Google+

samedi 27 janvier 2007

Doggy bag, saison 2 - Philippe Djian


Philippe Djian propose au lecteur une saga littéraire calquée sur le mode de construction des séries télés. L'idée m'a tout de suite séduite. Point positif en plus, Djian a été inspiré par des séries telles que six feet under, les Sopranos, etc...
J'ai débuté la série l'année dernière. J'ai fait la connaissance des protagonistes. Je suis entrée dans leur milieu. J'ai découvert leur situation géographique (que je ne suis pas encore arrivée à situer). Les frères Sollens, la mère, le père, le retour de la femme qui a failli causer la mort des deux frères, un enfant, une autre femme, un procès...
Les tomes 1 est sorti fin 2005, le 2 et le 3 en 2006. Les trois prochains sont prévus pour 2007 et 2008.
L'aventure Djian s'annonçait bien. Je zieutais déjà le tome 3, fin 2006, alors que je n'avais pas encore entamé le tome 2.
Bref, je décide de me lancer avant de perdre le fil de l'histoire. Je n'avais pas envie de laisser passer trop de temps entre les tomes. Histoire de ne pas me désimprégner.
Et là, voici que je me traîne de page en page. Je soupire. Mes yeux se ferment. Je m'énerve.
Je ne suis pas emballée.
L'histoire qui avait un début plutôt sympathique s'enlise, me perd, m'enfonce dans un sable mouvant. Je n'accroche pas à la dynamique... peut-être parce qu'elle n'y est pas.
Je ne veux pas mettre la faute sur l'auteur. Je suis peut-être tout simplement dans une période peu réceptive à ce texte. Toujours axé sur le cul, il est facile de constater qu'il s'agit du moteur du récit. Tout tourne autour des histoires de fesses des personnages. Allez, il y a aussi le thème des disputes familiales. Mais bon, pas de quoi fouetter un chat.
C'est donc clair. Il s'agit de ma première lecture de l'année, mais je décide d'une main ferme de rabaisser la couverture et de le ranger sur la bibliothèque... un jour meilleur lui rendra peut-être son sort moins triste (quoique c'est déjà pas mal de se retrouver au chaud auprès des autres bouquins! Bon ok, il ne va pas siéger la tête haute, avec fierté. Mais on ne peut pas tout avoir dans la vie!)
Une bonne chose de faite : ne pas avoir déjà acquis le tome 3.
Je suis quand même triste d'avoir lâché cette série. La critique de Sébastien Ministru dans son close up m'a poussé vers Doggy bag 1. Les critiques des autres tomes sont aussi sympathiques, elles donnent envie de s'y plonger.
Tous les goûts sont dans la nature.
Je vais tout de même lui accorder une cote, provisoire ou pas...
2 étoiles pour le second tome de Doggy bag de M. Djian.
Ca aurait pu être pire.

2 commentaires:

  1. Ah ben zut alors !!!Moi qui venais juste de reprendre goûts aux histoires de Djian, je suis déçue. Je me voyais déjà me précipiter dès la sortie en poche du 1er volume...A sa décharge, une certaine folie des personnages, sex & drog & rock and roll, ont toujours été les moteurs de ses romans. On ne se refait pas... Ce com. a du mal a décollé, 4èmme tentative !

    RépondreSupprimer
  2. Rien n'empêche de tenter le coup lors de la sortie en poche!
    C'est pas mal de se faire sa propre idée.
    Pour ma part il s'agissait de mes premiers Djian.
    Je connaissais 37,2° de réputation, donc j'ai pas été trop surprise par rapport au sex, drugs and rock n' roll ;-)
    Je pense quand même tenter de finir le tome 2... et je commencerais le tome 3 en librairie avant de l'acheter ;-)

    RépondreSupprimer