Google+

dimanche 17 mai 2015

Journal de bord 2015 #2 : Pile à Lire. Rien ne va plus.

❢ A la base, ce billet était intitulé "bilan de janvier". Il était placé en mode brouillon depuis lors. Il faut bien se rendre à l'évidence et clamer haut et fort : OUI! J'AI PROCRASTINE!
Faut-il céder à la gêne et à la panique?
Je ne pense pas. C'était emplie de bonne volonté que j'avais envisagé de rédiger régulièrement un article de bilan mensuel. Maintenant, ce genre de billet ne change réellement la vie de personne -sauf peut-être la mienne, étant donné que je vais mettre à plat et au vu de tous, les dégâts de mes Achats Obsessionnels Compulsifs. Du coup, après l'écoulement de 4 mois et demi, je me décide enfin à mettre des mots sur cette page blanche et à exhiber au monde entier ce qui n'était encore qu'hier des notes gribouillées dans un carnet.

Que s'est-il passé dans ma PILE A LIRE depuis le 1er janvier 2015?

❢ Pour ne pas te laisser, cher lecteur, dans la brume, je vais juste rappeler que depuis 2012, je me suis lancée dans une entreprise quelque peu vertigineuse, supervisée par un arbitre totalement tyrannique : LE GRAND CONCOURS DE L'ANNEE.
Au vu d'une PAL complètement démesurée, qu'il m'était de plus en plus impossible à maîtriser, une idée à surgi dans la tête d'un ami : "Défi! Si tu veux acheter un nouveau livre, tu dois en lire 2 de ta PAL. A la fin de l'année, tu dois être en équilibre lectures/achats, sinon t'as perdu".
Alors moi, j'ai dit BANCO.
J'ai remporté haut la main -hum- les 3 sessions depuis 2012, mais il faut avouer que ce n'est pas facile tous les jours et que par rapport à ses débuts, le concours à dû être quelque peu ajusté.
Par exemple, au début, mue par beaucoup d'ambition, j'avais opté pour un ratio 3 livres lus/1 livre acheté. Au bout de 6 à 9 mois, on s'est rendu compte que ce n'était pas faisable. Ensuite, on a décrété que les livres "cadeaux" n'entraient plus en ligne de compte (ni en comptage, ni en décomptage), du fait qu'après Noel et mon anniversaire, je me retrouvais avec un crédit totalement démesuré.
Bref, aujourd'hui le concours a atteint un rythme de croisière et je réfléchis toujours à deux fois avant d'acheter des bouquins.

Sauf que là... là... je suis souffrance!

❢ Voici deux semaines d'affilée que je vais me balader en librairie -la semaine dernière pour trouver un  cadeau de fête des mères notamment- et je suis torturée à tourner entre les rayons, à voir des choses qui me tentent les unes plus que les autres, et de me dire "non! tu regardes avec les yeux!". Et ça fait mal. Maintenant, je sais que c'est pour un mieux. Malgré une taille déjà exagérément haute, elle n'a fait que pousser durant ces 4 premiers mois de l'année... un scandale...
Réfréner ses ardeurs en matière de livres et d'achats, c'est dur! Il faut aussi être réaliste. Si j'en suis arrivée à avoir une PAL aussi énorme, c'est justement parce que je me suis laissée porter par ma passion. Sauf qu'aujourd'hui, j'ai des bouquins non-lus que je n'ai plus trop envie de lire. OUI, je pourrais m'en débarrasser... sauf que, c'est toujours le coup de "je vais lui laisser une chance et le garder pour plus tard". Bref un vilain cerce vicieux. Trêve de blabla, passons aux choses sérieuses, à savoir le bilan des 4 premiers mois de l'année.


© Reportage du Dr Tigger chez Tigger Lilly


Sortons la calculette...


Janvier 2015 - PAL : 435 livres
(+3 achats, +9 gift; -3 lus)
TOTAL : +9 livres

Février 2015 - PAL : 444 livres
(+ 19 gift; + 1 SP; -1 lu)
TOTAL : +19

Mars 2015 - PAL : 463 livres
(+1 achat; +1SP; -6 lus)
TOTAL : -4

Avril 2015 - PAL : 459 livres
(+3 achats; +2 SP; - 1 lu)
TOTAL : +4


En bref...

❢ Au début du mois de mai 2015, ma Pile à livre s'élève donc à....463 livres, soit une augmentation de 28 livres depuis le début de l'année.
Hum. No comment.
Okay, si mon but est de faire diminuer ma Pile à Lire, de fait, je suis complètement en train de me planter.
Par contre, si on tient compte du fait que ma démarche est purement altruiste et que mon objectif est uniquement de soutenir les auteurs et les librairies, on ne peut pas m'en vouloir.
Sur ce, je vais cesser tout de suite de chipoter sur internet et aller pousser mon nez dans un bouquin.

Bonne semaine les gens!

Bonus : n'hésitez pas à visiter l'article de Tigger Lilly à propos de cette maison qui vomit des livres!




mardi 5 mai 2015

Le nom du vent - Patrick Rothfuss

TITRE : Le Nom du vent (Chronique du tueur de Roi #1)
AUTEUR : Patrick ROTHFUSS
Ed. Bragelonne
VF : 11/2009 - (VO-2007)
792 pages








Un nuage de résumé dans votre thé?

❢ La Pierre levée. Une taverne ordinaire tenue par un certain Kote. C'est là que débute cette saga. L'homme, plutôt discret, fait marcher consciencieusement sa boutique. Pas toujours très fréquentée, la taverne est tout de même le lieu où se racontent des légendes et des aventures. Jusqu'au jour où elle devient en quelque sorte le centre d'une histoire épique. Alors qu'une créature démoniaque vient d'attaquer l'apprenti du forgeron, Kote fait preuve de certaines connaissances plutôt étendues pour un "simple" tavernier. Aurait-il tenté de cacher un passé extraordinaire? C'est à ce moment que débarque dans la taverne Chroniqueur, un scribe "à qui on ne la fait pas". Aucun doute pour lui, Kote, le tavernier, est en réalité un grand magicien; et il veut écrire son histoire. Le deal est scellé entre les deux personnages, mais le scribe devra lui consacrer les trois prochains jours pour l'écouter.


Et mon avis, je vous le trempe?


Kvothe by ereya
❢ Découvert chez Acr0, et désigné par elle dans le cadre de notre défi d'avril, ce livre n'aura pas fait long feu dans ma PAL -reçu en janvier. Me voici donc plongée dans une nouvelle saga qui s'annonce plutôt palpitante. Alors que le début du récit introduit une intrigue tournant autour de créatures démoniaques plutôt bizarres, on est très vite plongé dans une toute autre histoire, à savoir celle Kvothe. Alors, est-ce qu'il s'agit d'une introduction vers une grande aventure ou pas, pour le savoir il faudra se plonger dans La peur du sage, aka la suite -second tome VO découpé en 2è et 3è tome en VF. En effet, le prélude d'une cinquantaine de pages est en quelque sorte une "excuse" pour se plonger dans le passé d'un être présenté comme tout à fait exceptionnel. Et donc, avec près de 800 pages, Patrick Rothfuss nous retrace les épisodes d'une jeunesse/adolescence plutôt mouvementée. Je ne vais pas en dire plus pour ne pas déflorer le récit, mais il s'en passe des choses...



Kvothe vs Scrael - Repainted by Oaktreetea

❢ Ce roman met en scène pas mal de personnages qui ont chacun leur importance dans les épisodes de la vie de Kvothe. Mais surtout, petit à petit, on découvre la personnalité de notre héros. J'ai vraiment apprécié découvrir la panoplie de personnages qui parsemaient ces pages. Tous apportant, à leur manière, leur pierre à l'édifice. Même si ce premier tome m'apparaît quelque peu comme une introduction à une saga plus vaste, on sent déjà que nombre d'entre eux ont un potentiel. Arrivée au bout des quelques 792 pages, j'ai donc une terrible envie de me replonger dans cet univers.

❢ Tant qu'à parler d'univers, Rothfuss dépeint une civilisation intéressante. Des paysages, des modes de communication et de fonctionnement, des classes, des castes -et forcément les luttes qui les divisent- du troc, du commerce... bref, un beau cadre moyen-âgeux, mais avec ce petit plus que nous offre la fantasy. L'auteur nous plonge clairement dans le voyage initiatique qui va construire notre jeune garçon.

❢ Du point de vue du style, je l'ai trouvé assez agréable. Même si la brique pèse son poids, ça se lit plutôt rapidement. C'est fluide, les phrases coulent d'elles-mêmes et l'auteur n'use pas d'un style ampoulé. Il y a un bon équilibre entre les focalisations internes et les dialogues. Kvothe est le narrateur -le texte est donc écrit en je. On sait qu'il sait tout et ça donne envie de dévorer pour savoir aussi! Alors, on n'est pas dans un roman qui va mettre du bim! bam! boum! à chaque chapitre, et ce rythme n'est pas sans me rappeler un certain Manesh lu il y a quelques semaines. En effet, l'histoire se déroule, non pas comme un long fleuve tranquille, mais plutôt comme une charrette sur un chemin de terre. Comme quoi, il n'y pas besoin de rebondissements intempestifs pour rendre une saga palpitante. Je ne dis pas par là qu'il ne se passe rien non plus. Le roman est jalonné d'épisodes épiques qui ont leur importance, même s'ils ne sont pas extraordinaires, non seulement dans la construction de l'intrigue, mais surtout dans celle du petit Kvothe.
Kvothe and Denna by Gretlusky

❢ Dans ce récit de vie, sont également présents quelques interludes où nous revenons à la Pierre levée, retour dans le présent. Des interludes qui donnent à voir un peu comment est Kote -le Kvothe d'aujourd'hui en gros. Le grand mystère réside dans "qu'est-ce qui a fait que cet enfant est devenu cet adulte", et ça donne vraiment envie au lecteur d'avancer -en tout cas, moi ça me donnait envie. Ces interludes nous replacent également dans le mystère qui entourait le début du roman, avec l'attaque des créatures etc. J'aurais évidemment un petit bémol à apporter, mais ça je pense que ça sert plus l'histoire que l'altérer. A savoir, le caractère un peu arrogant du jeune Kvothe. En même temps, on suit un jeune garçon, entre ses 7 ans et ses 17 ans -si je ne me trompe. Du coup, on est plongé dans le quotidien d'un (pré)-adolescent.


Kvothe not a Lion by CleoMelee
❢ En bref, Patrick Rothfuss, tu m'as séduite avec ton Nom du vent. Arrivée au bout de ce début de saga, j'ai vraiment ressenti l'envie de découvrir la suite. Un goût de trop peu? Non, pas du tout, parce que ce premier tome est vraiment dense. Et même si on n'est pas vraiment avancé par rapport à l'intrigue initiale -prétexte ou pas- la découverte de cet univers est vraiment palpitante. Une écriture très agréable à lire, un ton franc et direct, une bonne alternance de descriptions et de dialogues, il n'y a pas à dire, j'ai été totalement immergée dans son monde. Des personnages hauts en couleurs qui apportent chacun leur pierre à l'édifice. Une ambiance qui n'a pas manqué de me rappeler quelque peu l'univers et les interactions créées par Rowling dans sa saga Harry Potter. Oui, oui, même si le monde est très éloigné de celui de Poudlard, le sentiment de proximité était souvent bien présent dans mon esprit. Sentiment renforcé par le caractère quelque peu arrogant du personnage central- vous voyez que mon bémol n'en n'est pas vraiment un au final. Et donc, si toi aussi cher lecteur, tu veux te plonger dans un saga prenante, palpitante avec des personnages attachants et d'autres détestables, un monde qui recèle bien des secrets et des mystères, alors cours, vole et procure toi ce livre!


❢ Bonus Track : l'avis d'Acr0.



Lu dans le cadre du défi ValériAcr0 2015. 


dimanche 3 mai 2015

Défi ValériAcr0 #3.3 : La sélection de mai 2015

Le défi ValeriAcr0, c'est un petit challenge qu'on se lance tous les mois avec Acr0. L'idée de base, c'est que chacune va puiser dans la Pile A Lire de l'autre pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique. Avril ne te découvre pas d'un fil! Mais tu peux lire ta seconde sélection toute nue si tu veux (proverbe personnel).



En avril- ne te découvre pas d'un fil- Acr0 a pioché un titre récemment entré dans ma PAL. Qui plus est, un titre qu'elle a vivement apprécié et que j'avais reçu pour mon anniversaire. Une petite brique par la même occasion. Je n'ai pas vraiment profité de la semaine off prise pour lire, naaan j'ai peints, du coup, comme depuis le début de l'année, j'ai avancé comme un escargot. Par contre, j'y suis venue à bout dans les temps. Une chouette découverte fantasy sur laquelle je vais revenir vite -sous peine de me faire crâmer un joker. De mon côté, j'avais choisi de l'envoyer en plein coeur d'une BD. Elle a été assez rapide pour l'emballer. Son avis prévu pour bientôt aussi!


❢ Pour le mois de mai, à nouveau, grande effervescence! 27ème sélection depuis le début de notre aventure, toujours une fête -tu te répètes ma bonne vieille Francine!- Mais wais, on s'amuse, on est jouette, on est fan des surprises. En farfouillant dans sa PAL, j'ai quand même l'impression que celle-ci fondait comme neige au soleil. Elle est plutôt productive côté lecture! Enfin, il paraît que c'est juste une impression. Pour faire correctement mon travail, j'ai quand même fait l'effort de choisir un titre en lien avec le mois, la saison ou autre... V'la ti pas que je tombe sur un résumé commençant par ces mots : "En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506 (...)". Du coup, je me suis dit que je tenais mon choix de mai! Madame Acr0 va donc dépoussiérer un titre qui végétait depuis pas mal de temps dans sa PAL.

Mathias ENARD : Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants



❢ Et à chaud, tu sais ce qu'elle m'a répondu?
"Hey, ton choix est très bien. Cela fait des mois que je me dis qu'il faut que je le lise cette année, et puis mensuellement, je me dis qu'il y a bien d'autres choses plus intéressantes à lire. J'espère qu'il va me plaire, c'est un cadeau qui traine dans ma PAL depuis plusieurs années déjà."
Bon choix donc! Enfin, j'ose espérer qu'il va lui plaire. De son côté, elle a développé une théorie tout à fait intéressante pour faire son choix. Afin d'éviter toute mauvaise transposition de ma part, je t'invite à rejoindre son laboratoire secret -celui caché dans le sous-sol d'une grotte- pour savoir ce qu'elle a pioché pour moi!



vendredi 10 avril 2015

Le cannibale de Crumlin road - Sam Millar

TITRE : Le cannibale de Crumlin road (Karl Kane #2) (The dark place)
AUTEUR : Sam MILLAR
Ed. Seuil Policiers
VF : 08/01/2015 (VO : 2009)
295 pages









It's the story-time!

 La vie de détective privé n'est pas chose aisée. Karl Kane en fait les frais. Alors que Belfast est aux prises avec un monstre s'en prenant à des jeunes filles "perdues", abandonnant des corps mutilés et vidés de leurs organes, Kane reçoit la visite d'une adolescente. Sa soeur, junkie, a disparu. Le privé décide de mener l'enquête, et la recherche de la jeune-fille va malheureusement (pour elle) le mettre sur la piste du tueur. Une traque sanguinaire et malsaine dans les bas-fonds de la ville, qui pourrait peut-être bien ouvrir une voie vers des hautes sphères.


Where is my mind?

Nouvelle incursion dans le monde merveilleux de Harry Potter Sam Millar. Le cannibale de Crumlin Road est en fait le second tome d'une série mettant en scène le détective privé Karl Kane. Je n'ai pas lu le premier tome, néanmoins ça ne m'a pas empêché d'entrer pleinement dans l'histoire. De fait, on "connaît" moins bien le personnage -et je pense que dans ce genre de roman noir, c'est super important et intéressant de pouvoir suivre le développement du personnage central- mais Millar n'hésitera pas à insérer des rappels à propos de l'enquête précédente ou de la vie de Kane.

❢ Donc, grande plongée dans l'univers noir du polar. J'ai trouvé que Sam Millar intégrait pas mal de codes du genre. D'accord, je ne suis pas experte en la matière, mais j'ai quand même quelques notions. Un cadre social rude, un personnage principal plutôt borderline, une situation financière catastrophique, une vie de famille tumultueuse, des relations humaines dégradées, des policiers véreux, la maladie, l'alcool, la drogue... bref vous avez compris, on n'est pas chez Disney -quoique, ils ont dû prendre de la drogue pour imaginer certaines histoires ou musique là-bas. J'aime beaucoup ce genre de roman et étant sortie plutôt enthousiaste de ma première rencontre avec Millar, je partais avec de bons espoirs. Bon par contre, je n'ai pas trouvé une totale satisfaction. J'ai bien aimé, mais avec quelques réserves.

❢ L'histoire se met vite en place et je trouve ça pas mal. Après le prologue, on se retrouve en compagnie de Karl Kane, qu'on va apprendre à découvrir petit à petit -si ce n'était pas déjà fait avec le premier tome.  Les premières interactions permettent de se faire une idée sur le personnage, son mode de fonctionnement et sa psychologie. Cette description passe également à travers le langage et la verve de notre (anti)héros. Le style est direct, basé sur du langage parlé et alterne généreusement entre les pensées de Kane et les dialogues qu'il entretient avec les divers personnages. Cette manière d'écrire le récit donne un assez bon rythme même s'il s'avère que Kane peut devenir un peu agaçant dans son ton. Le livre s'engloutit littéralement. Certaines remarques ont été émises par rapport à la traduction quelque peu bancale avec les expressions. Perso, je n'ai pas lu la VO et je ne  me suis pas trop arrêtée là-dessus.

❢ Côté personnages, on peut dire qu'ils sont hauts en couleurs. Très caractérisés, on est quand même pas loin de la caricature. Au début, j'ai trouvé ça plutôt entraînant, mais je me suis un peu lassée au petit à petit. Un bémol lié également au déroulement de l'intrigue. Dès le début, on a la puce à l'oreille quant à l'identité du vilain, le but étant de savoir si le détective va s'en sortir, dans quel état et de quelle manière. Comme pour les personnages, j'étais emballée par le démarrage de cette intrigue, mais au fur et à mesure de ma lecture, j'ai été un peu déçue par la tournure des choses. Certains enchaînements étaient un peu extravagants, mais surtout assez téléphonés. C'est cet aspect qui a grandement diminué ma satisfaction de lectrice. Sam Millar opte pour des chemins un peu trop facile pour arriver à ses fins ou justifier ses moyens. Dommage. Alors, je ne dis pas que l'intrigue doit être aussi complexe que la théorie de la relativité -enfin, pour ce qui me concerne, c'est complexe oui- mais il y a des choses que j'ai un peu de mal à digérer. Trop vu, trop lu, des zones un peu ombrageuses ou brouillonnes.


❢ En bref, je ne vais pas non plus te laisser partir sur une note négative. Sam Millar propose une bonne entrée en matière, un polar qui se lit facilement et qui est un vrai page-turner. Le ton y est, le cadre aussi. Je lui donne d'ailleurs une bonne note dans le plantage de son décor : ambiance pesante et glauque, tant dans la condition des personnages que dans les différentes scènes mettant en scène le tueur en action-âmes sensibles s'abstenir. De nombreux passages ne sont pas sans rappeler Le silence des agneaux. On ressent bien le malaise installé dans cette ville. J'ai apprécié faire la rencontre de Karl Kane. Même si ce n'est pas une priorité, je pense que si l'occasion se présente, je renouvellerai ma découverte des aventures de Karl Kane, histoire de donner une chance à Millar de me séduire un peu plus avec son détective. Son écriture est percutante, il ne manque pas grand chose pour gagner des rocks.
Un merci à Babelio et aux éditions Seuil pour cette découverte.



samedi 4 avril 2015

Aristide broie du noir - Séverine Gauthier & Jérémie Almanza

TITRE : Aristide broie du noir
AUTEURS : Séverine GRUTIER (scénario) - Jérémie ALMANZA (Dessin)
Ed. Delcourt Jeunesse
19 novembre 2008
31 pages









Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Chaque soir, Aristide lutte pour ne pas s'endormir. Des monstres hantent ses nuits. Ils doit les affronter, les repousser et surtout éviter un sommeil qui pourrait lui être fatal!

Et mon avis, je vous le trempe?

❢ J'ai découvert cet album grâce à Acr0, et ce doublement. D'une part, parce que j'avais repéré ce titre chez elle. D'autre part, parce qu'elle me l'a offert pour mon anniversaire cette année. Ajoutons à cela, qu'elle me l'a choisi dans le cadre de notre défi ValériAcr0 pour le mois de mars.

❢ A travers cette histoire, le duo nous plonge dans la vie d'un petit garçon victime d'une peur bien connue, celle du noir. Une peur maladive qui transforme chaque tombée de la nuit en pur cauchemar pour Aristide, au point qu'il résiste à l'appel du sommeil. L'enfant est seul face à ses angoisses, et on va suivre son combat nocturne perpétuel. Le scénario, bien ficelé, rend bien compte des difficultés que vit Aristide.

❢ Le texte, de Séverine Gauthier, est soutenu par les illustrations de Jérémie Almanza, et c'est un duo qui déblaie. A première vue, les dessins semblent "tout doux" : des couleurs pastels, des contours estompés. Mais en plongeant plus loin au coeur des détails, les images renvoient clairement à l'angoisse vécue par Aristide. Un visage blafard, des yeux fatigués, une foulitude d'émotions dans les attitudes et les mimiques. Les pages sont plein-bord et les illustrations vous aspirent totalement. Pas de "cases" prédéfinies, vous aurez droit à des pleines-pages, des petites cases incrustées, une lecture linéaire sur la double page... bref d'une planche à l'autre, l'oeil va partout, explore les recoins. C'est sûr, on est emporté dans un univers onirique, mais qui fait quand même un peu peur.

❢ En bref, Aristide est un joli conte pour dédramatiser la peur du noir auprès des jeunes enfants, mais qui montre également la dureté de la situation auprès d'un grand lecteur -aka l'adulte. Le texte et l'image se complètent admirablement. J'ai été transportée dans un univers particulier, à la fois onirique et diabolique. Les détails des dessins, les couleurs utilisées, la taille des planches, transmettent vraiment bien les émotions vécues par notre petit Aristide. J'ai adoré me plonger dans cet album. J'ai découvert le "crayon" d'Almanza avec Eco -que je conseille aussi vivement- et je suis assez fan. Texte de dédramatisation, passage initiatique de la vie, ces dessins illustrent à merveille ces deux sentiments opposés que le texte véhicule, à savoir le "allez, tout ça c'est dans ta tête" et l'angoisse vécue par les enfants. Le mariage d'une plume et d'un crayon qui fait vraiment plaisir à découvrir.

Autour de ma lecture

❢ Un album découvert dans le cadre du défi mensuel ValériAcr0 en mars 2015.
D'autres en parlent : Acr0, Hérisson