Google+

jeudi 21 avril 2011

Salut à toi, ô crépuscule - Ruth Francisco

Actes Noirs, octobre 2008, 397 pages

"Petit" format (en hauteur) de ma collection chouchou, un peu oublié dans ma PAL- vu que je pense l'avoir acheté dès sa sortie fin 2008 hum- je me suis enfin plongée dans ce roman de Ruth Francisco. Auteur que je ne connaissais ni d'Eve, ni d'Adam (en même temps, je n'ai pas la connaissance infinie des auteurs du monde entier), mais à vrai dire, je n'ai pas trouvé beaucoup d'informations à son sujet sur internet. J'ai pu, en effet, me rendre compte qu'elle était américaine, qu'elle avait étudié à New-York avant de s'installer sur la côté ouest (non, vous n'avez le générique d'un soap qui vous passe par la tête comme moi en ce moment), pour travailler dans le cinéma. Elle a également d'autres titres à son actif (dont une bio de Jacqueline Onassis).
La lecture de cet ouvrage entre en plein dans mon challenge Kill/PAL (challenge de longue haleine, étant donné que ma vitesse d'achat de livres est (était) beaucoup plus élevée que ma vitesse de lecture).

Ce polar n'est peut-être pas mon préféré de la collection, mais il m'a été tout de même de bonne compagnie!
Le résumé : Nous sommes à Los Angeles, Laura est une jeune femme plutôt charmante qui sort avec Scott, jeune agent immobilier plutôt macho. Tout roule, jusqu'au jour où Laura rêve que Scott la tue. Rêve prémonitoire... ou pas, Laura ne veut prendre aucun risque et décide de mettre fin à leur relation. Scott prend très mal la chose et ne l'entend pas de cette oreille. Il commence alors à lui mener la vie difficile, au point que Laura s'inscrit à des cours d'auto-défense.
Quelques temps après cet épisode, un pêcheur mexicain retrouve, de beau matin, sur la plage un bras, avec une bague au bout d'un doigt. N'ayant pas l'envie d'être mêlé à une affaire judiciaire, il attend patiemment qu'un autre quidam passe par là et fasse la macabre découverte. Il est néanmoins quasi certain que ce bras appartient à la jeune-fille (Laura) qu'il avait pris l'habitude d'admirer tous les matins à la fenêtre de son appartement, et qu'il n'avait plus vue depuis quelques jours.
L'agent Reggie est mis sur l'affaire. Obsédé par cette affaire, il va se mettre sa femme et ses supérieurs à dos pour trouver la clé du mystère. Facile à comprendre quand on sait que Reggie était le prof d'auto-défense de Laura. Pour le reste... je vous invite à lire le livre.
Mon avis : A la lecture du résumé, on est en droit de penser que l'intrigue est facile, droite et que le mystère n'est pas très mystérieux. Bien au contraire. L'auteur nous entraine dans un enchevêtrement de rebondissements qui nous fait perdre le nord. Le livre est découpé en plusieurs parties (5 si je me souviens bien), elles-mêmes découpées en "chapitres" qui donnent la voix aux différents protagonistes : Laura, le flic, le mexicain, Scott. L'auteur nous donne ainsi un point de vue différent du récit en cours. Cette pratique est intéressante car elle permet de découvrir tous les personnages, d'en savoir plus sur leur profil psychologique, de mieux les aimer ou de les détester encore plus. Ca m'a permis de m'accrocher à ceux-ci. Je ne serais pas contre retrouver la suite des aventures de Reggie (bon là je spoile le fait qu'il ne se fait pas tuer ;-) )
Néanmoins, je suis un peu restée perplexe à la fin (un point que je ne peux évidemment soulever ici, me semblait assez limite niveau cohérence). Sans entrer dans les détails, malgré le fait qu'on voit par les yeux des personnages, on ne sait quand même pas tout. D'une part, ça évite de rendre l'enquête "trop facile" pour le lecteur, d'autre part, j'ai été quelque peu déroutée.
Alors tactique de l'auteur ou emberlificotage du lecteur... J'attends vos avis!

Ma note : 3,5 étoiles

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Ta critique me donne vraiment envie de me plonger dans ce polar car il me semble vraiment originale !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Vonnette,
    oui c'était un chouette bouquin.
    Il est déjà sorti il y a un bout de temps, mais je n'ai pas vu de version poche.

    RépondreSupprimer