Google+

lundi 23 novembre 2009

Fille noire, fille blanche - Joyce Carol Oates


Lecture de novembre dans le cadre du partenariat blog-o-book/Philippe Rey (merci!!).
Etats-Unis, 1974.
Genna Meade, 18 ans, va rentrer dans l'université de filles de Schuyler College.
Minette Swift, 18 ans, fait également son entrée à Schuyler.
La première est la descendante du fondateur du collège, mais ne le fait pas savoir. Elle est également la fille d'un célèbre avocat (Mad Max Meade) réputé pour son opposition à la guerre du Viet-Nam, militant de gauche, hippy à ses heures. Sa mère, qu'elle appelle Véronica depuis son adolescence, est plus absorbée par les substances illicites que par son rôle de mère.
La seconde, fille d'un pasteur noir charismatique, est boursière et mue par une piété sans faille.
Pendant cette première année d'étude, elles vont partager la même chambre d'étudiante, pour le plus grand "bonheur" de Genna...
Depuis qu'elle l'a rencontrée, lors de la visite de l'école, Genna s'est braquée sur Minette. Elle la veut pour meilleure amie, confidente, soeur. Minette, si différente de Genna.
Dès le début, on apprend que Minette a finit l'année de manière tragique.
Ce roman est le "texte sans titre" que Genna écrit 15 ans après cette année scolaire. On la sent rongée par la culpabilité de ne pas avoir pu être pour Minette ce qu'elle avait espéré, de ne pas avoir pu la protéger des attaques racistes dont elle était victime. Sans doute un mission inconsciente liée aux engagements de son père.
Alors que Genna se dévoue corps et âme envers Minette. Celle-ci se montre froide, hautaine et distante, n'accordant que peu de moment de "complicité" à sa camarade de chambre.

Par la voix de Genna, Oates donne à lire un texte froid, sombre, qui passe de la vie familiale de Genna plutôt obscure à sa vie pour Minette.
Dès les première page, le personnage de Minette m'a un peu exaspéré. La manière de se mettre à part, de prendre de haut les autres jeunes filles, d'ignorer l'amitié que Genna lui porte.
D'un autre côté, ne serait-ce pas Genna l'encombrante, à vouloir se racheter d'être une blanche issue d'un milieu aisé.
Je pense que je ne suis pas totalement entrée dans le fond de l'histoire. Bien sûr, j'ai adhéré à l'intrigue du roman. En commençant par annoncer la mort d'une des héroïnes, Oates a capté mon attention. J'ai douté des deux filles, je me suis posée des questions sur ces "certaines vérités qui sont des mensonges", essayant de lire entre le lignes.
Je me suis laissée emporter par la psychologie des personnages.
Son style d'écriture est agréable, même s'il a sans doute contribué au fait que j'ai l'impression d'être passée à côté de quelque chose. Une bonne lecture tout de même.
J'ai eu également le même sentiment lors de ma lecture de Sexy.
Le sujet est sombre, grave, intéressant. Il donne envie de réagir.

Ma note : 3 étoiles

Fille noire, fille blanche – Joyce Carol Oates Ed. Philippe Rey, Octobre 2009, 378 pages

D'autres l'ont lu : Amanda Meyre, Lounima, Midola, Virginie, Leiloona, Violaine

7 commentaires:

  1. Je l'ai lu moi aussi dans le même cadre que toi.
    C'était la rpemière fois que je lisais cet auteur, et j'ai bien aimé son style.

    RépondreSupprimer
  2. Je vais t'ajouter à la liste des "lu ailleurs" ;-)
    J'aime bien son style, même si parfois j'ai l'impression de louper des choses plus "profondes" ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai découvert cet auteur avec un roman fabuleux, "Nous étions les Mulvaney". Depuis je la lis, même si je ne lis pas tout, elle est trop prolifique et je lis trop lentement ! Mais j'aime son univers, assez violent finalement, et sa peinture sociale de l'Amerique. Je n'ai pas lu celui dont tu parles, tu piques ma curiosité ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai également reçu "vallée de la mort", un recueil de nouvelles, assez épais aussi ;-)
    Je vais le commencer aussi.
    Je lis rarement des nouvelles... vais bien voir ce que ça va donner! ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Je comprends ton point de vue et j'ai aussi eu, pour ma part, l'impression de passer à côté de quelque chose. Toutefois, j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture et je trouve que ce genre de livre où le lecteur construit sa propre vision est trop rare. C'est plutôt bien fait et ça me donne envie de lire d'autres ouvrages de cette auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Violaine>J'avai lu il y a deux ans "sexy" de Oates. Il est plutôt pas mal aussi.
    Même si j'ai cette vague impression, son écriture est très plaisante et ses récits tiennent en haleine.
    plaisir pour moi aussi ;-)
    et Bienvenue ici ;-)

    RépondreSupprimer