Google+

Index des auteurs

dimanche 29 novembre 2009

Le vampire de Ropraz - Jacques Chessex



Oyé Oyé, nouveau partenariat Blog-O-Book, ici avec Le Livre de Poche.
Tiens donc, un vampire... c'est assez tendance pour le moment. Oui, sauf que celui-ci n'a rien à envier à l'édenté Edward Cullen et sa mielleuse Bella (désolée pour les fans... ils commencent à me souler avec leur battage médiatique pro-twilight... y a pas que les vampires mormons dans le vie!).
Bref, Le vampire de Ropraz est une courte histoire (85 pages environs). Le style fait penser à une chronique judiciaire. L'auteur relate les faits, sans partis-pris ou une quelconque émotion. Une écriture simple, qui m'a fait parfois penser à certains poèmes (la balade des pendus de Villon par exemple -je ne suis pas très poésie... mais bon, c'est comme le goût de madeleine... ça vient comme ça) dans ses phrases "chantantes" et rythmées. Cette sensation est sans doute liée aussi à la froideur et au côté sombre de l'histoire.
Dès le début, le décor est planté en février, il neige. Une jeune fille meurt. Le lendemain de son enterrement, sa tombe est découverte profanée, le corps en partie dévoré, mutilé et souillé. Sperme, sang, terre... Les mots sont crus, les descriptions donnent froid dans le dos.
Deux autres profanations ont lieu non loin de Ropraz (lieu du premier crime). La hantise du vampire plane sur les villages alentours. Quel humain pourrait se rendre coupable d'actes aussi monstrueux.
Un jeune garçon est soupçonné. Un coupable idéal sur lequel tout le monde va s'acharner. Emprisonnement, psychiatrie, il finira par disparaître de la circulation...

J'ai lu ce "roman" d'une traite. Basé sur un fait réel, l'histoire se déroule en Suisse en 1903.
Plongée dans cette ambiance glauque et humide, poisseuse et mystérieuse.
Un bon moment de frisson avec une inconnue au bout du livre...

ma note : 3,5 étoiles

Le vampire de Ropraz, Jacques Chessex, Livre de poche, Mars 2008, 90 pages

jeudi 26 novembre 2009

Babelio Masse Critique

Voilà, j'ai enfin reçu le bouquin de la dernière opération Babelio/Masse critique.
Etant donné que je suis submergée de bouquins, je me suis dit que j'allais chercher un petit truc sympa et qui se lit vite dans la liste (J'étais tentée par l'édition livre de Poche de Gomorra... mais pavé, pavé!).
Mon choix s'est donc tourné vers un bouquin de cuisine et ma demande a été sélectionnée!
Je pense que c'est la première fois en 4 ans (eh oui, dans quelques jours, c'est mon 4ème bloganniversaire) que je vais faire une note de lecture sur un bouquin de cuisine!

Donc à venir....




Sushi & sa chimie, Sushishop
Editions Générales First, Coll. Toquades,
Aout 2009, 87 pages

lundi 23 novembre 2009

Fille noire, fille blanche - Joyce Carol Oates


Lecture de novembre dans le cadre du partenariat blog-o-book/Philippe Rey (merci!!).
Etats-Unis, 1974.
Genna Meade, 18 ans, va rentrer dans l'université de filles de Schuyler College.
Minette Swift, 18 ans, fait également son entrée à Schuyler.
La première est la descendante du fondateur du collège, mais ne le fait pas savoir. Elle est également la fille d'un célèbre avocat (Mad Max Meade) réputé pour son opposition à la guerre du Viet-Nam, militant de gauche, hippy à ses heures. Sa mère, qu'elle appelle Véronica depuis son adolescence, est plus absorbée par les substances illicites que par son rôle de mère.
La seconde, fille d'un pasteur noir charismatique, est boursière et mue par une piété sans faille.
Pendant cette première année d'étude, elles vont partager la même chambre d'étudiante, pour le plus grand "bonheur" de Genna...
Depuis qu'elle l'a rencontrée, lors de la visite de l'école, Genna s'est braquée sur Minette. Elle la veut pour meilleure amie, confidente, soeur. Minette, si différente de Genna.
Dès le début, on apprend que Minette a finit l'année de manière tragique.
Ce roman est le "texte sans titre" que Genna écrit 15 ans après cette année scolaire. On la sent rongée par la culpabilité de ne pas avoir pu être pour Minette ce qu'elle avait espéré, de ne pas avoir pu la protéger des attaques racistes dont elle était victime. Sans doute un mission inconsciente liée aux engagements de son père.
Alors que Genna se dévoue corps et âme envers Minette. Celle-ci se montre froide, hautaine et distante, n'accordant que peu de moment de "complicité" à sa camarade de chambre.

Par la voix de Genna, Oates donne à lire un texte froid, sombre, qui passe de la vie familiale de Genna plutôt obscure à sa vie pour Minette.
Dès les première page, le personnage de Minette m'a un peu exaspéré. La manière de se mettre à part, de prendre de haut les autres jeunes filles, d'ignorer l'amitié que Genna lui porte.
D'un autre côté, ne serait-ce pas Genna l'encombrante, à vouloir se racheter d'être une blanche issue d'un milieu aisé.
Je pense que je ne suis pas totalement entrée dans le fond de l'histoire. Bien sûr, j'ai adhéré à l'intrigue du roman. En commençant par annoncer la mort d'une des héroïnes, Oates a capté mon attention. J'ai douté des deux filles, je me suis posée des questions sur ces "certaines vérités qui sont des mensonges", essayant de lire entre le lignes.
Je me suis laissée emporter par la psychologie des personnages.
Son style d'écriture est agréable, même s'il a sans doute contribué au fait que j'ai l'impression d'être passée à côté de quelque chose. Une bonne lecture tout de même.
J'ai eu également le même sentiment lors de ma lecture de Sexy.
Le sujet est sombre, grave, intéressant. Il donne envie de réagir.

Ma note : 3 étoiles

Fille noire, fille blanche – Joyce Carol Oates Ed. Philippe Rey, Octobre 2009, 378 pages

D'autres l'ont lu : Amanda Meyre, Lounima, Midola, Virginie, Leiloona, Violaine

dimanche 15 novembre 2009

Relecture... Harry Potter

Voilà déjà quelques temps que ça me chatouille... continuer ma relecture de la série Harry Potter.
Après avoir relu les tome 1 à 3, il y a déjà belles lurettes. Après voir lu deux fois les tome 5 à 7 (d'abord en VO, ensuite en VF). J'avais envie de continuer ma relecture en français, et me replonger dans le tome 4 de la série de JK Rowling.
Je me souviens avoir adoré ce tome (le 3 aussi d'ailleurs).
Je pense que ce n'est plus spoiler que de dire que c'est à la fin de ce tome que Lord Voldemort reprend forme "humaine"...
L'histoire prend également un tournant plus sombre.
Je n'ai pas l'habitude de relire des livres... Il y en a tellement qui attendent (d'ailleurs, je les entends bien râler, là du haut de la PAL...). Mais j'avais envie de ce petit moment d'évasion dans le monde des sorciers.
Au vu du merveilleux temps qu'il fait dehors... une seule envie... un bon feu de bois (ok j'ai pas de cheminée), un thé et des chocolats-grenouilles ;-)

Ps : Je n'ai pas pour autant laissé tomber mon Fille noire, fille blanche... suis même plongée dedans en ce moment...
Ah c'est joli l'alternance!