Google+

Index des auteurs

mercredi 3 octobre 2007

10 000 litres d'Horreur pure - Thomas Gunzig


G comme
Gunzig. Voici l'auteur choisi pour continuer mon challenge.
Thomas Gunzig est un auteur belge. Ma PAL comptait déjà de cet auteur "Mort d'un parfait bilingue" et "Le plus petit zoo du monde". 10 000 litres d'horreur vient à peine de sortir, mais le thème avait l'air plutôt amusant... et l'est.
Gunzig nous présente son projet dans une préface. Il a souhaité écrire un roman issu de la tradition des slashers, ces films d'horreur dégoutant et pas ragoutant des années 80, tels
Massacre à la tronçonneuse, Evil dead, and co. Le genre de film où une bande de jeunes décident de partir pour un WE sympathique et qui se transforme en cauchemar.
Le genre où on sait que c'est débile, mais qu'après... on n'ose même plus aller faire pipi de peur qu'un être monstrueux ne sorte par la cuvette et nous transforme en chair à pâté!
J'ai bien été prise au jeu de son roman. J'ai ressenti quelques angoisses au fil des pages. J'ai eu peur pour les personnages (non je ne criais pas "pas par là! idiote!!" mais j'en étais pas loin).
En gros, Patrice, JC, Marc, Ivana et Kathy partent pour le chalet au bord d'un lac de la tante de Patrice. Un bruit surprend JC et Kathy en début de nuit. Ils sortent pour voir ce qu'il en est... la foret est sombre et JC fait une malheureuse rencontre qui se termine par un gros coup sur la tête et la disparition de Kathy. Entre-temps, Marc et Ivana entendent un cri dehors... et sortent voir.
Patrice endormi comme une marmotte dans le salon, est réveillé en catastrophe par ces deux derniers qui ont retrouvé JC inanimé.
De là s'en suit une foule d'évènements et de rebondissements.
Le livre se lit d'une traite. Le texte est clair, simple, il va à l'essentiel tout en offrant une belle vision du décor. On est plongé dès le départ dans ces
10 000 litres d'horreur pure et on n'en ressort pas sec. Comme dans les films du même genre, le livre se termine sur une fin plutôt ouverte qui appelle des suites et des surenchères permanentes (comme dans Rocky... euh ah non je voulais dire Freddy...)
Je conseille donc ce roman bien ficelé, haletant et surtout très second degrés.
C'est ma première lecture de cet auteur, mais je vais me dépêcher de lire les autres.
3,5 étoiles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire