Google+

mardi 12 mars 2013

Contre toute attente - Linwood Barclay

Contre toute attente est le dernier polar, publié en français, de Linwood Barclay.
Edité chez Belfond, l'auteur canadien (né aux Etats-Unis en 1955) est placé dans la lignée d'Harlan Coben. En plongeant mon nez dans ce bouquin, je me suis retrouvée prise dans un page-turner plutôt haletant.







Le Pitch :

❢ Glenn Garber, entrepreneur, perd sa femme dans un accident de voiture. Une mort violente dont les conditions lui apparaissent plutôt obscures, mais aussi résultant d'un comportement qu'il n'aurait jamais soupçonné chez sa femme. De nombreuses interrogations se bousculent au portillon et le poussent à chercher une vérité qui correspond mieux à ses perceptions. A tort ou à raison, cette enquête personnelle va l'entraîner sur un terrain qui pourrait le dépasser.

Mon avis :

❢ Contre toute attente a été un bon divertissement. Et j'en profite pour remercier les éditions Belfond et Laura de chez Athomedia qui m'ont offert la possibilité de découvrir cet auteur. J'ai avalé les 440 pages en quelques jours à peine avec plaisir, même si je n'ai pas eu un coup de coeur. En ce sens, ce livre remplit bien sa mission d'accrocher le lecteur. Barclay mène sa barque à coup de rebondissements multiples. Mais pour moi, pas d'une main de maître.

❢ Le roman contient une bonne dose de suspense et a réussi à me dérouter, mais c'était parfois un peu gros. Je pense que dès le début, je m'attendais à être confrontée à un (voire des) retournement(s) de situation tel(s) que toutes mes "certitudes" allaient s'avérer fausses. Et je n'avais pas tort. Je me suis prise au jeu de deviner les clés du mystère pour savoir si l'auteur me bernait... ou pas.
Les rebondissements rythment bien l'intrigue, mais au final trop is te veel. Et donc, je trouve que l'histoire perd un peu de sa substance et devient moins crédible.

Belfond, Fév. 2013, 440p.
Beaucoup de personnages arpentent le récit. Ca a le don de brouiller les pistes et d'embobiner le lecteur, mais je n'ai pas totalement adhéré à ce principe, dans le sens où je ne me suis pas vraiment accrochée aux personnages, pas de réel coup de coeur pour l'un ou l'autre, pas trop d'attache.

Multiplication (des rebondissements) par multiplication (des personnages) ça donne un exposant qui m'a fait perdre mon latin. Blague dans le coin, le récit est très fouillu, peut-être trop. Des pistes sont explorées mais pas vraiment exploitées. J'avais l'impression que l'auteur voulait faire entrer beaucoup d'ingrédients dans sa recette, et du coup, le plat perd un peu de saveur.

A la manière de nombreux polar, le récit s'inscrit dans une critique du contexte socio-économique et de ses effets sur la psychologie et/ou le comportement des protagonistes. Ainsi Barclay inscrit son roman sur un fond qui marque encore notre société actuelle, la crise des subprimes et ses dommages collatéraux. Un élément bien exploité pour la mise en place de l'histoire, mais qui est peut-être un peu trop souvent rabattu explicitement.

Barclay n'a pas une écriture désagréable : partage équilibré entre dialogue et introspection, alternance des chapitres de manière à rythmer l'intrigue et ménager du suspense, une écriture facile et passe-partout. Ici, on ne se casse pas la nénette, pas besoin de concentration intensive.
Néanmoins, ce n'est pas non plus désagréable.

❢ Ce livre m'a fait l'effet d'un téléfilm made in US avec ses qualités et ses défauts. Un bon rythme de lecture, un intrigue pas exceptionnelle mais qui fonctionne, beaucoup de rebondissements et un héros un peu trop Bruce Willis. 
Bref pas un grans roman policier, néanmoins un passe-temps pas désagréable pour la cause.
Beaucoup page-turner, beaucoup too-much, mais pas forcément à nier. Un bouquin qui pourrait être le compagnon de vacances de nombreux lecteurs qui veulent s'évader pendant quelques heures.

L'avis d'Antoni, un peu emballé que moi.

8 commentaires:

  1. Mince, cet auteur me tentait mais ce que tu dis me refroidit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bin... Mon but n'était pas de le casser. Parce que bon j'ai quand même dévoré le livre assez vite. Je ne connais pas trop tes goûts en matière de polar, mais c'est un peu la veine Harlan Coben. Ça se lit vite, c'est pas mal tordu, mais j'ai pas trouvé ça exceptionnel non plus.
      Perso, un livre à transporter en version poche sur la plage.

      Supprimer
  2. Je suis plus expansif que toi, alors !!! J'ai bien aimé, comme tu as pu le lire sur mon article. C'est, à mon sens, un ton au-dessus, des productions signées Harlan Coben. J'ajoute le lien vers ton article. A bientôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bin waiis, j'ai vu ça!
      Je ne sais pas si je le mettrais au dessus de Harlan Coben. Bon je ne suis pas une experte HC, faudrait que je fasse tester à ma soeur pour savoir :-)
      J'ai lu deux titres isolés, et 2 ou 3 Myron.
      Mais je pense que je me suis plus attachée à Myron qu'à Glenn.
      Mais de fait, c'est dans la même veine.
      Un polar haletant qui vise à ne pas lâcher son lecteur!
      (Vais faire la MAJ avec ton lien aussi :-))

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Bin il y a beaucoup de livres dans le genre.
      Je ne voulais as repousser les lecteurs. Mais de fait, quand on mange des polars plus "pointus", ça peut paraitre un peu moyen.

      Supprimer
  4. Tout à fait d'accord, "contre toute attente", c'est de l'initiation au polar, mais c'est vraiment faiblard comparé aux bons auteurs. Une perte de temps à mon avis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais lu d'autres livres de Barclay, donc je n'ai pas de point de comparaison à son niveau. Perso,j'en ai lu un, je n'en lirai sans doute pas d'autres. Maintenant, ça peut-être délassant pour celui qui cherche un truc plus "léger".
      De fait, quand tu aimes des choses plus poussées, t'as vite fait le tour de ce bouquin...

      Supprimer