Google+

vendredi 23 juin 2017

Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils - Jacques Expert [CONCOURS INSIDE]

Titre : Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils
Auteur : Jacques EXPERT
Le Livre de poche - 2011 (Réed. 2017 - Epub)
224 pages










Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Alors qu'il roule en vélo sur le bord de la route, le jeune Victor Rodriguez est percuté par une voiture. Il bascule dans le champs voisin et est laissé pour mort par le chauffard. Le lendemain, quand son père apprend la nouvelle, il promet à sa femme de retrouver l'assassin de leur fils et de lui faire la peau. Petit à petit, les soupçons se resserrent et au moment où il est prêt à cerner sa proie, la police le prévient qu'ils tiennent le coupable. Mais est-ce le bon?

Et mon avis je vous le trempe?

❢ Petite découverte "thriller" bien psycho avec la réédition en version numérique du livre Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils, de Jacques Expert. Une version qui nous propose une fin alternative par rapport à l'édition papier. A vous de choisir celle qui vous plaira le plus.

❢ Dès le prologue, le ton est donné : nous faisons la connaissance d'un homme torturé depuis le décès de son fils, Antonio Rodriguez, mû par une promesse faite à sa femme, à savoir tuer l'assassin de leur fils. Ambiance grave et pesante garantie.
En même temps, avec un titre pareil, on n'allait pas s'attendre à suivre le chemin des papillons.

❢ Pour son récit, Jacques Expert part sur un switch permanent entre le point de vue de quatre personnages : Antonio Rodriguez et sa femme Sylvia, Jean-Pierre Boulard et Christine Boulard. Immédiatement après le prologue, qui nous met en situation, Expert nous renvoie quelques mois plus tôt où nous faisons connaissance avec l'assassin du petit Victor, aka Jean-Pierre Boulard. On se retrouve à ses côtés, dans sa voiture, alors qu'il rentre chez lui, après un apéro un petit peu arrosé. On comprend ce qui nous attend, mais on ne se doute pas un instant de la tournure des choses.

❢ Au-delà du suspense engendré par la promesse d'Antonio, l'intrigue est ficelée autour des pensées et des attitudes des protagonistes. L'accident qui les relie est déjà un drame en soi, mais le fait d'être si proche de leurs récits et de leurs personnalités est clairement le moteur du récit. Jacques Expert sait mettre les nerfs de ses lecteurs à rudes épreuves grâce à la charge psychologique dont il entoure son histoire. L'alternance entre les différentes voix nous permet de les connaître, petit à petit, et de nous faire une opinion. Le tableau est peut-être un peu caricatural, mais c'est simple et ça ne manquera pas de faire bondir le lecteur.

❢ En bref, à partir d'un effroyable fait divers, Jacques Expert monte un thriller haletant. Véritable page turner, ce livre nous transporte au plus profond de la pensée des personnages dans une ambiance pesante et lourde psychologiquement. Dans un style assez simple et fluide, il alterne le point de vue de ses quatre protagonistes principaux et leur donne voix au chapitre. Personnellement, j'apprécie beaucoup ce type de construction. Même si l'auteur joue clairement avec nos sentiments, ça donne l'impression de connaître personnellement ces gens. Un auteur qui fait plaiz' à découvrir et que je n'hésiterai pas à relire.


Super moment BONUX - [CONCOURS INSIDE]

❢ Chers visiteurs, si tu arrives déjà jusqu'ici, c'est super, merci de m'avoir lue jusqu'au bout. Tu pars peut-être en vacances, ou pas. Mais tu as peut-être aussi envie de découvrir ce titre de Jacques Expert, Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils.

❢ Et bien c'est peut-être ton jour de chance! Parce que tu vas pouvoir remporter un exemplaire (papier) de ce roman grâce aux éditions Le Livre de Poche. Ce n'est pas 1, ni 2, ni 3... blablabla mais bien 10 exemplaires qui sont mis en jeu*.

  • 5 exemplaires à remporter via le blog

Pour participer : me laisser un commentaire sympathique et original en bas de cet article (en n'oubliant pas de vous "identifier" dans le formulaire de commentaire afin que je puisse vous contacter par mail si vous gagnez).

Pour participer : "Liker" la page FB, laisser un commentaire sympathique et original sous la publication FB et la partager en mode "public" sur votre profil.


Fin du concours :  vendredi 30 juin à 14h00.
Tirages au sort et annonce des gagnants le samedi 1er juillet.

A vos marques, prêts... jouez!

Pour me suivre sur la page Facebook du Marque-ta-page ou sur le compte Instagram

*Le concours est ouvert à la France métropolitaine, la Suisse et la Belgique. Les livres seront envoyés par les éditions Le Livre de Poche. Nous ne pourrons pas être tenus pour responsables en cas de perte par la poste.




mardi 13 juin 2017

Les délices de Tokyo - Durian SUKEGAWA

Titre : Les délices de Tokyo
Auteur : Durian SUKEGAWA
Le Livre de poche - mai 2017
224 pages










Vous prendrez bien un petit résumé avec votre dorayaki?


❢ Sentarô tient une échoppe de dorayaki. Toute la journée derrière les plaques chauffantes, il confectionne ces sortes de pancakes fourrés à la pâte de haricots rouges. Les affaires ne marchent pas du tonnerre, mais lui il paie sa dette au propriétaire de la boutique. Ses soirées, il les passe à boire. Boire pour s'évader, pour oublier. Oublier ces années d'emprisonnement durant lesquelles il a perdu sa mère. La culpabilité le ronge. Et il est sur le point de mettre fin à cette tristesse. C'est alors qu'une dame l'interpelle à la boutique. Elle souhaite que Sentarô l'embauche. Au-delà du fait qu'elle ait plus de 70 ans, elle présente également d'étranges déformations des mains -ce qui le pousse à ne pas accéder à sa demande. Sauf que, celle-ci va quand même s'incruster, lui préparer le meilleur an (pâte de haricots) qu'il n'ait jamais goûté et lui confier le secret pour y arriver : "écouter la voix des haricots". Malheureusement, son secret la rattrape et elle fuit mystérieusement.


Et mon avis, je vous le grille?


❢ Roman à la fois mystérieux et gourmand, sensible et rude. On entre directement dans le vif du sujet en rencontrant Sentarô. On comprend qu'il ne tient pas cette boutique de gaieté de coeur. Sa vie est morne, triste. On découvre tout de même la manière de confectionner cette pâtisserie japonaise, et les raccourcis que Sentarô emploie par facilité. Sa rencontre avec Tokue, la vieille femme fait naître en lui une certaine répulsion. S'installant malgré tout en cuisine, l'histoire prend une tournure nouvelle déployant devant nos yeux un festival de saveurs. Parce que même si tu n'es pas un bec sucré, ce récit fera frémir tes papilles - entre-nous, depuis que j'ai commencé le livre, je salive et je brûle de gouter ces dorayaki.

❢ Avec des mots simples et une imagerie poétique, Durian Sukegawa, nous entraîne dans un récit prenant et à deux vitesse. D'une part, c'est un roman sur l'enfermement. D'autre part, une ode à l'ouverture sur l'autre. Plusieurs sentiments planent sur cette histoire, dont le rejet par exemple. Rejet de soi même, de l'autre, de celui qui est différent. La puissance du regard des autres, son influence sur notre vie et tout ce que ça implique. Les deux personnages ont leurs secrets et ils vont peu à peu se découvrir. Au-delà de l'enfermement, on va également suivre un itinéraire vers la conquête de la liberté. L'un aidant l'autre à s'épanouir. Un troisième personnage va également créer un lien, d'amitié et de soutien. Trouvant auprès de l'un, une oreille attentive, et apportant à l'autre une compagnie qu'il n'aurait pas imaginée.

En bref, je ne suis pas experte en matière de Japon, mais l'auteur nous transporte vraiment bien dans son décor grâce à sa plume. Avec des mots simples, et une écriture poétique, Sukegawa nous invite au voyage : un voyage dans l'espace et dans le temps. Gustativement, ce roman est juste un enfer pour l'estomac. Rien qu'avec ses mots, il arrive à nous faire sentir les choses, que ce soit d'un point de vue culinaire, ou nous faire entendre le vent qui bruisse dans les cerisiers. Habilement, il tisse des liens entre ses personnages, des lignes de vie, ou plutôt de survie. Un triangle dont chaque angle apporte sa touche dans cette relation naissante.
La fin m'a "un peu" laissée sur ma faim- Parce que j'avais envie d'en savoir un peu plus-, mais j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à découvrir cet auteur et son récit. Je pense qu'il vaut la peine que l'on s'attarde dessus. Un roman qui se lit très rapidement -qui se dévore- et qui laisse un petit goût sucré en souvenir. Sans demander trop d'effort, Sukegawa nous entraine dans un livre à emporter dans ses bagages -c'est un peu de saison quand même, les bagages!





mercredi 7 juin 2017

Défi ValériAcr0 #5.4 : La sélection de juin 2017

 Cinquième round pour ce défi mensuel en compagnie d'Acr0. Surprises et dégommage de Pile A Lire (aka PAL) au programme : chaque mois, nous pêchons dans la PAL de "l'autre" pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique. C'est sport! Très sport! A tel point qu'on s'est ménagé quelques jokers pour pallier aux manquements (lecture tardive, chronique en retard, ton chien qui mange ton livre, ou une séance d'aqua-poney...) -notre système de gages/jokers étant en cours de restructuration, des informations complémentaires vous seront transmises dans le courant des semaines à venir- En gros, on va diminuer le nombre de joker et se balancer du gentil gage à la face. Ça sera plus amusant. Reste à établir cette liste de gages.

Quand en mai, on a fait...


❢ Vraiment ce qui nous plaisait. De mon côté, en mai, j'avais choisi un album illustré pour ma copilote. Un album qu'elle avait déjà un peu lu et feuilleté à maintes reprises sans jamais en parler -jusqu'à aujourd'hui. Une lecture qu'elle a un peu repoussé quand même -si je ne me trompe- parce qu'elle avait quand même un agenda de ministre en mai. De son côté, elle avait décidé de me faire prendre la machine à remonter le temps. Direction l'Egypte. Mais ça n'a pas été de tout repos non plus, repoussant mon début de lecture au bout du bout du mois.
Sa chronique, ma chronique.



Allons bon, voici que pointe juin!

❢ Puis en juin, c'est le mois de l'été. L'ouverture de la saison de la lecture dans la pelouse, les parcs et autres bords de piscines ou cours d'eau.
Extrait perso choisi : 
June is almost there!
June it's the sun, the summer and almost the holidays (enfin pas pour tout le monde, mais moi je compte prendre des holidays en juin façon). Alors bon, pour accueillir la nouvelle saison (j'allais dire le renouveau, mais ça c'est pour le printemps), la moitié de cette année, l'arrivée de l'été, la St Jean (on n'est pas catho, mais je sais que tu en parles souvent), le soleil, les sandalettes et la lecture dans les parcs.

❢ Et donc du coup, j'ai décidé de lui choisir quelque chose de frais... un truc qui venait d'arriver dans sa Pile A Lire, et j'espère qu'elle va passer un bon moment :

Kereban, Dario ALCIDE





❢ A chaud, elle en pense quoi ma copine?!

ACRO : Héhé :) Je parle de la Saint Jean car c'est une chouette fête - un grand feu de joie et des trucs bons à manger avec des gens sympa - qui tombe à la Saint Jean pas qu'on fête Jean. Enfin, je ne connais pas personnellement un Jean. Sinon je lui souhaiterai, hein. Merci pour cette sélection, cela fait longtemps que je n'ai pas effectué une virée en pleine apocalypse (car il dit y avoir un peu de ça dans Kereban).


❢ Puis bon, tu commences à le savoir, c'est un défi qu'on se lance mutuellement, du coup, elle aussi elle a choisi un livre pour ma pomme. Et je sais que tu brûles de savoir ce que c'est... alors GO THERE!!!!




lundi 5 juin 2017

Le roman de la momie - Théophile Gautier

Titre : LE ROMAN DE LA MOMIE
Auteur : THEOPHILE GAUTIER
Librio 1995 - (1858)
158p.



Résumé sous le parasol


❢ Lord Evandale, jeune anglais, visite l'Egypte pour son bon plaisir, mais aussi à la recherche de trésors anciens. Accompagné d'un égyptologue, Rumphius, ils vont être guidés par un Grec à travers les couloirs d'une pyramide. C'est avec la fabuleuse découverte d'une momie -femme- que le Lord va rejoindre l'Angleterre. Une momie qu'il ne se résoudra jamais à faire don au British Museum. Qu'il gardera, contemplera... C'est de sous le bras de cette momie que tombera un étrange parchemin. Traduit, tant bien que mal, par Rumphius, c'est dans ces pages que l'on va découvrir l'histoire de cette momie. Un triangle amoureux sur fond de sable, soleil, beauté et déchirement.


Une rondelle de mon avis avec votre thé?


lundi 8 mai 2017

Journal de bord 2017 #3 : février en r'tard quoi!

❢ Héhé, je savais qu'il était un peu utopique d'annoncer que je serait pile poil fin de chaque mois -ou début du suivant- prête on time avec le bilan du mois écoulé. Et c'est sans doute pour ça que je ne l'ai pas fait d'ailleurs. Bien entendu, mars se termine mai débute, et ce que je vois dans mon rétro, c'est février, là, gisant seul, abandonné sur le bas côté, fouetté par les rafales de vent que déplacent les autres usagers sans se retourner. Sali par la poussière et envahi par la mousse, il s'abandonne à son triste sort... quand soudain, arrive au loin, là-bas au bout, oui là -Non, pas là! Làààà, mais là hein, plus à gauche, oui voilà, tu la vois?! - l'ombre du clavier qui claque et qui frétille, ce cerveau qui se souvient -c'est le mien ça- et qui revient avec une certaine nostalgie sur le plus petit mois de cette année 2017... et des autres en fait aussi. C'est parti!


Février 2017

❢ Mon bilan du mois est plutôt satisfaisant avec 5 livres sortants, pour seulement 3 entrants, malgré un abandon par forfait et un prestation un peu bâclée. Sortons la calculette d'apothicaire et sortons des chiffres tout beaux/tout chauds :
Pile à lire : 387
Lus : 1007
Grand concours de l'année : no comment

Concerto pour 4 mains, Paul Colize. C'est LE casse du siècle : un convoi de diamants braqués sans une trace, sans une faille. C'est propre, net. Tous les soupçons se tournent évidemment vers Franck Jammet, un braqueur virtuose qui sévissait dans les années 90. D'un autre côté, nous avons Jean Villemont, avocat bruxellois réputé, qui décide finalement de défendre le jeune Akim Bachir arrêté pour un étrange braquage dans un bureau de poste. Voyage entre le passé et le présent plutôt haletant. C'est une nouvelle incursion dans l'imaginaire de Paul Colize qui me fait bien plaisir. Même s'il n'a pas réussi à détrôner Back Up qui reste number one dans mon coeur, ce Concerto pour 4 mains est un fameux page turner immersif qui a de forts relents de réalité. La plume de Colize est efficace, son style est direct et la construction de son récit est bien équilibrée. Une intrigue rondement bien menée qui ravira les amateurs de polar. 4 rocks, aux éditions Fleuve Noir.


Mes vrais enfants, Jo Walton. (Chronique complète) Double uchronie féministe ou féminisante, menée d'une plume de maître par cette auteur galloise. Bim, bam! Patricia se souvient, ou presque, mais hésite, et elle nous emmène avec elle dans un voyage à travers le temps. Un roman fantastico-réaliste qui a animé beaucoup d'émotions dans le dedans de mon moi-même. Une belle histoire qui prend forme dans des univers proches du nôtre, mais pas tout-à-fait. Deux réalités distinctes pour deux parcours différents. Après Morwenna et la trilogie du Subtil changement (Le Cercle de Farthing, Hamlet au paradis, Une demi couronne), Jo Walton me convainc encore plus de sa qualité de conteuse. Malgré ses airs de science-fiction, ce livre peut plaire à n'importe quel lecteur. 4,5 rocks, chez Denoël/Lunes d'encre.



Comment se sortir d'une poupée gonflable et de beaucoup d'autres ennuis encore (Wilt, #1), Tom Sharpe. C'est donc ici que tout a dérapé au mois de février. Depuis longtemps logé sur l'étagère 10/18 de la rue Pile à Lire, je m'étais fait une joie de découvrir enfin ce livre quand Acr0 le sortit pour notre défi mensuel. Vous pouvez penser que je n'y comprends rien à l'humour so british, mais je n'ai vraiment pas accroché à ce premier tome d'une saga plutôt connue. C'est dommage, mais c'est comme ça. J'en retire la fierté d'avoir pu déposer ce livre pour passer à autre chose -même si ça m'a coûté! J'en ai eu gros!- Mon avis en long, large et travers, c'est par ici. 0,5 rocks, aux éditions 10/18.



Oréo, Fran Ross. Dans le genre la malédiction se poursuit, qu'elle ne fût pas ma déception de ne pas accrocher à ce livre. J'étais tellement déçue, que je l'ai tenu jusqu'au bout avec la bonne vieille technique de la lecture en diagonale. Oréo est l'histoire déjantée, sur un ton déjanté de même, d'une jeune gamine plutôt maline, dont les parents se sont unis pour le plus grand désarroi de leurs parents (à eux) pour des raisons clairement religio-culturelles. Oréo est métisse, entre sa mère noire et son père juif, tout bascule le jour où ils se séparent et qu'elle est confiée avec son frère à leurs grands-parents. A l'adolescence, au retour de sa mère, et quelques indices en poche, elle décide de partir à la recherche de son père. Avec l'épopée d'Ulysse en toile de fond, Oréo part pour un long voyage où elle va faire des rencontres toutes plus étonnantes les unes que les autres. Pour la suite, je vous laisse découvrir. Fran Ross use d'un ton léger et de beaucoup d'humour pour transmettre un roman mettant en scène une foule de stéréotypes raciaux. Même si je n'ai pas accroché, je lui reconnaît pas mal de qualité. 2,5 rocks, aux éditions 10/18.


Les archives de Gaston Lagaffe (Gaston #1), Franquin & Jidéhem. 60ème anniversaire oblige, c'est l'occasion de se plonger ou replonger dans les aventures de Gaston. Monument de la BD belge, et lu il y a supra longtemps chez les cousines -tellement loin, que je me demande même si j'avais tout lu- j'ai décidé de me rafraîchir la mémoire et de faire une place sur mes étagères à ce fameux doux-dingues. C'est drôle et ça libère l'esprit. Un chouette moment d'évasion -en plus de me faire terriblement penser à un de mes collègues. Si, si en vrai quoi. Petit moment hommage également pour Jidéhem qui vient de nous quitter (mai 2017). 4 rocks aux éditions Dupuis.




❢ C'est ainsi que s'achève ma conquête du mois de février. Que dire de plus, que malgré la semi-déception et l'abandon, je suis quand même pas mal contente de mes lectures. Sur ce, je vous laisse et je me prends en main pour continuer dans cette aventure du bilan mensuel et préparer ma note sur mes lectures du mois de mars!
Merci de m'avoir lue jusqu'au bout, et n'hésite pas à laisser une bafouille ici en dessous!
Bisous.