14 avril 2014

Les aventuriers de la mer #2 & #3 - Robin Hobb


TITRE : Le navire aux esclaves (Les aventuriers de la mer #2)
AUTEUR : Robin Hobb
Parution : 2001
Edition : J'ai Lu
384 pages


TITRE : La conquête de la liberté (Les aventuriers de la mer #3)
AUTEUR : Robin Hobb
Parution : 2002
Edition : J'ai Lu
379 pages







❢ Les deuxième et troisième tomes de la série des Aventuriers de la mer closent le premier volume de la VO Ship of magic- paru en 1998. Alors que j'avais "peur" de me lancer dans cette série, me basant sur le fait que le récit se déroule dans le milieu des bateaux, je suis vraiment ravie d'avoir été voir plus loin que le bout de mon nez. Comme dans son premier cycle de L'assassin royal, Robin Hobb m'a vraiment embarquée dans un univers et une intrigue palpitants et passionnants. Délectation à chaque page, c'est aussi bon qu'une parline Neuhaus.



Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé ?

❢ Note de moi-même pour vous-même : résumé dans les grandes lignes, mise en situation, je ne dévoile pas les temps forts de l'intrigue. Néanmoins, il s'agit quand même d'un aperçu de l'histoire. Pas vraiment du SPOILER scandaleux, mais ça déflore quand même un peu le cadre. 

❢ ADLM#2 : L'horrible Kyle Havre a pris les commandes de la Vivacia-la vivenef de la famille Vestrit. Bien décidé à faire remonter les finances de la famille, il décide d'utiliser le navire pour transporter des esclaves. Keffria Vestrit, sa femme, se met à douter des choix de Kyle : laisser toute liberté à Malta, forcer Hiémain à devenir matelot et à quitter son apprentissage pastoral. Althéa Vestrit, rejetée de la Vivacia par Kyle, se fait passer pour un jeune homme sur un autre navire. Elle se démène pour obtenir un tampon sur un parchemin, témoin de sa valeur en tant que marin. Tampon qui lui permettrait de récupérer le bateau de son père, la Vivacia.

❢ ADLM#3 : Hiémain tente d'échapper à la tyrannie de son père, Kyle. Il n'aspire qu'à une seule chose, retourner à sa vie de prêtre. Mais Kyle n'est pas prêt de le lâcher, conscient du lien qui unit le garçon et la vivenef. Lien utile et nécessaire pour maîtriser le bateau. Kennit "le pirate", quant à lui, décide de faire la chasse aux transporteurs d'esclaves afin de les piller de leurs biens et libérer les cargaisons humaines. Pendant ce temps à Terrilville, Ronica a fort à faire pour maintenir la tête hors de l'eau et rembourser la dette de la Vivacia aux Marchands du Désert des Pluies.


Et mon avis pour tremper dedans?

❢ Lu en juillet et octobre 2013, je me penche seulement sur la rédaction de mon avis. En fait, je sors du tome 4 et donc je me dis que ça serait pas mal de me mettre à jour.
Faisant partie d'un unique volume dans la version originale, les tomes s'enchaînent vraiment de très près. En gros, on reprend là où nous avait laissé le tome précédent. Et le 3ème se termine en "apothéose", nous laissant la bave aux lèvres et la fièvre au front, avec une furieuse envie d'enchaîner la suite-évidemment, c'est tout de suite plus facile qu'en 2002, vu que toute la série est déjà publiée!

❢ Je ne sais pas vous, mais je pense que Robin Hobb est un auteur incontournable, et que tout lecteur devrait la découvrir au moins une fois dans sa vie-puis on y prend goût et on y revient, c'est sûr! Tout d'abord, elle a créé un "autre" univers ou monde avec sa propre structuration sociale et politique assez passionnant. Du point de vue des décors, la découverte est aussi agréable : elle nous donne l'impression de s'immerger dans une société du Moyen-Age. Les "alentours" sont encore sauvages, tous les territoires ne sont pas encore acquis. L'homme a encore tant à découvrir à travers la nature sauvage.
Cet univers est également marqué par des éléments "magiques", "surnaturels". Des éléments qui surpassent l'entendement humain, mais qui en même temps font partie du quotidien et sont intégrés à la culture-alors c'est sûr, Robin Hobb n'est pas la seule à avoir mis en place ce genre de choses dans ses livres.

❢ Sur le plan des personnages, il y en a pour tous les goûts : des beaux, des moches, des gentils, des vilains, des très vilains, des moches sympas, et des vilains beaux, des malins, des torturés, des toursiveux. Chacun, à sa manière, apporte sa petite pierre à l'édifice; et donne vie à un magnifique tableau -une belle brochette, comme on dit de par chez nous. Personnellement, je pense que Hobb a su doser les caractéristiques des divers personnages pour apporter un bon équilibre à son récit. Ils ne sont pas tous blancs ou noirs. Chaque personnage a ses bons côtés, comme sa part sombre. Ils sont humains, et non pas surhumains. C'est ce qui fait l'intérêt de les découvrir.

❢ Du côté du style et de l'intrigue, je trouve que Hobb démontre également un grand savoir faire. Chaque chapitre va nous balader d'une situation à l'autre, en mettant l'accent sur la position d'un personnage/d'un groupe de personnage en particulier. Chaque chapitre va apporter des éléments à l'intrigue qui poussent le lecteur à vouloir aller plus loin dans le récit. Les fils se mêlent et se démêlent, les chemins se croisent et se décroisent, tout ça en animant toujours plus la curiosité de celui qui se laisse prendre au jeu. Le style d'écriture de Robin Hobb est vraiment agréable à lire. Même quand elle fait des descriptions, elle donne vie aux choses. Impossible de s'endormir dessus tellement c'est passionnant.


❢ En bref, depuis ma découverte du 1er cycle de l'Assassin Royal, je suis devenue une Robin Hobb Addict. Elle a su me conquérir par un décor, des personnages et des intrigues palpitants. Sa manière de poser son récit est agréable, simple et fluide. Ca se lit tout seul. Elle donne vraiment envie de se plonger tout entier dans son histoire, de se laisser porter au grès de ses mots et de vouloir toujours en savoir plus. Sur ce... je vais retourner à Terrilville!


Voici quelques liens pour vous essuyer :

L'Assassin Royal #1 : L'apprenti assassin
L'Assassin Royal #2 : L'assassin du roi
L'Assassin Royal #3 : La nef du crépuscule 
L'Assassin Royal #4 : Le poison de la vengeance 

L'Assassin Royal #5 : La voie magique
L'Assassin Royal #6 : La reine solitaire 


Les aventuriers de la mer tome 1

L'avis d'Acr0 (#2 - #3) et de ses potesses Olya (#2 - #3) et Eirilys (#2 - #3) qui ont entrepris une Lecture Commune au long cours.


03 avril 2014

Le blé en herbe - Colette

TITRE : Le blé en herbe
AUTEUR : Colette
EDITIONS : Librio
1994 - 95 pages

❢ Lu dans le cadre du défi ValérioAcr0, ce bouquin était dans ma Pile à Lire depuis près de 20 ans (wais, wais, on ne rajeunit pas). S'il en est sorti c'est grâce à Acr0, qui a bien dû se marrer quand elle a fait son choix pour notre défi mensuel.
Est-ce que je lui en veux? Non, du tout. Parce que je pense qu'il est des auteurs qu'il faut au moins avoir lu une fois-ou du moins avoir testé. J'avais déjà lu du Colette, avec La chatte. J'avais apprécié cette lecture. Par contre, du côté du blé, ça a été un poil plus dur... Je suis carrément passée à côté...







Vous prendrez bien un avis en plus de votre biscuit pour tremper dans votre thé!


❢ Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, passent leurs vacances d'été ensemble. Leurs parents ont pris l'habitude de louer, chaque année et ensemble, une villa sur la côte bretonne. Amis depuis leur plus tendre enfance, Phil et Vinca vont prendre conscience que la relation qui les unit depuis toujours va définitivement changer.

❢ Roman initiatique, Collette dépeint à travers ses lignes, la découverte par deux adolescents de l'amour physique, ainsi que l'attirance qu'une femme peut susciter chez un homme et vice-versa.
Perçu à l'époque comme un livre "osé" traitant d'un sujet "tabou"-rappelons qu'il a été édité en 1923- le roman met en scène la naissance des émotions et des sentiments vécus par Phil et Vinca.

❢ Entrée dans le texte sans apriori, je me suis rapidement lassée du style un peu pompeux de l'écriture. La manière dont ces deux jeunes gens s'expriment m'a un peu rebutée. Alors, oui, je sais, on est dans les années '20, les mœurs sont loin d'être les mêmes que celles d'une adolescente des années '90.
Je pense que le problème est lié au fait que je ne me suis pas attachée aux deux personnages principaux du récit. Je ne me suis pas retrouvée dans leur peau, dans leurs états-d'âme ou autre. En gros je suis restée assez imperméable à l'histoire et à 10.000 km de cette côte bretonne. Je les ai trouvé très pudibonds et fort peu spontanés. Sincèrement, j'avais envie de mettre une grosse baffe à Phil en fait...-désolée Phil, tu m'en tiens pas rigueur n'est-ce pas?!



❢ En bref, Le blé en herbe est un livre que je suis contente d'avoir sorti de ma Pile A Lire par la "grande porte"-à savoir, je l'ai lu, et ce jusqu'au bout; maintenant, il aurait été absolument pénible, je l'aurais abandonné-. Très peu d'accroche pour les personnages, je pensais que ça irait en s'améliorant au fur et à mesure de l'histoire, mais en fait...non. Alors qu'en général j'apprécie assez bien de me plonger dans d'autres époques, ici j'ai vraiment eu du mal à y trouver une place pour observer et prendre plaisir à l'histoire. Une rencontre ratée, dommage.

31 mars 2014

Défi ValériAcr0 #2.2 : La sélection d'avril

❢ En avril, ne te découvre pas d'un fil... En même temps, si ma copine de défi veut lire sa sélection de mars toute nue, pourquoi on l'en empêcherait finalement!
Le défi ValeriAcr0, c'est un petit challenge qu'on se lance tous les mois avec Acr0. L'idée de base, c'est que chacune va puiser dans la Pile A Lire de l'autre pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique.

❢ Toutes tentatives pour esquiver cette lecture (ou défauts de postage) est sanctionnée par le retrait d'un joker. En effet, pour l'année, nous avons droit à 6 jokers avant de devoir faire face au châtiment suprême :
  • Acr0 devra lire debout pendant 1 heure. Elle n'est pas obligée de faire une heure d'affilé, ça peut se faire par tranche de 10 minutes minimum. Par contre, par tranche, elle devra boire une bonne tisane de valériane! (Pour ceux qui ne connaissent pas, la valériane est réputée pour ses vertus calmantes, mais aussi son odeur pour le moins particulière...) 
  • Et moi, je me vois retirer une chance d’acquérir un nouveau livre dans le cadre de mon GCDA (Grand Concours De l’Année 2014) (à savoir, je devrais lire 3 livres au lieu de 2 pour en acquérir 1).
❢ Et donc, chaque fin de mois, nous effectuons notre sélection de lecture pour le mois qui arrive. Evènement qui suscite chez moi autant d'excitation que l'ouverture d'un cadeau-cadeau qui peut s'avérer empoissonné, un peu comme la sélection de juin 2013.



❢ Mais bon, passons aux choses sérieuses!
Qu'est-ce que ma petite Acr0 va lire en avril?!
Déjà ça doit être un livre super beau, qui a en plus été offert par une fille super sympa!





Fées et déesses de FERRONNIERE Erlé & BRUNEL Aurélie

Sa réaction à chaud : "Ouiii, super livre ! Il faut savoir qu'avant que tu me l'offres, il était dans ma PAL depuis... des années. Très heureuse."






❢ Et comme c'est un petit jeu qu'on joue à deux, Acr0 m'a également choisi un titre. Pour découvrir son choix, il faut aller voir par là!


28 mars 2014

Le village évanoui - Bernard Quiriny

TITRE : Le village évanoui
AUTEUR : Bernard Quiriny
EDITIONS : Flammarion
Janvier 2014
217 pages

❢ 2014, année des découvertes. Je plonge enfin mon nez dans un livre de Bernard Quiriny, auteur belge, notamment des Contes Carnivores pour lequel il a reçu les prix Marcel Thiry et Rossel en 2008. Du bien, on m'en avait dit, il me restait à m'en rendre compte par moi-même. Challenge completed!






Avec le résumé, je vous trempe mon avis dans votre thé?

❢  Châtillon-en-Bierre, un beau matin de septembre. Alors qu'ils sont sur le chemin du travail, certains habitants se rendent compte qu'il leur est soudain impossible de quitter leur village. Les voitures tombent en panne à la frontière du comté et les chemins ne mènent plus à Friskies. Pire encore, tout moyen de communication avec l'extérieur est coupé : plus de mail, d'internet, de téléphone, de télévision... Les habitants sont bel et bien enfermés sur eux-mêmes.
Après un moment de consternation, les châtillonnais vont tenter de trouver des solutions pour survivre le temps qu'on vienne à leur secours. Et si personne ne venait jamais...
La panique en gagne certains, la sérénité et la pratique meuvent les autres, au final des petites tribus se forment.

❢ J'ai été tentée par ce livre car il me rappelait le Dôme de Stephen King. Néanmoins, chez Quiriny, on est bien loin du côté "américain" que donne le King à son récit. Et cette remarque n'est péjorative pour aucun des deux auteurs : l'un comme l'autre part d'un point de départ plutôt similaire, mais lui donne une perspective différente. King fait du King, Quiriny fait du Quiriny-ceci est évidemment une supposition étant donné que j'ai dit plus haut que je n'avais pas encore lu de Quiriny. Pour être plus claire-ou pas- je pourrais dire que le King fait dans la littérature US, Quiriny dans la littérature belge-ok on pourrait aussi discuter sur cette comparaison.

❢ Tout au long du récit, le lecteur va voir se mettre en place un mode de fonctionnement proche de l'époque d'avant. Il dresse un portrait du genre humain, dépeint les faiblesses ou les forces de chacun et les influences sur le groupe. Des nœuds vont se faire et se défaire, mais un fil conducteur ressort, ce besoin pour l'homme de suivre. Suivre, quitte à se donner beaucoup de mal, quitte à ravaler sa fierté et son bon sens, uniquement dans le but de garantir sa survie. Suivre et se lier à d'autres afin de calmer ses angoisses. Et qui ne serait pas angoissé dans une telle situation. D'autre part, il y a ceux qui ne veulent pas s'aliéner à d'autres et préfèrent tenter de survivre par eux-mêmes.

❢ L'auteur décrit la suite de cet enfermement avec beaucoup de comique et de cynisme. Les péripéties s'enchaînent, les choses prennent un sens, puis un autre... C'est dans cette façon de décrire la situation que j'ai trouvé l'auteur "très plume belge" en fait-expression inventée pour l'occasion par mes soins, mais j'admets qu'elle relève beaucoup d'un ressenti par rapport à mes lectures belges précédentes. C'est comme ça, on a un truc en plus, nous les belges :-). Le ton reste léger malgré le côté assez grave de la situation et de la tournure des choses.


❢ En bref, découvrir Quiriny fût une assez bonne expérience. Entre communication, survie, organisation politique et sociale, l'auteur dépeint un beau tableau d'un groupe d'humain totalement coupé du monde. Il s'agit là de suppositions finalement, mais je ne pense pas qu'il se trompe de beaucoup sur la manière dont tourneraient les choses. Le livre s'ouvre en "fanfare" et perd peut-être un peu en énergie à certains moments, mais j'ai aimé vouloir "savoir"... Bernard Quiriny joue avec son lecteur, et ce, jusqu'au bout!
Ceci est donc une invitation à la découvrir à votre tour, on ne sait jamais... et si c'était votre village qui s'évanouissait!

Pour lire d'autres avis : Sandrine (Mes Imaginaires), Julien le naufragé.

Je remercie également les éditions Flammarion et Babélio (Masse/critique) pour l'opportunité de découvrir ce titre.

05 mars 2014

Cornes - Joe Hill


Auteur : Joe Hill
Titre : Cornes
Editions : J'ai Lu
Date : 8 janvier 2014
510 pages.

❢ Après le volet BD et la série Locke & Key, je découvre enfin Joe Hill en version roman! Avec Cornes, le "fils de..."-Stephen King, au cas où...- nous entraîne dans un thriller fantastique un peu tordu. Un agréable divertissement qui démarre sur les chapeaux de roues.



Vous prendre bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Suite à une soirée un peu trop arrosée et scandaleuse, Ignatus Parrish se réveille avec des cornes qui lui ont poussé sur le crâne. Toujours sous les effets de l'alcool, il pense tout d'abord qu'il s'agit d'un tour de son imagination. Même Glenna, sa copine actuelle ne semble pas prendre conscience de l'existence de ces cornes. Néanmoins, celle-ci a un comportement un peu étonnant : en plus d'être extrêmement franche, elle débite des trucs un peu "moches".
Se rendant aux urgences de l'hôpital pour se faire ausculter, Ig se rend compte qu'à son contact, la noirceur profonde et les sentiments les plus bas des gens font surface, et que ceux-ci débitent leurs pensées aisément. Un an après l'assassinat de Merrin, sa petite-amie, pour lequel il a été inculpé et innocenté, Ignatus va faire d'étranges découvertes.


Et mon avis, je vous le trempe dedans?

❢ Dès les premières pages, Joe Hill plonge son lecteur dans le vif du sujet. La première chose que l'on apprend à propos d'Ignatus c'est l'apparition des cornes. Le roman est divisé en 5 parties axées sur différents points essentiels du récit.
J'ai trouvé les première et seconde parties assez dynamiques et rapides. La première est une excellente mise en jambes où on découvre, en même temps que le héros, les effets des Cornes. On se retrouve dès lors face à de nombreuses situations plutôt cocasses. On nous révèle également la situation un peu sombre et pesante d'Ig. La seconde nous renvoie une dizaine d'années en arrière où on en apprend un peu plus sur les relations entre les différents protagonistes. Sans dévoiler toute l'intrigue, j'ai trouvé ensuite que les trois dernières parties étaient plus lentes, mais non moins intéressantes. Celles-ci se penchent plus sur le développement psychologique des personnages, et la résolution progressive de l'intrigue.

❢ A la lecture de ce roman, je ne me suis pas mise dans un état de "recherche intensive", je me suis laissée guider simplement par l'auteur à travers les méandres de son intrigue. Le style de Joe Hill est simple et efficace, alternant entre les dialogues et les focalisations internes. On suit et on découvre, petit à petit, les héros. Le chemin est parsemé de petits indices ou "mystères" qui seront plus loin dévoilés. Régulièrement, j'ai pensé "Ah! Ya un truc là! MmmMmm. Mais what!?", jusqu'au dénouement final plutôt pas mal torché. Côté thème, on ne peut passer sur la bataille bien/mal qui agit comme un fil conducteur pendant tout le récit.


❢ En bref, j'ai vraiment apprécié cette lecture. Joe Hill propose un bon page-turner que j'ai dévoré assez rapidement (genre en une grosse semaine, sans lire tous les jours). Une fois le nez plongé dedans, difficile de l'en décoller tellement j'avais envie d'en savoir toujours plus. Il doit y avoir quelque chose dans ses gènes familiaux, mais je me suis très vite attachée aux personnages créés par Joe Hill. J'avais envie d'en savoir plus sur eux, de découvrir leurs secrets et leur psychologie. Et puis, j'ai pas mal souri pendant la première partie. Je ne suis pas tombée en pâmoison, mais je suis assez tentée de découvrir ses autres titres. Une lecture divertissante qui permet de se vider tranquillement l'esprit.
J'ai démarré cette lecture lors du Challenge WE à 1000. Ca a été l'occasion de faire une Lecture Commune avec un copinette, aka Miss Hilde . C'était très chouette de pouvoir échanger après chaque partie (même si Hilde a été plus rapide que moi dans sa lecture :-)).
C'est aussi un livre que j'ai découvert chez Book en stock : l'avis de Phooka c'est là, et celui de Dup, c'est ici!
Mais encore, Cornes de Joe Hill était aussi la sélection de mon binôme, aka Acr0, du défi ValériAcr0; qui plus est, dernière sélection de notre première année de défi!
Année que je clôture finalement dans les temps!