Google+

26 janvier 2015

Journal de bord 2015 #1 : Ousk'on fait le bilan

❢ 2014 a baissé son volet. Bienvenue 2015!
Vu que les traditions sont là pour être perpétuées, je vais (enfin) faire mon bilan annuel. Un partage via écran de ce que je consigne dans mon carnet pendant l'année. Tout va tellement vie, que j'ai l'impression que c'était hier que je faisais mon précédant bilan de l'année.

❢ Cette année, je me suis dit qu'il serait intéressant de pousser un peu plus loin dans ces investigations, comme par exemple, mettre à plat de chiffre de départ de la Pile A Lire au 1er janvier. Après une torture intense de l'esprit et des calculs savants, j'ai trouvé plein de chiffres, dont le nombre d'années pour vider ma PAL... Autant dire que j'ai intérêt à m'y mettre de suite.

Bilan 2014

❢ 2014, c'est...

91 lectures, dont :
88 livres lus 
3 livres non terminés (en cours de lecture)
2 abandons

Nombre de pages lues : environ 20.543 pages

Avec un pallier fixé à 75 livres, j'ai réussi mon reading challeng 2014.


❢ Top 5 :


  1. Le diner, Herman Koch
  2. Il faut qu'on parle de Kevin, Lionel Shriver
  3. Rien n'est trop beau, Rona Jaffe
  4. Bernadette a disparu, Maria Semple
  5. Rainbow warriors, Ayerdhal

❢ Du côté de la PAL : (et c'est là que j'ai dû sortir le savant)
Au 1er janvier 2014 : 465 livres à lire.

Acquisitions
56 livres (28 achats, 19 gifts, 9 SP)

Sorties : 
89 livres sont sortis (88 lectures + 1 livre donné)
dont 56 livres dans le cadre du GCDA 2014
et 33 livres ont été lus hors du GCDA - il s'agit des cadeaux, des relectures, ebooks ou SP.

Déficit de PAL : (89 sorties - 56 entrées) 33 livres.

Si je tiens cette moyenne, il va me falloir 13 ans pour arriver à bout de ma Pile A Lire. Hum.
Si on tient compte du fait que ma PAL contient des livres "au purgatoire" (42, variable), cette durée tombée directement à 11 ans et 9 mois!
Mais bon, qui sait, peut-être qu'il y aura moins d'acquisition cette année. Hum.

C'est reparti pour un an...
Au 1er janvier 2015 : 432 livres à lire.


❢ Des défis :
Le Grand Concours de l'Année 2014 (GCDA2014) : réussi haut la main. Hum. 28 livres entrés, 56 sortis. Apparenté au Kill/PAL de Lhisbei, tout le plaisir réside dans le fait d'enfiler- avec du beurre-  la combinaison de cuir jaune.

Le défi ValériAcr0 : Avec ma binômette Acr0, une deuxième édition qui est toujours en cours. Et une 3ème fournée qui débutera en mars. J'y ai perdu quelques plumes (enfin des jokers), mais je pense m'en sortir indemne et éviter le gage.


La Book-Jar : aka mon Potiquet, créée en juillet, elle a déjà sorti 4 livres surprises. Mise en repos depuis fin août, pour me consacrer aux thèmes du Challenge Halloween ou aux autres défis, je vais bien vite replonger la main dedans... parce que j'aime les surprises!

Le challenge Halloween : Organisé par Hilde et Lou, c'est une période assez festive et intense. Lire ensemble, suivre les étapes, chroniquer à temps... J'ai encore du boulot pour tenir le rythme, mais j'adore le voyage!

Le défi Fin de séries : Un peu mis de côté, je le tiens quand même à l'oeil. J'essaye d'avancer dans mes séries en cours au lieu d'en commencer mille et une sans les finir.


❢ Bon bin... je crois que tout y est. Inutile de s'étendre sur des bonnes résolutions que je ne vais pas tenir si je me les impose. Je vais quand même tenter d'être plus assidue, notamment au niveau du Journal de bord.



13 janvier 2015

Goat Mountain - David Vann

TITRE : Goat Mountain
AUTEUR : David VANN
Ed. Gallmeister
4 septembre 2014 (VO 2013)
256 pages



Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Automne 1978, nord de la Californie. C'est l'ouverture de la chasse sur les deux cent cinquante hectares du ranch de Goat Mountain où un garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de la famille se retrouvent comme chaque année pour chasser. À leur arrivée, les quatre hommes aperçoivent au loin un braconnier qu'ils observent à travers la lunette de leur fusil. Le père invite son fils à tenir l'arme et à venir regarder.
Et l'irréparable se produit. De cet instant figé découle l'éternité : les instincts primitifs se mesurent aux conséquences à vie, les croyances universelles se heurtent aux résonances des tragédies. Et le parcours initiatique du jeune garçon, abandonné à ses instincts sauvages, se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l'homme. 



Et mon avis, je le trempe dedans?

❢ Encensé sur de nombreux blogs, j'étais hyper tentée par la découverte de l'auteur David Vann. Je venais d'acquérir en troc son fameux Sukkwan Island - Merci Safiel- quand j'ai eu la chance de pouvoir participer aux Matchs de la rentrée littéraires 2014 PriceMinister-Rakuten en lisant son dernier ouvrage, aka Goat Mountain.

❢ Je me suis donc lancée en découverte dans Goat Mountain. Et en fait... bin je n'ai pas du tout accroché et le livre m'est tombé des mains -ok, c'est moi qui l'ai laché- à la moitié du récit. Pourtant, tout semblait bien démarrer. Tension promise, tension due! Dès les premières pages, le ton est donné, le récit sera lourd et pesant. Les relations humaines sont tendues et le lecteur ressent bien tout le malaise qui existe entre les différents protagonistes.
Assez vite, je me suis familiarisée avec la plume de David Vann, plutôt particulière, différente de mes lectures habituelles, que l'on qualifie de poétique, et c'est le moins que l'on puisse dire. A travers des phrases travaillées, des mots choisis, David Vann nous entraîne dans cette forêt, pour cette partie de chasse qui marquera les esprits à jamais. De la même manière, il va nous décrire les évènements, ainsi que les liens et les interactions qui se déroulent entre les personnages.

❢ Même s'il n'est pas d'accès facile, je me suis prise au jeu des mots qui sonnent, qui bruissent pour rendre ce que la nature fait vivre. Au niveau littéraire, c'était une bonne expérience. Néanmoins, au niveau du récit, j'ai vraiment eu du mal à m'accrocher. Peu attachée aux personnages, malgré leurs caractères forts. Quelque peu ennuyée par le déroulement des évènements, malgré le côté "autobiographique" - David Vann se serait inspiré de faits de sa vie pour écrire son récit. J'ai fini par rendre les armes. Je n'aime pas faire ça, mais on ne va pas s'acharner non plus.


❢ En bref, Goat Mountain reçoit une vile note de ma part, mais c'est évidemment très subjectif. Je n'ai pas aimé, ce qui ne remet pas en question la qualité du récit. Les avis sur les blogs divergent. De ceux qui connaissaient déjà l'auteur, certains ont apprécié, d'autres n'ont pas accroché non plus.
Qui plus est, je ne compte pas lâcher la grappe de David Vann si vite et je tenterai l'expérience un peu plus tard avec Sukkwan Island. Une note positive sur l'édition : Gallmeister propose un format agréable, un graphisme beau et sobre. Des livres que j'aime tenir en mains!

D'autres avis : Miss Léo (dans lequel je me retrouve pas mal)

Lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire Price Minister - Rakuten, j'en profite pour remercier les organisateurs pour la découverte, ainsi que les éditions Gallmeister.





02 janvier 2015

Défi ValériAcr0 #2.11 : La sélection de janvier 2015

 Le défi ValeriAcr0, c'est un petit challenge qu'on se lance tous les mois avec Acr0. L'idée de base, c'est que chacune va puiser dans la Pile A Lire de l'autre pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique. A noter qu'une certaine -aka votre hôte- a perdu quelques plumes en chemin, ces deux derniers mois. Paf! 1 joker pour une lecture tardive du Livre sans nom. Re-Paf! 1 joker pour postage tardif de chronique. Pour couronner le tout, ma lecture de décembre, Manesh de Stefan Platteau, a seulement été entamée vers le 27 décembre. Du coup, ça sent, à nouveau de double-Paf-le-joker.
Il m'en restera deux pour boucler le second round du défi, sinon je devrais faire face à la grande fureur de ma binômette.


Que s'est-il passé en décembre?

❢ Acr0 m'avait donc sorti Manesh, livre d'un auteur liégeois, qui était entré dans ma PAL suite à une chouette rencontre à la librairie Livre aux trésors- Le Naufragés volontaires en a fait un récap' avec un enregistrement sonore, faites-vous plaisir!
De mon côté, j'avais opté pour un livre graphique qui végétait dans la PAL d'Acr0 depuis un temps incertain. Elle s'est donc embarquée Sur la piste des dragons oubliés d'Elian Black'Mor. J'avais proposé de l'accompagner pour une partie de lecture, car j'avais emprunté le livre à un ami. Bon, un certain GCDA m'a plus forcée à lire des livres de ma Pile A Lire avant, du coup... je n'ai pas encore mis le nez dedans. Sa chronique ne va pas tarder, gardez l'oeil sur son salon!


Et pour janvier alors, on fait quoi?

❢ Janvier, c'est l'hiver. Mais c'est aussi le mois de nos anniversaires respectifs -le 17 pour elle, le 18 pour moi. Du coup, on sait que les week-end seront pas mal chargés -on ne rate pas une occasion de faire la fête- et on se tourne avec bonté vers des titres plus courts.
Comme l'année dernière, on avait décidé de se faire une surprise de Noel, et d'attendre le 25 à minuit pour ouvrir le mail.

Extrait choisi :

Djingle bells djingle bells,

Ho hooo! Première sélection de lecture pour 2015, et en même temps dernière de notre 2ème session du défi ValériAcr0.

Je ne sais pas encore ce que je vais te choisir comme lecture, mais à force d'écrire, ça va venir. Je vais alimenter mon esprit pour faire mon choix.
Alors, en 2014, je pense que je t'ai pas mal gavé de séries -de fin de séries plus précisément. Et c'est pas faux que j'ai toujours une grande envie de te faire démarrer une série, parce que ça me tente de savoir si c'est bien.
Je pense que j'évoque ce titre depuis un demi siècle... et que tu ne sais toujours pas duquel il s'agit :-)
Mais bon, je garde toujours au coin de ma tête ta requête de janvier 2014 sur l'évitement d'un début de série, (il y avait un truc pas pavé aussi non? vu que c'était nos anniversaires).
Et c'est vrai que tu as déjà pas mal de séries commencées, autant les finir avant d'en reprendre des nouvelles. Puis c'est pas comme si tu n'avais pas des livres isolés.

Bon bin voilà, je pense que mon choix est bien arrêté.

Alors poyon*, tu vas lire.....

Raphaël ALBERT : Rue farfadet, tome 1


Alors? heureuse?? :-)
bon j'espère que tu ne l'as pas déjà en stoem'**, sinon c'est crotte.
Alllez bisous bisous!


❢ Alors, je viens évidemment de me rendre compte que j'avais fait la grosse quiche. Alors que je pensais choper un bouquin qui ne soit pas un début de série... Je me suis complètement plantée -wais wais j'avais pas vu le "tome 1" dans le titre, okay, je suis bigleuse. Bon du coup, mon message est à nouveau un truc un peu schizo.
Surtout que ce n'est pas cette série là que j'ai envie de lui faire débuter depuis des lustres.

Je pense qu'elle a néanmoins bien pris le choix. Sa réaction à chaud :

Mouahahah :D ta sélection va à contre-courant de ton texte d'introduction, tu me fais rire mirgue*! Allez, vas pour le roman de Raphaël Albert, il a assez dormi dans ma bibliothèque, celui-là.

❢ Et comme c'est un défi qui se joue à deux, Acr0 a également fait un choix pour moi. Pour le connaître, il va falloir pousser la porte de son donjon!



26 décembre 2014

Journal de bord #7 : Ouske j'ai pas pris une ride

Alors que l'année se termine doucement, je me rends compte que je n'en suis qu'à la 7ième page de mon Journal de bord. C'est maigre, étant donné que j'avais pensé, début 2014, en rédiger un peu plus souvent pour rester in touch. Bon en même temps, si c'est pour raconter du blabla, autant s'abstenir, non?

❢ Cette page a une saveur toute particulière. C'est aussi un instant quelque peu symbolique. La page de l'année qu'on n'oublie pas de rédiger. Ou si, justement parce que le temps passe vite et qu'on ne sait pas trop quoi raconter. On a juste envie de hurler à la face du monde....

It's my Blog-Birthday!!!!!

SOA STYLE HAPPY BIRTHDAY GRAPHIC by Jacob R. Campbell

❢ En effet, il y a 9 ans, je passais le cap et j'ouvrais ce modeste blog de lectures. C'était le premier décembre 2005, et il faut avouer que mon premier article était incommensurablement passionnant! Les choses se sont vraiment emballée le 8 décembre, avec la rédaction de mon premier avis. Il s'agissait de Délivrez-moi de Jasper Fforde. A l'époque, je chipotais déjà un peu avec mes lectures sur internet. Je participais depuis quelques années à un Club de Lecture, le Bouquinet. J'y ai rencontré des personnes sympathiques et c'est ainsi que j'ai fait mes premiers pas dans le monde virtuel du livre. Avec beaucoup de plaisir, j'ai un peu aidé la tenancière à "encoder" les avis de lectures des participants-elle avait vraiment beaucoup de boulot et son site était bien fourni.
Vu que ça me plaisait beaucoup, je me suis dit "et pourquoi je ne ferais pas mon propre site rien qu'à moi!?!".  Du coup, j'ai été tâtonner du dreamweaver et autres outils à la mode début des années 2000. Mais bon, faut avouer que le webdesign, ça ne s'improvise pas non plus.
Je suis tombée ensuite sur le monde du blogging, et là, je me suis dit que le type de plateforme était beaucoup plus adapté à mes capacités.
A nouveau, j'ai fait pas mal de rencontres, des personnes aussi passionnées que moi qui voulaient aussi partager leurs lectures et engager des discussions autour des livres.
Une chose est sûre, dans ce milieu, la femelle est reine! Et c'est une constante, hier comme aujourd'hui -je ne sais ce que vous en pensez- j'ai plus souvent croisé des blogolectrices que des blogolecteurs. En même temps, on s'en fout un peu, ce qui compte c'est l'échange.

❢ De ces dinosaures, j'en ai perdus pas mal de vue, surtout pour des raisons de fermeture -en général je suis les déménagements. C'est dommage, triste même parfois. Mais il faut dire que parler de ses lectures sur un blog, ça prend quand même pas mal de temps. Si on ajoute à ça, la tournée des blogs suivis... c'est hyper-chronophage. Je comprends donc que certains n'aient plus le temps et ferment leurs portes.



❢ Aujourd'hui, après 9 ans, je suis toujours là. Contente d'être toujours là, à écrire mes "chroniques" bonnes ou mauvais -je parle au niveau de la qualité là-, à partager mes coups de coeur et mes coups de gueule, et à découvrir les vôtres. Et je trouve ça toujours aussi chouette. Les rencontres se sont élargies et j'échangent beaucoup plus avec d'autres bloggeurs qu'avant, que ça soit par commentaires interposés, mails ou via les réseaux sociaux.

❢ Après le lifting du blog (merci cher Eskilax le Tyran), j'ai décidé d'être hyper-connectée et de créer une page Facebook et une page Google+ pour le blog. HEEEYYYY mais oui, cliquez et viendez me rejoindre!! Plus on est de fous, plus on rit! N'hésitez pas à engager la conversation et de partager sur les lectures qui défilent ici!

❢ Sur ce... je vais refermer ma clappette et préparer le bilan de l'année 2014! Merci de m'avoir lue jusqu'au bout, vous revenez quand vous voulez.


18 décembre 2014

Un hiver en Enfer - Jo Witek

TITRE : Un hiver en enfer
AUTEUR : Jo WITEK
Ed. Actes Sud Junior
20 août 2014
333 pages









Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Edward, 15 ans, a été élevé toute sa vie par son père, un célèbre architecte. Il éprouve de grandes difficultés à nouer des liens avec sa mère, qui passe la majeure partie de son temps entre crises bipolaires et séjours en hôpital psy. Alors qu'elle rentre d'une énième "cure", Rose semble en paix avec ses démons et tente de tisser des liens avec Edouard. N'ayant jamais reçu aucun amour de la part de cette mère qu'il déteste littéralement, Edouard se braque, lui répond cyniquement lors du repas, et déclenche une terrible dispute avec son père.
Or, survient ce même soir, la mort accidentelle du père.
Le jeune ado, déjà terriblement mal dans sa peau, victime de troubles obsessionnels compulsifs, mal intégré dans son école, va devoir survivre avec ce poids. Mais surtout...il va devoir composer avec sa mère, ayant réchappé de peu à l'accident dont elle a été victime avec son mari.
Dès lors, un terrible face-à-face va se mettre en place entre la mère et le fils. Entre amour et haine, la tension est palpable.


Oups, mon avis vient de tomber dans votre tasse.

❢ Estampillé roman jeunesse, je trouve qu'Un hiver en enfer est avant tout un bon thriller "tout public". De fait, le personnage central du récit n'est pas un adulte, comme on en a l'habitude dans ce genre de roman quand il est destiné aux adultes -du moins pour ceux que je lis en général- mais bien un adolescent de 15 ans. Néanmoins, cet angle d'attaque n'infantilise pas du tout le cadre et l'intrigue -ce qui me fait toujours un peu peur suite à de mauvaises expériences avec certains livres Young-Adult.

❢ Je suis très rapidement entrée dans l'histoire. Même si le face à face entre la mère et le fils n'intervient qu'en seconde partie du récit -on va dire à la moitié du livre- Jo Witek met en place le cadre, ses personnages et leurs personnalités avec minutie et de manière plutôt passionnante. Son écriture est prenante, le style assez direct et propose une bonne balance entre la focalisation interne et les dialogues entre les personnages. Le texte est rythmé, ce qui permet d'adopter un bon "débit" de lecture -tout en sachant que ce n'est pas parce que ça se lit vite que c'est mieux qu'autre chose, n'est-ce pas! Néanmoins, j'ai un petit bémol à ajouter au niveau des descriptions. J'y ai trouvé certaines incohérences, à mon sens. Il y a en a un ou l'autre minime, telle qu'une fille qui se met du vernis à ongles et qui deux secondes plus tard fait une bataille de polochons -oui, oui tu vas dire que je tortille du c*l, mais quand même, ça m'a un peu chiffonée. Et une autre, à la fin du récit, qui m'a un tant soit plus gênée, mais je ne peux pas la décrire sous peine d'être une vilaine spoileuse!
Au final, il s'agit quand même de petits détails qui n'entravent en rien la lecture, rassurez-vous!

❢ L'intrigue tient vraiment bien la route, et ce, appuyée par le fait que le cadre du récit et les personnages sont vraiment bien dépeints. Jo Witek nous plonge en plein dans un univers adolescents. Une jeunesse plutôt dorée, mais qui n'échappe pas à toute la cruauté dont l'humain peut faire preuve.
Edward est un enfant perturbé. Chéri par son père, il est tout de même victime de l'état d'esprit disfonctionnant avec lequel sa mère l'a bercé toute sa courte vie. De-là, il s'est développé un série de TOC qui ne l'aide pas à s'intégrer facilement dans son lycée. Ajoutez à cela les rumeurs qui vont bon train sur l'état de santé de sa mère, et Edward a bien vite été catalogué "le taré".
Il est victime des méchancetés des têtes dures de l'école : agression verbale, parfois physique et racket. Il se réfugie dans les jeux vidéo auxquels il s'avère être plutôt "bon".
J'ai trouvé vraiment intéressant la manière dont l'auteur nous plonge dans cet univers. Ca interpelle et ça peut même faire froid dans le dos. Qui plus est, étant donné que ce livre est destiné à la base à un public ado... autant espérer que ça fasse réfléchir -on n'est pas toujours conscient du mal que l'on peut faire aux autres.

❢ A ce niveau, les personnages peuvent paraître peut-être caricaturaux -le geek, le caïd, le maigrelet, etc.- sans l'être de trop finalement, néanmoins, je trouve que ça sert bien le récit. Du côté des adultes, ceux-ci sont également bien campés. Pas manichéens pour un sous, ils participent également à la montée en tension que l'on peut ressentir tout au long de l'histoire. Au bout d'un moment, il y a de quoi s'y perdre entre la réalité et les faux-semblants.


❢ En bref, en ouvrant Un hiver en enfer de Jo Witek, j'ai non seulement découvert une auteur avec une écriture plutôt chouette, mais aussi un roman qui m'a bien embarqué dans son jeu. Ce livre est un thriller psychologique vraiment bien ficelé. Malgré le fait qu'il soit catégorisé en "jeunesse", je trouve qu'il peut plaire également à un public adulte. Ca tient la route, et ça plonge le lecteur "adulte" dans cadre différent des thrillers "pour grand" -wais, j'essaie tant bien que mal de ne pas répéter le mot adulte tout le temps et ce n'est pas facile. L'auteur plonge son lecteur dans un récit très prenant qui a pour cadre l'adolescence et les relations humaines difficiles -entre enfants, et intergénérationnelles. Entrer dans ce livre, c'est mettre un pied dans une spirale infernale qui nous tient de bout en bout. Un livre qui en valait le détour.

Lu dans le cadre de l'opération Masse Critique, j'en profite pour remercier les éditions Actes Sud Junior et Babélio.