Google+

lundi 6 octobre 2008

Le fait du Prince - Amélie Nothomb


La rentrée littéraire est toujours synonyme de "nouveau roman de Nothomb". Alors, Amélie, on l'aime ou on l'aime pas. On peut la trouver inégale d'une année à l'autre. Pour ce titre, je dirais plutôt inégale dans le récit. Le lecteur est happé dans une histoire tordue : Que feriez-vous si votre convive venait décéder chez vous lors d'un repas?
Que se passe-t-il quelques pages plus loin, un inconnu vient mourir dans le living de notre héros, Baptiste. Panique à bord!
Nous suivons alors la démarche méticuleuse de ce dernier, qui va finalement entrer dans la peau de ce mort. Il abandonne sa vie pour une autre.
L'histoire démarre au quart de tour, l'écriture de Nothomb se lit aussi agréablement que la dégustation d'un croissant et l'intrigue est prenante. Par contre la fin...m'a laissée sur ma faim!
Je m'attendais à une chute un peu plus percutante, abrupte.
Les habitués de l'auteur belge iront de leur petit mot. Certains vont aimer, d'autres détester... mais y reviendront toujours.
Le mystère Amélie attire toujours le lecteur.
Pour un premier pas dans son univers, je proposerais de découvrir Amélie Nothomb par un autre de ses titres, tels qu'hygiène de l'assassin, Mercure ou Cosmétique de l'ennemi.
Albin Michel, 2008, 169 pages.
3 étoiles

4 commentaires:

  1. Tout d'abord je tiens à dire que je suis une inconditionnelle de Nothomb, j'ai lu tous ses romans, en ai adoré la plupart, aimé certains, et apprécié quelques uns, mais là, si le début se lit très bien et avec intérêt comme d'habitude, la fin m'a laissée perplexe.
    Je suis donc déçue, non pas par le livre (l'idée est excellente) mais par la curieuse absence de conclusion.
    J'ai rien compris oO

    RépondreSupprimer
  2. suis d'accord ;-) enfin c'est ce que j'ai écris ;-)

    RépondreSupprimer
  3. ça m'inquiète cette fin en queue de poisson, c'est la raison qui m'empêche de succomber au Nothomb de l'année 2008.

    RépondreSupprimer
  4. praline>Alors... toujours pas tentée?
    je te l'aurais bien prêté ;-)

    RépondreSupprimer