Google+

lundi 18 juillet 2011

London Boulevard - Ken Bruen

Points, mai 2011, 275 pages
London Boulevard, ça se passe à... Londres.
Mitch sort de prison. 3 années passées derrière les barreaux. Enfermé pour une bagarre dont il n'a aucun souvenir, il compte bien revenir à Londres avec un avenir un peu plus "stable devant lui".
On ne sait pas trop ce qu'il faisait avant, mis à part qu'il trempait dans des affaires plutôt louches... sex, drugs & rock'n roll... ce qui l'a conduit tout droit en tôle.
Son vieil "ami" vient le chercher à sa sortie. Il lui loue gracieusement un logement -superbe appart meublé et équipé. Mais cela ne va pas sans un lot de magouilleries.
Mitch, décidé à se ranger, se trouve un boulot d'homme-à-tout-faire dans une somptueuse demeure, auprès d'une ancienne actrice.
Oscillant entre sa nouvelle vie tranquille et ses ex-plans foireux qui le rattrapent, la vie de Mitch va bien vite déraper.
Le style de Ken Bruen était vraiment agréable à lire. Des phrases simples, fluides, avec des "mots" mis graphiquement en valeur (pour accentuer leur poids, leur impact, l'énumération). Un récit qui coule tout seul et qui s'avale comme une bonne Guinness (euh, bon là, faut que je repasse, je n'en ai jamais vraiment gouté). 
Sans jamais nous endormir, Bruen donne à lire le récit d'une réhabilitation ponctué de moments coups de poings, de rebondissements ou de retournements de situation. 
Avec son style plutôt bien rythmé, j'ai dévoré les pages à vive allure. J'étais entrainée dans l'histoire. J'ai apprécié le profil des différents personnages. Pas forcément originaux, ils n'en sont pas moins attachants, drôles, déjantés ou carrément détestables. Une belle découverte pour moi que cet auteur irlandais.
Également gros de cœur pour les descriptions de Londres, et les références musicales et littéraires.
Présenté comme un "roman noir", je ne sais pas si je suis totalement d'accord avec cette classification. Ici pas de détective, pas vraiment de critique de la société (dites moi si je me trompe), juste le côté voyous & gonzesses. Je pense que je le mettrais entre le polar et le noir... (Je crois que je n'aime pas les classification, c'est parfois réducteur et puis pas toujours évident. Il n'y a pas qu'une case pour chaque œuvre!).
En bref, un bon moment de lecture, une belle découverte et sans doute un auteur à continuer à découvrir.

Ma note : 3,5 étoiles

C'était aussi un bouquin reçu dans le cadre de mon premier partenariat via Bibliofolie, cette fois-ci avec les éditions Points.
Je remercie l'éditeur et les tenancières-Bibliofolles, de m'avoir permis d'y participer. 

Et hop, cette lecture s'inscrit également dans mon Challenge God Save the Livre...(euh les auteurs irlandais, ça compte hein??)



6 commentaires:

  1. Voyous et gonzesses, Colin Farrell et Ken Bruen : rien de tout ça ne me tente...

    RépondreSupprimer
  2. Ys> T'en as déjà lu d'autres de cet auteur? (ton avis m'intéresse). Sans être un grand roman, j'ai passé quand même un bon moment de lecture. Bon, il n'y a pas "que" des voyous et des gonzesses (bon, il y a l'actrice, la soeur, la petite amie, et une journaliste). Mais je ne voulais pas que ça paraisse péjoratif.
    Mais en effet, c'est quand même une histoire de voyous ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Lystig> t'as laissé ton avis sur ton blog?

    RépondreSupprimer
  4. Lu il y a un moment, de mémoire j'avais bien aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me relis et.... non je n'ai pas relu de livre de cet auteur. Je pense qu'il ne m'a pas vraiment marquée finalement.

      Supprimer