu tout ça).
    Ajoutons à cela les nombreux voyages en bâteau, en train, en carriole, en cheval, etc... ; en plus du transfert de flux, de sang, ce roman est une métaphore de la communication. (On est plongé dedans jusqu'au cou).

    Pocket, Novembre 1992, 573 pages
    J'ai vraiment apprécié ce roman. Tout d'abord, le récit est vraiment bien ficelé. L'intrigue donne des frissons, mais également attise le besoin de continuer à lire (un peu comme le besoin de se nourrir de sang pour un vampire). En fait, je me suis laissée vampirisée par le livre de Bram Stoker!
    J'ai adoré le style adopté. Le fait de passer d'une voix à une autre donne une réelle dynamique au récit. On ne s'enlise jamais.
    Le ton est tantôt mondain et "prude" quand il sort de la plume de Mina. C'est assez drôle de se plonger dans un manière de penser ou d'agir (notamment envers son fiancé, son attente du mariage) qui paraît tellement éloigné de la sienne (la mienne je veux dire). Tantôt les descriptions sont assez glauques, gluantes et assez bîîck. Merci pour le frisson. Malgré le côté "c'est-pas-très-propre-tout-ça", ces descriptions sont vraiment magnifiques.
    Bram Stoker dresse un tableau vraiment réaliste à travers ses pages.
    J'en suis encore à me demander comment est-ce que j'ai pu attendre si longtemps avant de me plonger dans cette oeuvre. 
    C'est vrai qu'à première vue, ça peut paraître rébarbatif (écriture plutôt serrée et dense sur les pages, pas un maigre volume; en ce qui concerne mon édition), mais une fois passé le pas de la couverture, impossible de laisser tomber le bouquin.

    Un gros coup de coeur pour cette lecture, que je ne saurais que conseiller à tout fan de fantastique.
    C'est sûr et certain, à côté de ça, les pseudos vampires de qui-je-sais (oui, oui, celle-là que son prénom commence par Stef et son nom par Mey.) peuvent rentrer dans leur tombe!

    Ma note :  5 étoiles.



    Une lecture qui entre dans mes challenges "God Save th livre" et "Kill Pal".

    *Photo (Copyright), un ami, Denis Leruse qui a vraiment dû être Vlad l'empaleur dans une autre vie.

    Méga giga à la bourre!

    Rhôôlala, j'enchaîne pas mal de lectures en ce moment et je vois que mes chroniques trainent la patte... enfin c'est plutôt moi qui traine la patte.
    Dracula attend au congélo depuis près d'un mois (aaah c'est ça qu'il n'y a plus de ketchup! Goinfre!). A suivre également zombillénium tome 2, La délicatesse de Foenkinos, Le player_1 de Coupland, le Prédicateur de Lackberg, le tome 1 de Walking dead... Bon c'est déjà pas mal!

    by Cryssilda
    Mais il y a une chose que je n'ai pas encore mentionnée, c'est ma participation à la lecture commune instiguée par Cryssilda.
    Ca y est, je me suis lancée dans la lecture de mon premier Léon Tolstoi, Anna Karénine!
    Je ne me souviens pas avoir lu un livre d'un auteur russe (ça doit remonter, si ça a déjà été fait...).
    Bref, cette lecture commune a débuté le 1er décembre et se poursuit jusqu'au 30 (ou 31) janvier 2012.
    Un bon pavé (852 pages chez Folio) pour passer l'hiver.
    Après 3 jours, j'en suis aux environs de la page 120, et je prends beaucoup de plaisir!
    Plongée dans la Russie du XIXème siècle avec tout le décorum qui va avec. Des personnages bien caractérisés. Un beau travail sur leur psychologie.
    Je sens que ça va bien bouger là-dedans!
    Ca fait un bail que je ne m'étais plus plongée dans un roman "classique", et ça me manquait quand même un peu.

    Pour ceux qui veulent participer au voyage, il n'est jamais trop tard pour choper le train vers le grand froid. Une page FB est hébergée ici.
    C'est ma deuxième lecture commune, et j'espère que ça va être chouette!


    jeudi 1 décembre 2011

    6 ans déjà!


    Le 1er décembre 2005, je me lançais dans la grande aventure du blog littéraire.
    Le temps semble passer hypra giga vite! Il s'est passé tellement de choses pendant ces 6 années, tant sur le plan des livres que de la vie de tous les jours.

    Beaucoup de belles découvertes, des confirmations sympathiques, des déceptions; des rencontres avec des bloggeuses (et bloggeurs) sympas, voire hypra-sympas, avec des chroniques hypra-alléchantes; des "chroniques" qui s'écrivent toutes seules, d'autres qui s'accouchent, voire qui sont oubliées dans le dossier Brouillon.

    Tantôt régulière et assidue, tantôt feignasse et proscrinatrice, je prends beaucoup de plaisir à partager mes lectures, coups de coeur et coups de gueule, et un peu de tout finalement.
    J'espère en tout cas que certains les lisent avec plaisir également!

    Après 315 posts, je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin et continuer à tenir mon petit carnet de lectures virtuel.

    C'est reparti pour une nouvelle année... 3...2...1.... GOGOGOGOGOGOGOGO