Google+

Index des auteurs

jeudi 9 septembre 2010

Princesse SUPLEX - Léonie

Résumé :
Bienvenue dans l'univers haut en couleurs du catch ! Sueur, corps gras, prises botchées et ambiance de kermesse sont au rendez-vous. Mais derrière les costumes à paillettes se cachent des êtres passionnés, des hommes, mais aussi des femmes avec leurs rêves et leur sensibilité. Très loin des lumières aveuglantes du monde des professionnels, Léonie préfère se focaliser sur le catch amateur en nous narrant les aventures quotidiennes de Princesse Suplex, entre combat et vie de famille, RKO et gratin dauphinois, powerslam et journal de 20 heures.

Sueur et corps gras, deux mots qui m'ont donné envie de me plonger dans cette petite BD. Ca résume bien l'idée que je me fais du catch. Par contre, autre élément alléchant du résumé, était l'idée d'aller au-delà du masque, costume et maquillage de sauvageonne, pour découvrir une femme. Gabrielle allie une vie "de famille" le jour, et une activité de catcheuse le soir.
Un thème original pour une BD originale.
J'ai apprécié le graphisme de l'auteur, Léonie. Des traits qui inspirent le mouvement et la vitesse qui se jouent sur un ring. Des dessins qui donnent à voir une réalité "réelle" : les catcheuses ne sont pas des poupées Barbie, elles sont "Madame Toule-monde".
Reçu dans le cadre d'un partenariat Blog-O-Book/Manolosanctis, je découvre une maison d'édition et une auteur/dessinatrice, qui me donnent envie d'en lire encore.
D'abord diffusée en ligne, la BD "Princesse Suplex" a été un peu "remaniée/rallongée" par l'auteur pour coller à l'édition papier.
J'ai dévoré la BD rapidement. J'ai vraiment aimé l'histoire, le cadre. Je me suis donc retrouvée avec un petit goût de trop peu. Avec 34 pages, il faut dire que c'est assez court, mais assez long pour commencer à s'attacher aux personnages. J'espère donc retrouver une jour la suite des combats de Gabrielle!
Je remercie encore Manolosanctis et BOB de m'avoir permis de participer à ce partenariat!

Ma note : 3,5 étoiles

Princesse Suplex, Léonie, Manolosanctis, août 2010, 34 pages

 On en parle aussi ici : Liyah

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire